Le jardin fleurit

Il suffisait que nous partions quelques jours pour le Centre canadien (Ottawa et Montréal) pour que, pendant notre absence, le jardin explosât de couleurs et que nous revinssions à un spectacle navrant (le gazon si haut qu’il aurait fallu une moissonneuse-batteuse pour en venir à bout) et réjouissant (les fleurs en pleine éclosion). Ici, la pivoine près du patio, qui s’en donne à cœur-joie. Depuis, plusieurs autres boutons ont éclos au milieu des iris.

J’ai plusieurs bouquets d’iris qui ouvrent sur une période d’un mois, selon l’ensoleillement de la plate-bande où ils se trouvent. Ceux près du patio bénéficient du meilleur ensoleillement possible, d’où un fleurissement hâtif (toutes proportions gardées).

Les ancolies ne se contiennent plus… et laissent éclater leur beauté bleutée tout près de coquelicots sauvages qui poussent comme ça… un peu partout.

C’est jaune comme les pissenlits, mais c’est nettement mieux, tout de même! Bon. Les plus observateurs d’entre vous auront constaté que les mauvaises herbes s’en donnent elles aussi à cœur-joie, d’où besoin d’intervenir. Je vais aller faire un tour… enfin, plusieurs, et nettoyer tout ça!

Jardin

Il a enfin cessé de pleuvoir (presque! nous avons encore des orages de fin de journée) et mes fleurs s’en donnent enfin à cœur-joie. On peut penser que l’été est arrivé. Mes pivoines, en tout cas, ont décidé de s’ouvrir généreusement pour la première fois cette année (elles ont été plantées en 2009).

Ce plant de pivoine (j’en ai deux) s’épanouit au beau milieu d’une profusion d’iris qui sont en pleine explosion. J’ai des iris un peu partout au jardin, et selon l’endroit où ils se trouvent (et donc l’ensoleillement dont ils jouissent) leur fleurissement s’étale sur près d’un mois.

J’ai également de beaux dicentres (cœurs-saignants) qui ont enfin atteint une certaine maturité et qui nous offrent un spectacle ravissant.

Tiens! Je ne suis pas le seul à bénéficier du jardin… et il faudrait encore que je tonde la pelouse, avant d’y perdre l’un ou l’autre chat.

Au jardin!

Ce n’est pas la première fois que je vous fais faire le tour de mon jardin… mais comme c’est là que j’ai dû concentrer mes efforts à mon retour la semaine dernière, j’en ai profité pour faire quelques clichés. Avant que ces photos ne soient caduques, je profite de cette journée orageuse pour vous faire partager quelques photos des fleurs qui enjolivent mon existence.

Iris et ancolies sont encore présents, mais ce n’est plus qu’un baroud d’honneur au milieu d’autres fleurs qui commencent sérieusement à voler la vedette.

Les cœurs-saignants (dicentres), par exemple… qui explosent dans les zones ombragées.

Ma pivoine arbustive, plantée il y a trois ans, fleurit pour la première fois. Belles et majestueuses, ces fleurs roses épanouies. J’ai le beau cadeau d’en avoir quatre cette année. Comme quoi la patience est l’outil principal du jardinier.

Mes clématites, qui m’avaient déçu l’an dernier, ont aussi décidé de fleurir. Bien que celles-ci aient été plantées cette année… le plant de l’année dernière ne fait que commencer à grimper.

Mes pavots poussent comme de la mauvaise herbe. J’en ai des jaunes, des rouges et des blancs. Partout. Même là où il ne devrait pas y avoir de fleurs… Mais ce sont de si belles «mauvaises herbes»…

Les lys ne font que commencer leur spectaculaire floraison!

La plate-bande du côté est du jardin a enfin atteint une apparence plus qu’acceptable et équilibrée, après trois ans d’aménagements. Hors du champ de la photo, à gauche, on trouve des framboisiers. À droite, il y a de majestueux delphiniums qui s’apprêtent à fleurir.

J’ai quelques annuelles en pots, dont cette variété de géraniums à la belle couleur profonde. Ils agrémentent le patio et l’avant de la maison.

Tiens! On dirait que je ne suis pas seul à apprécier les fleurs! Monsieur R itou!

Les fleurs s’épanouissent

Ancolies 2009

Scènes croquées ce matin dans mon jardin. Les ancolies sont en pleine floraison et donnent un spectacle ravissant, même s’il est un peu monochrome. Et j’ai plusieurs pavots plus ou moins sauvages qui poussent dans mes plates-bandes et ailleurs. Une belle couleur jaune… qui n’est pas sans rappeler une certaine voiture.

Pavots jaunes

Oh! Et nous avons eu droit à quelques (misérables) gouttes de pluie ce soir. La sécheresse est plutôt inquiétante cette année… comme on l’a d’ailleurs dit dans les médias nationaux. Ce n’est pas des farces: mon gazon est déjà sec comme à la fin août. Bon, évidemment, ce n’est pas déplaisant de pouvoir enlever quelques pelures après un hiver un peu rigoureux, mais un peu de pluie ferait le plus grand bien et contribuerait à réduire le nombre des feux de forêt.

Premières floraisons

Pissenlit 2009

Oui, comme d’habitude, ils sont en fleur et très en santé… surtout ceux de ma voisine; j’en ai croqué un pour vous. Les miens sont un peu moins en forme. Bien sûr, j’en ai aussi, mais comme je leur livre une chasse sans merci, j’en ai beaucoup moins. Oui, c’est une plante comestible et à la ténacité remarquable… mais ce n’est pas une raison pour en faire la preuve sur ma pelouse. Cependant, les pissenlits ne sont pas les seuls à s’être montré la binette. D’autres fleurs (voulues, celles-là) ont commencé à faire leur apparition çà et là dans mon jardin. Voici un petit échantillon croqué pendant que mon souper se faisait cuire sur le barbecue ce soir…

Muguets 2009

Les muguets sont en fleur depuis une bonne semaine tout le long du flanc est de la maison. Lorsque j’ouvre la fenêtre du bureau (derrière moi quand je suis à l’ordinateur) leur parfum se répand partout au sous-sol. Une petite merveille qui pourrait avoir tendance à l’envahissement n’était-ce du fait que son expansion est limitée par un trottoir qui court entre la plate-bande et la pelouse.

Tulipe 2009

Au beau milieu de cette «talle» de muguets se dresse mon unique tulipe, fidèle au rendez-vous. J’avais pour projet de lui trouver des compagnes et de planter d’autres bulbes l’automne dernier, mais les finances étaient un peu trop serrées. Ce sera pour cette année. Je voudrais avoir droit à une explosion de couleurs… Ça viendra. J’ai beaucoup de patience.

Spirée

Sur le devant de la maison, la spirée donne son éphémère spectacle annuel. J’ai été chanceux cette année de pouvoir le voir, car c’est une splendeur qui dure bien peu de temps. Certaines branches sont particulièrement chargées. La spirée sera accompagnée d’hémérocalles d’ici un mois, mais bon. Les plates-bandes de l’avant de la maison (exposées au nord) ont besoin d’acquérir une certaine diversité. J’y verrai au cours des prochaines années. J’ai ajouté un plant de cœurs-saignants (dicentre) cette année. J’ai aussi d’autres idées pour tenir compagnie aux conifères et à la spirée qui donnent déjà un beau volume à cet espace.

Fleur mystérieuse

Les plates-bandes de l’arrière commencent à franchement se réveiller. Les plants de lys, d’iris, d’ancolie, de pavot, de hosta, de delphiniums et d’aconit sont bien sortis et certains ont même commencé à montrer des bourgeons de fleurs. Je suis tout réjoui de voir mes plants de lupin réapparaître, ainsi que la pivoine, que je croyais défunte. Puis il y a cette fleur dont j’ignore encore le nom, mais qui montre une belle résistance aux gels que nous avons encore régulièrement la nuit, bien que la température aille se promener autour de 22-25 degrés le jour.

Fraisier

Du côté du potager ça pousse aussi. Mes radis sont en bonne voie de produire de vraies feuilles, les haricots sont sortis de terre; les oignons et les carottes pointent leurs feuilles aussi. La ciboulette est en grande forme et les tomates survivent tant bien que mal à la fois à leur transplantation et aux gels. Les fraisiers ont commencé à fleurir; j’espère avoir quelques fruits charnus cette année! Rien de tel que des fraises fraîches pour marquer l’arrivée de l’été. Ça me rappelle mon adolescence, alors que j’allais gagner ma croûte à cueillir des fraises pour des producteurs de la région où j’ai grandi. Il fallait en cueillir beaucoup, à 50 cents par panier, pour arriver à se faire un petit pécule. J’ai connu quelques journées à 20$… mais elles étaient rares.

Arbre du voisin

Enfin, un voisin possède un superbe pommettier décoratif qui dépasse allègrement au-dessus de la clôture et qui enjolive le paysage. C’est beau le printemps, vu de ma cour…

Oh! Et je suis allé travailler à bicyclette pour la première fois aujourd’hui. Va pour l’aller… mais au retour, la côte Michener est un peu raide en fin de parcours (sans compter les véhicules qui nous frôlent). Il va falloir de l’entraînement!