Chère Mère Nature…

Prévisions météorologiques pour Edmonton le 27 mars selon Environnement Canada. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

… ce n’est pas qu’on soit, comment dire, obsédés par le besoin de beau temps, mais au cas où l’on ne vous aurait pas informée, le printemps est supposé être arrivé depuis une bonne semaine. Aussi, peut-être avez-vous raté les nouvelles, mais on nous a quelque peu ralenti et restreint dans nos mouvements ces temps derniers. Donc… on ne détesterait pas que la neige cesse. Oh! Je sais bien, l’hiver a généralement été doux et nous a épargné certaines des rigueurs habituelles, mais quand même… Et nous voudrions bien pouvoir continuer à aller nous entraîner pour mieux subir l’inaction forcée, quand même. Aussi, Olivier nous nargue avec ses belles photos de nature printanière.

Isaulement saucial

Je ne suis pas la seule personne à trouver que le terme privilégié présentement pour désigner la pratique de l’éloignement physique dans les lieux publics comme moyen prophylactique relève peut-être de l’oxymore… et c’est pourquoi je l’ai volontairement mal épelé dans le titre pour déjouer les moteurs de recherche. Je préfère de loin le terme « éloignement préventif » ou « isolement / distanciation physique », mais bon… on ne m’a pas demandé mon avis.

Ceci dit, les chats nous montrent – ou pas – comment maintenir une distance sécuritaire les uns des autres. Disons simplement que les aînés, Rusty et Edgar, montrent plutôt le principe d’inséparabilité. Oscar (à droite) et Alfred (au fond) nous montrent plus adéquatement le principe de la distanciation…

Ben quoi? On vit sous le même toît, non? Comment voulez-vous-t-y qu’on s’éloigne?

Moi… tant qu’on me laisse dormir… et qu’on me fournit mes croquettes…

C’est pas bientôt fini, ces âneries? C’est à quelle heure, le souper? Il faut que je finisse ma sieste d’avant la collation, question de me monter un appétit, quand même…

Chat-brouette

L’humain, c’est Oyaté, mon cher et tendre. Le chat, eh bien, c’est Alfred. Oui, le très timide Alfred. Celui qui se cachait derrière les livres lorsque nous l’avons adopté en 2012. Il a quelque peu changé depuis… il a pris de l’assurance. Lorsqu’il a faim… il se plante au bas de l’escalier (ou ailleurs où nous nous trouvons) puis il lance un miaou sec et plaintif et nous guide vers les bols de bouffe… puis il nous regarde avec insistance jusqu’à ce qu’on le caresse avant de se décider à manger. Il aime même se faire soulever comme on le voit… Je ne connais aucun autre chat comme lui.

Mise en forme

Certains se souviendront qu’à l’été 2017, j’ai repris l’entraînement et perdu une vingtaine de livres en un été (que je n’ai pas reprises). Notre salle de conditionnement physique ayant été contrainte de fermer ses portes le 17 mars, nous nous promettions d’aller, aussitôt que les conditions le permettraient, courir dehors. Avant la pandémie, nous avions déjà prévu aller courir dehors pendant la belle saison, en plus de la salle d’entraînement, mais nous n’avions maintenant plus le choix. Évidemment, la neige n’a pas encore fondu, mais heureusement que quelqu’un entretient l’une des allées de la piste d’athlétisme Rollie Miles pendant l’hiver, ce qui me permet de courir sur une surface adéquate (je ne peux pas courir sur la rue ou le béton à cause de problèmes aux genoux causés par des pieds plats). Ce soir, nous avons couru quatre milles (6,4 kilomètres) avalés goulûment, sans trop de problèmes. L’air était frais (4-5 degrés), mais avec suffisamment d’humidité pour ne pas irriter la gorge. Et c’était presque désert. Il y avait trois autres personnes à notre arrivée, mais elles sont parties peu après, nous laissant la piste à nous seuls. Pas d’encombrement, donc.

Après une douche, nous avons pris le chemin (à pied) du restaurant chinois du voisinage pour nous bourrer la fraise… et constater que le prix de l’essence est en chute libre:

Je pense que la dernière fois que j’ai vu des prix sous les soixante cents du litre, le premier chiffre de l’année commençait par un 1, pas un 2. Évidemment, comme nous n’avons pas vraiment beaucoup de conduite à faire, ce n’est pas comme si nous en profitons énormément, mais disons que c’est surprenant. Les prix oscillent entre 59,9 et 65,9 cents le litre dans les alentours.

Air frais

Il faisait doux cet après-midi… donc j’ai entrouvert la fenêtre du sous-sol (il n’y en a qu’une) pour laisser entrer un peu d’air frais. L’effet a été magique et un Alfred s’y est rapidement manifesté… et a montré la plus mauvaise des volontés à s’y faire retirer quelques minutes plus tard quand est venu le temps de refermer l’huis… Mais ça sent décidément le printemps et la neige fond!

Et je continue l’enseignement à distance… justement sous la fenêtre en question. Jusqu’ici, à part quelques ajustements rendus nécessaires par la fermeture de la bibliothèque du collège, tout se déroule normalement.

Keep calm

Pendant que le monde panique… ça dort dur dans la chaumière! Edgar, Rusty et Alfred (et il y avait bien un Oscar ailleurs quelque part dans la maison). Ce message d’intérêt public a été inspiré par Matoo.

Keep Calm and Take a Nap Poster

Un peu d’humour pour tou(te)s les enseignant(e)s

Un lien vers cette vidéo nous a été envoyé par une collègue. Michael Bruening nous chante les défis de l’enseignement à distance… sur la mélodie d’I Will Survive de Gloria Gaynor. Brillant! On a tous besoin d’un peu d’humour en ces temps d’isolement…

J’aime aussi me rappeler que je suis parmi les «chanceux», en ce que je peux continuer à travailler à peu près régulièrement (et de surcroît sans réunions embêtantes) et recevoir un plein salaire alors que beaucoup d’autres se retrouvent en situation financière difficile.