Banff: Ville touristique

Le mont Norquay vu dans l'axe de la rue Banff, principale artère commerciale du bourg.

Le mont Cascade vu dans l'axe de la rue Banff, principale artère commerciale du bourg.

J’aurais aussi pu intituler cet article: Banff: Piège à touriste, mais je veux rester positif. Que voulez-vous: quand le site d’une agglomération jouit d’autant d’avantages naturels, il est presque inévitable qu’une industrie touristique s’y développe… et que certains en profitent pour faire payer le prix aux visiteurs! Un conseil: faites le plein avant d’entrer dans les Rocheuses et apportez-vous un lunch! D’ailleurs, la seule raison d’être de cette petite ville est de servir le Parc national qui l’entoure et auquel elle sert de centre administratif. Le parc national de Banff (et les autres parcs des Rocheuses) fut d’ailleurs le premier de la série des parcs nationaux du Canada, créé en 1885 par le gouvernement fédéral et la ville de Banff est une des deux seules à se trouver à l’intérieur des limites d’un parc, ce qui entraîne certaines restrictions. Il est entre autres nécessaire d’être employé localement pour vivre à Banff, dont la population est limitée à un maximum de dix mille habitants. On y vit cependant dans ce qui a l’air d’un décor de cinéma en carton-pâte, avec des bâtiments aux styles importés d’un peu partout et métissés au goût local… douteux.

Un des édifices commerciaux de la rue (ou de l'avenue?) Banff. On a voulu s'inspirer du Tyrol ou de quelque chose du genre...

Un des édifices commerciaux de la rue (ou de l'avenue?) Banff. On a voulu s'inspirer du Tyrol ou de quelque chose du genre...

Les magasins de souvenirs sont très très très nombreux. En fait, j’ai eu un sentiment bien étrange en y entrant, puisque la plupart de ces endroits étaient envahis par les touristes orientaux… venus acheter ici des babioles qui, pour la plupart, étaient faites en… Chine! Ça fait beaucoup de kilomètres parcourus pour rapporter des choses faites par le voisin! Il faut chercher beaucoup pour trouver un peu d’artisanat local. Et y mettre le prix.

Plusieurs magasins ne manquent pas d'humour dans leur dénomination...

Plusieurs magasins ne manquent pas d'humour dans leur dénomination...

Le site de Banff, originalement connu jusqu’en 1883 sous le nom de «Siding 29» a été découvert par les équipes d’arpenteurs chargés de tracer la route que devrait emprunter le chemin de fer transcontinental. Son attrait résidait dans la présence de sources d’eau chaude minéralisée, à une époque où le thermalisme connaissait un essor fulgurant en médecine. Ces sources chaudes sont encore exploitées et forment une partie du complexe de l’hôtel Banff Springs (que je m’amuse à translitérer en «hôtel à ressorts de Banff». C’est cet hôtel, imposant, majestueux, qui fait la réputation internationale de Banff.

Entrée principale de l'hôtel Banff Springs, dont la plus grande partie a été construite entre 1911 et 1928 par le Canadien Pacifique.

Entrée principale de l'hôtel Banff Springs, dont la plus grande partie a été construite entre 1911 et 1928 par le Canadien Pacifique.

L’hôtel est véritablement niché dans une site enchanteur, en bordure de la ville de Banff. On y trouve des sentiers de marche, plusieurs restaurants, ainsi qu’un grand centre de conférences (j’ai suggéré à mon amie d’organiser une conférence de l’ordre professionnel pour lequel elle travaille ici…)

Le centre de conférences rattaché à l'hôtel Banff Springs

Le centre de conférences rattaché à l'hôtel Banff Springs

Gros plan sur la statue de William Cornelius Van Horne, ingénieur en chef du Canadien-Pacifique, qui a mené a bien la réalisation du chemin de fer transcontinental. Elle se dresse devant le centre de conférence de l'hôtel Banff Springs.

Gros plan sur la statue de William Cornelius Van Horne, ingénieur en chef du Canadien-Pacifique, qui a mené a bien la réalisation du chemin de fer transcontinental. Elle se dresse devant le centre de conférence de l'hôtel Banff Springs.

Tout près se trouvent les «chutes» de la rivière Bow auxquelles on accède soit en suivant un sentier qui part de l’hôtel ou par une route transversale. C’est probablement ce qui retenait le plus l’attention des touristes d’une demi-journée que nous étions. Après tout, c’est la nature… même si elle est aménagée!

La «chute» de la rivière Bow (à exposition lente).

La «chute» de la rivière Bow (à exposition lente).

L.B.)

L'eau de la rivière Bow est vraiment BLEUE comme ça à Banff (photo: L.B.)

La rivière ouvre aussi des panoramas splendides sur le décor majestueux des environs. Nous n’avons pas eu le temps d’aller faire un tour de téléphérique sur le mont Sulphur, tout proche, parce qu’il fallait revenir à Calgary pour un certain vol de retour de ma voyageuse amie qui partait ce soir-là. Ce n’est que partie remise!

About these ads

9 réflexions sur “Banff: Ville touristique

  1. J’ai vécu à Banff en 1981, en 1983 et y suis retourné en 1991. Lors de ma dernière visite, j’avais trouvé que Banff avait beaucoup changé. Elle avait un peu perdu son cachet. Banff est devenu une petite ville avec un conseil municipal (plusieurs conseillers sont d’origine japonaise) qui ne dépend plus de Parcs Canada, comme Jasper dont Parcs Canada est responsable et qui a gardé un caractère plus pittoresque. Malgré tout, Banff est une ville jolie et vivante. Les montagnes et les rivières sont très près de la ville.

    Les touristes japonais sont très nombreux et plusieurs propriétaires de boutiques sont japonais. Tout est fait pour attirer cette clientèle car ils ont beaucoup d’argent et pour eux, tout est à un prix dérisoire alors ils en profitent. Ils sont très friands d’appareils électroniques et de produits de haute gamme. Le résultat est que le coût de la vie a augmenté.

    Je garde tout de même de bons souvenirs de Banff et de la région.

  2. Ginette, ce que tu ajoutes à l’article est fort précieux… et exact! À l’aéroport de Calgary, on voit les hordes de touristes japonais descendre d’avion et prendre aussitôt l’autobus pour Banff… où ils envahissent ensuite les échoppes de la ville. Tout ça manque affreusement de charme, sauf pour le décor environnant. Ça reste un site enchanteur, si on s’éloigne des magasins.

    Momo, il me manque la référence pour comprendre… mais je me doute un peu de quoi il s’agit.

  3. Je veux dire par là que l’architecture de cet hôtel me rappelle sensiblement celui de "Shining", le film de Kubrik.

  4. Mais c’est plus de l’ordre de la réminiscence que, stricto senso, de la référence architecturale .

  5. J’avais plus ou moins deviné qu’il s’agissait du film de Kubrick, mais ne l’ayant pas vu… je serai aux aguets si jamais je le visionne.

  6. C’est un grand film d’épouvante et d’horreur, mais réalisé avec un grand sens de la distanciation. La qualité artistique, à tous les niveaux, prend le dessus sur l’horreur proprement dite.

    J’ai trouvé ça, pour la comparaison, mais c’est décevant car, dans le film de Kubrik l’hôtel a l’air immense, alors qu’ici, il ressemble tout juste à un grand chalet.

    Un autre lien, un peu plus représentatif.

  7. j’ai trouve un peut bien mais les details sur un vue en plans serra du mieux pour jugee

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s