Petite promenade vespérale… sur les traces de mon passé

Je suis à Hull (je ne m’habituerai jamais à appeler autrement ce coin de la municipalité fusionnée de Gatineau) pour le Forum annuel du RESDAC. La rencontre est fascinante et inspirante… et pas seulement pour l’organisme qui m’y amène.

Ce soir, après une longue journée d’ateliers et de conférences, j’ai décidé de faire une petite promenade. Mes bons amis savent se méfier lorsque je dis «une petite promenade». En fait, une amie a déjà qualifié une telle «petite promenade» allant du voisinage de l’Université de Montréal à Outremont de Bataan Death March. Hier, je soupais avec des amis de longue date et justement, l’un d’entre eux, qui fut mon coloc pendant deux ans et avec qui j’allais souvent faire des «petites promenades» en soirée, a ramené le sujet… avec humour.

Donc, je loge présentement plutôt près du lieu du congrès:

Distance totale, en ligne directe: 550 mètres. Toutefois, ce soir, j’ai décidé d’étirer quelque peu la promenade… et plus tard, au milieu de la promenade, j’ai ajouté quelques florilèges, avec à peu près le résultat suivant:

Bon… Google n’a pas voulu indiquer mon parcours exact sur la Colline parlementaire, car j’ai dû faire quelques détours à cause des travaux présentement en cours dans l’Édifice de l’Ouest et le long de la falaise est, mais à part ça, c’est à peu près fidèle. Distance totale parcourue (toujours selon Google: environ 9.8 km. Une paille.

Je n’avais pas mon appareil photo avec moi (de toutes façons, le soir tombait; il tombe beaucoup plus vite ici que chez nous) et donc les possibilités de photos allaient être limitées. J’ai tout de même pu prendre celle que l’on voit à l’en-tête de cet article du pont du Portage, juste au nord de l’île Victoria. J’ai fait le tour des ruines de l’usine qui se trouvent sur cette île avant de voir, sur la presqu’île suivante, cet étrange monument érigé en 2010 pour le centenaire de la Marine canadienne.

Étrange mais beau… mais étrange en ce que je ne comprends pas vraiment le lien entre l’esthétique du monument et sa signification, mis à part quelques inscriptions qui s’y trouvent rappelant les principales interventions de la Marine à travers son histoire. Il y avait bien ce panneau explicatif, mais pour une raison que j’ignore, le lien vers lequel le code renvoie n’est pas reconnu par mon téléphone.

Je trouve l’idée de ces panneaux interactifs intéressante, mais bon… encore faut-il que ça fonctionne. Après quelques recherches, j’ai trouvé cette vidéo (aux accents pompeux et intellectualisants):

Quant au monument, j’ai essayé de le comprendre dans son contexte, mais c’est vraiment cryptique même avec l’explication… mais c’est beau et méditatif.

Ce furent mes dernières photos de la soirée… car la lumière ambiante diminuait rapidement et lorsque je suis arrivé sur la colline parlementaire après avoir longé les Archives Nationales et la Cour Suprême (dont la pelouse avant est encore et toujours entourée de disgracieuses clôtures qui semblent être là depuis toujours), la pénombre régnait. Je voulais à l’origine suivre plus ou moins le parcours du «Boulevard de la Confédération», mais après la colline parlementaire, j’ai plutôt décidé de bifurquer vers le sud.

Toutefois, avant ce léger changement à mon trajet initial, j’ai pu constater que l’on prenait vraiment au sérieux la sécurité des visiteurs autour des édifices parlementaires présentement en reconstruction, particulièrement l’Édifice de l’Ouest. Habituellement, les sites en construction sont entourés d’une palissade de bois (pas particulièrement esthétique, mais efficace et économique). Voilà qu’on a plutôt choisi de construire une clôture de fer ouvragé qui doit avoir coûté au bas mot au moins 500$ du pied linéaire. Disons que cette clôture donne aux lieux non l’apparence d’un chantier, mais plutôt d’une fortification. Ceci inquiète particulièrement quand on considère que l’Édifice de l’Ouest est appelé, une fois les travaux de restauration actuels terminés, à héberger les Chambres afin de permettre la restauration intérieure de l’Édifice du Centre.

Ceci dit, pendant que je faisais le tour du superbe Édifice du Centre, les députés étaient justement en Chambre pour débattre du controversé projet de loi de mise en œuvre du budget… Blech.

Après quelques minutes à me balader autour de ces magnifiques édifices victoriens qui, malgré tout, symbolisent la démocratie canadienne (en dépit de la vision étroite et à court terme de ceux qui sont présentement au pouvoir), je suis revenu sur les rues de la ville, constatant que les chantiers ne manquent pas. L’ancien édifice du Musée des Beux-Arts du Canada qui, à l’été 1992 avait abrité la «Maison du Canada» pour commémorer le 125e anniversaire de la Confédération, n’est plus. Il y a là un trou béant entre l’hôtel Lord Elgin et le Haut-Consulat britannique. Bon. Ce n’était pas une beauté architecturale, mais j’y ai quand même fait un peu de bénévolat. Ce sera une tour de 17 étages abritant le Ministère des Finances qui y sera construite.

Je suis allé me promener sur le campus de l’Université d’Ottawa, où j’ai quand même passé de longues et belles années. Là aussi, il y a de la construction, notamment un nouvel édifice pour la Faculté des Sciences Sociales. Il était temps! Comme la Faculté des Arts, celle des Sciences Sociales était coincée dans un édifice vétuste des années 1950 qui vient d’être rénové dans le cadre du projet d’expansion.

Ma promenade m’a fait passer par plusieurs lieux que j’ai longtemps fréquentés. C’est avec joie (et soulagement, j’admets) que j’ai constaté que ma librairie d’usagés préférée est toujours ouverte, même s’il semblerait que le deuxième étage (qui contenait surtout des livres rares et coûteux) a été fermé. Au détour de la rue Cumberland, j’ai vu, là où se trouvait la maison des étudiants diplômés (ouverte lorsque j’étais à la maîtrise)… un trou béant. On est à la remplacer par un édifice moderne, ce qui n’est pas une mauvaise chose étant donné l’état de l’édifice qui l’abritait. Il est des bâtiments qui méritent d’être rénovés et conservés, mais je ne suis pas certain que celui-ci en était… donc on ne pleurera pas son remplacement.

Je suis rentré en traversant le quartier du Marché By… fort actif à cette heure de la soirée. Sympathique. Ça me rendait vraiment nostalgique, surtout par contraste avec, disons, l’absence de vie urbaine à Red Deer. Ça m’a aussi permis de vérifier que certains endroits fétiches sont toujours ouverts, question d’y emmener Oyaté. Retour par le pont Alexandra, qui offre une vue imprenable sur la Colline (voir ci-dessous)… et qui m’amenait directement à mon hôtel. Repos… il faut que je sois frais et dispos pour la dernière journée de Forum et pour accueillir Oyaté qui vient me rejoindre!

La Colline parlementaire vue du pont Alexandra, avril 2007.

About these ads

2 réflexions au sujet de « Petite promenade vespérale… sur les traces de mon passé »

  1. Belle balade :) Je comprends très bien ta nostalgie et j’espère qu’Oyaté et toi passerez une super journée ensemble là-bas!

  2. Je reviendrai, je n’ai pas encore fini de visiter tous les liens. :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s