Le grand (a)ménage(ment) du printemps II

Pour lire le début de l’histoire, cliquez ici.

Voilà qui est fait. L’espace pour le potager à venir est maintenant dégagé. Il ne reste plus qu’à y ajouter du compost et à planter les radis, carottes, oignons, ail, tomates, fèves et fines herbes que j’ai l’intention d’y faire pousser. Ce que l’on voit au fond, c’est un rosier et de la ciboulette. La gouttière, je ne peux vraiment pas l’éviter. On peut la soulever pour travailler, mais elle doit demeurer là. En Alberta, les pluies peuvent être subites et abondantes et il est important d’envoyer l’eau le plus loin possible des fondations. Certaines maisons ont d’ailleurs des gouttières dont l’extension est presque comique.

Quant aux dalles du côté droit, cela a demandé passablement de travail… je n’ai pas besoin de préciser que les dalles du fond sont très lourdes et donc peu maniables. J’ai profité du fait que je déplaçais le tout (voir la photo de l’espace avant aménagement dans le message précédent pour fins de comparaison) j’en ai profité pour déposer sous les dalles des morceaux de membrane géotextile que mes proprios m’ont gentiment laissée et qui me permettra d’éviter la mauvaise herbe en bordure du patio, lequel aurait besoin d’une bonne couche de peinture fraîche.

J’ai passé huit heures à «jardiner» aujourd’hui. Le ménage printanier (ratisser le terrain et enlever les débris de l’hiver ici et là) est terminé. Il me reste à réaménager deux plates-bandes et à diviser les iris et muguets. Vous ai-je dit que j’ai toujours rêvé de pouvoir jardiner?

Bon… Il y a quand même du travail. Je retourne à mes écritures sérieuses…

Pour lire la suite des travaux d’aménagement, cliquez ici.

Publicités