Le pont sur la rivière… Kwa?!

Puisque je reviens en arrière dans mes albums de photos, il faut que je parle de deux visites mémorables qui ont suivi notre passage à Drumheller (ma mère et moi) en juin dernier. Plutôt que de revenir directement à Red Deer après une matinée passée au musée Tyrell, j’ai décidé d’obliquer vers l’est, car ma mère était véritablement impressionnée par les formations rocheuses de la vallée de la rivière Red Deer. On nous annonçait aussi quelques autres attractions à proximité. Nous avons d’ailleurs fait un arrêt, ce même jour, à l’un des sites les plus accessibles (et vulnérables) pour voir des cheminées de fées.

Sur la «route des hoodoos» (cheminées de fées en anglais), il y avait un panneau annonçant un pont suspendu. Les lectrices et lecteurs réguliers de cette chronique sauront que ces structures me fascinent. Je me doutais bien que si l’on parlait ainsi d’un pont, il devait bien avoir une certaine importance… malgré le fait que pour s’y rendre, on emprunte une route très, mais alors là très secondaire. De plus, aucune route traversant la rivière n’était indiquée sur ma carte routière.

Je m’attendais à un pont véhiculaire, mais, ô surprise, il s’agissait plutôt d’un pont piétonnier. Et un pont un peu particulier, qui a été construit pour transporter le minerai (du charbon) extrait sur la rive nord vers le terminal de chemin de fer qui se trouvait sur la rive sud, là où nous trouvions.

Un écriteau sur le pylône sud du pont donne une petite explication historique de son importance. Il semblerait qu’avant sa construction en 1931, la mine qui se trouvait sur la rive nord faisait parvenir le minerai sur la rive sud, plus rapprochée d’une gare, par un système apparenté à celui dont j’ai déjà parlé il y a quelques mois.

Le pont actuel, reconstruit en 1958, donne quelques frissons…

… surtout si on décide de regarder la surface (si même on peut employer ce mot) du tablier. Un panneau interdit formellement de faire balancer le pont (des haubans latéraux diminuent d’ailleurs les mouvements), mais il suffit qu’une personne marche pour que le tout se balance…

Oui. Ce sont mes petons. Avec la rivière Red Deer et quelques branches verdoyantes en arrière-plan. Dr. CaSo, je te promets de ne pas t’imposer cette traversée.

La vue sur la rivière vaut la traversée. Ma mère, hésitante au début (elle est sujette au vertige) s’est laissée convaincre, probablement par la beauté du paysage. On la voit d’ailleurs sur la photo d’en-tête, portant un chandail jaune et se tenant sur la rive nord, que l’on ne peut rejoindre qu’en traversant le pont. Je suppose que, après son baptême de l’air, elle s’est dit que ce ne devait pas être si pire que ça.

Les falaises bordant la vallée de la rivière sont tout de même spectaculaires à cet endroit. On peut voir les éboulements qui ont scellé l’entrée de la mine, mais aussi des rochers ferrugineux d’une superbe couleur rouge.

Cliquez pour agrandir.

Après cette double traversée sur un pont transparent et branlant (il fallait bien revenir sur la rive sud où nous attendait Bernadette), nous étions prêts pour aller découvrir un autre élément du patrimoine des Badlands qui se trouvait à proximité, la mine Atlas. J’en parlerai d’ailleurs demain.

About these ads

9 réflexions sur “Le pont sur la rivière… Kwa?!

  1. L’endroit à l’air superbe, mais il faudrait effectivement que tu me payes très, très, très cher pour que je pose un pied sur ce pont! Brrrrr… j’en ai des frissons rien qu’à regarder la photo de tes chaussures!!!

  2. On s’ y croirait ! Faudrait que je me teste . Aucun vertige en avion , mais un peu au bord d’une falaise .
    Pour Nelson , c’est carrément exclu ! Méme les viaducs autoroutiers des Alpes le mettent mal à l’aise .
    En tout cas , ce Site donne envie d’y aller voir ! Impressionnant !

  3. Je ne peux pas avancer sur un pont où on voit à travers. Je suis complètement bloqué.
    Déjà que je n’ai pas pu mettre le pied sur le sol de verre de la tour CN…

    Sinon, le paysage est fantastique.

  4. Dr. CaSo, il est permis de regarder de la rive.
    Patton, c’est différent de l’avion, tout de même. Si Nelson vient en visite, on évitera de lui faire subir le traumatisme. Je suppose que le plancher de verre de la Tour de Calgary est aussi exclu.
    Olivier, tu n’es pas le seul, comme tu peux le voir. Comme je le disais à ma mère, le secret, c’est de regarder devant, pas au travers du plancher.

  5. J’avais vu la Tour de Calgary précedemment , chez toi .
    Moi , ça me plairait malgré tout , mais Nelson devra rester en bas . Oyaté accepterait il de faire le " Kid – sitter " ? :)

  6. Peut-être… qui sait. Je pense toutefois qu’il aime les hauteurs. Nous avons tenté à plusieurs reprises d’emmener ma mère en téléphérique à Banff… mais elle a refusé. Je ne sais pas ce que Nelson dirait si on lui promettait un repas au restaurant tournant de la Tour?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s