Dépaysement calculé au centre d’achats…

L.B.)
Approche du WEM par la 170e Rue (Photo: L.B.)

Oui, vous l’avez deviné: cet article portera sur le Centre commercial de l’Ouest d’Edmonton, qui se dit le «plus grand centre d’achats et de divertissement au monde».

galaxyland
Approche du WEM par la 170e Rue (Photo: L.B.)

J’ai beaucoup de difficulté à aimer le WEM. Ça reste, après tout, un centre d’achats nord-américain typique… gonflé aux stéroïdes. Chaque fois que j’y vais, ça me rappelle le Carrefour Laval, mais en plus gros et avec des bébelles quétaines ajoutées. Je ne comprends toujours pas pourquoi c’est, statistiquement, l’attraction touristique la plus populaire en Alberta. On y trouve 800 commerces divers (dont parfois plusieurs succursales d’une même chaîne), une centaine de restaurants et comptoirs alimentaires, un hôtel avec chambres thématiques, un parc d’attractions intérieur, un centre aquatique, une patinoire, un étang où des «sous-marins» évoluent autour d’une réplique grandeur nature de la Santa Maria de Christophe Colomb, un site où des spectacles aquatiques (otaries) ont lieu, trois «rues» thématiques et j’en oublie probablement. C’est aussi le parc de stationnement le plus vaste en ville, qui ne suffit pas à la demande à l’approche des Fêtes!

santa-maria
Approche du WEM par la 170e Rue (Photo: L.B.)

Ce centre d’achats a d’abord pris la forme d’un mail de 106 000 mètres carrés doté de 220 magasins, dont trois grandes surfaces. C’est d’ailleurs par cette section (la partie est) que j’aime entrer: on perçoit alors l’évolution du centre en progressant vers l’ouest: les corridors s’élargissent, le décor devient plus clinquant et les attractions se multiplient.

patinoire
Approche du WEM par la 170e Rue (Photo: L.B.)

Dans cette nouvelle partie, on rencontre d’abord la patinoire de grandeur règlementaire pour la Ligue nationale de hockey, sur laquelle évoluent d’ailleurs parfois les Oilers, l’équipe d’Edmonton, pour des joutes de démonstration. L’hiver dernier, l’ami BBBB et moi-même étions tombé sur un quelconque tournoi d’équipes junior. L’endroit semble plutôt fréquenté et j’avoue que sa voûte de verre rend cette étendue de glace particulièrement attrayante les jours de beau temps… cependant, comme j’ai grandi dans une ville où on trouvait une patinoire sur rivière de 6 km de long, puis que je suis déménagé à Ottawa, où la patinoire du canal Rideau fait 8,8 km de long et était jusqu’à tout récemment la plus longue du monde, tourner en rond sur une patinoire ne me plaît pas vraiment…

centre-aquatique
Approche du WEM par la 170e Rue (Photo: L.B.)

Un peu plus loin, c’est le centre aquatique et sa gigantesque piscine à vagues entourée de glissades d’eau, qui frappe. Curieusement, l’endroit était beaucoup plus occupé en février dernier qu’il l’était à notre passage en juillet. Il faut dire que de nager en hiver dans une atmosphère quasi-tropicale constitue un antidote à la déprime hivernale, alors qu’il doit y avoir d’autres options en ville ou dans les environs durant l’été. Beaucoup d’Albertain(e)s font du camping, à voir tous les véhicules récréatifs qu’on croise sur les routes. Tout près de la piscine se trouve un centre d’activités physiques doté de quatre trampolines où, grâce à un système de câbles élastiques, il est possible de faire des acrobaties vertigineuses.

europa
Approche du WEM par la 170e Rue (Photo: L.B.)

Le WEM constitue l’aboutissement logique de l’impulsion du «tout-sous-un-même-toit» qui a donné naissance aux centres d’achats de banlieue dans les années 1950. On peut aisément y passer plusieurs jours et trouver tout ce dont on a besoin: magasinage, hébergement, activités physiques et de détente, divertissement pour toute la famille. Côté magasinage, cependant, ne pensez pas y trouver l’unique. Ce fut probablement ma plus grande déception: on magasine beaucoup mieux sur la rue Sainte-Catherine à Montréal que dans ce centre d’achats où on ne trouve finalement que les chaînes qui peuplent les autres centres d’achats, parfois à plusieurs exemplaires. Il y a quelques boutiques plus exclusives, mais elles ne sont quand même pas uniques à Edmonton et elles sont généralement destinées aux personnes à la bourse plus rebondie que la mienne. En gros, tout ça manque de «couleur locale».

bourbon-street
Approche du WEM par la 170e Rue (Photo: L.B.)

Le WEM, c’est une série d’imitations de ce qui se trouve ailleurs, surtout par les diverses attractions à la Las Vegas que sont Europa Boulevard, Bourbon Street (une allée de restaurants de chaîne), Chinatown (où on trouve tout de même une vaste épicerie (de la chaîne T&T) tenant des spécialités asiatiques) et les diverses reproductions qu’on y trouve, notamment celle des Joyaux de la Couronne. Ces copies sans âme sont de bien peu d’intérêt pour moi. Il n’y a rien dans cet édifice qui rappelle qu’on se trouve en Alberta, à l’exception, peut-être d’une statue qui représente des travailleurs pétroliers et qui constitue, par la représentation de trois générations de travailleurs, un hommage presque émouvant à leur importance dans l’économie.

statue-petrole-wem
Hommage aux travailleurs du pétrole (Photo: L.B.)

J’ai un problème avec la logique mercantile qui préside à cet amalgame et je m’en suis rendu compte pendant notre dernière visite après une remarque de mon amie. On peut en effet «parquer» ses enfants au parc d’attractions pendant qu’on magasine entre adultes, mais je ne peux pas m’empêcher de penser au message éducatif que cela renvoie, à savoir que la consommation préside à tout dans notre société. Il y a aussi derrière tout cela une soumission à la culture marchande à l’étatsunienne et à son effet de laminoir culturel par le dépaysement calculé… mais je dois prendre la vie trop au sérieux. Après tout, c’est un centre d’achats… à quoi pourrais-je m’attendre d’autre?

Verdict: À cause de sa réputation, il faut y aller au moins une fois dans sa vie… si ce n’est que pour perdre ses illusions! Après, on passe à autre chose: les Rocheuses attendent!

15 commentaires sur « Dépaysement calculé au centre d’achats… »

  1. No tengo muy claro si me produce terror o simplemente lo encuentro un lugar para otra gente distinta a mí.
    Prefiero espacios más naturales…y más pequeños.
    Iría una vez, para conocerlo.

  2. Me siento de misma manera… Demasiado grande… y lleno de gente y ruido, y al mismo tiempo vacio de cualquier elemento real. Lo he visto tres veces… y lo veré unos veces más para acompañar a otro(a)s visitantes, pero no es con placer. Alberta tiene tantas otras atracciónes naturales que me interesan mucho más…

    Gracias por la visita y el comentario, Dante.

  3. Malgré sa « gigantitude », il est en effet très étonnant que ce centre commercial soit la plus grande attraction de l’Alberta, surtout quand on a vu (et tes photos le prouvent) les paysages si différents et si magnifiques aux alentours!

    Mais j’imagine que par temps maussade, quand il fait -100 dehors, ce doit être agréable de se baigner dans la piscine à vague et les glissades d’eau à 27 degrés Celsius!

    Et j’imagine aussi que cela doit être d’un certain réconfort pour les parents, par temps de pluie, d’avoir un endroit pour s’amuser avec les enfants de temps en temps… En souhaitant seulement que ce centre soit utilisé comme loisirs occasionnels, et non comme voie d’échappement ou habitude de consommation…

    J’ai très hâte à la suite!!

  4. Les centres d’achats ont effectivement leur utilité et pour les jours gris et maussades, ça peut certainement combler un besoin autant psychologique qu’utilitaire. Mais une destination touristique majeure?

    Le meilleur s’en vient… et comme tu sais de quoi il s’agit, je comprends ta hâte! Il reste au moins trois chroniques de ce voyage!

  5. Tu dis qu’il faut y aller au moins une fois dans sa vie, si je compte bien dans ton cas ça fait au moins trois fois que tu y vas, serais-tu en train de devenir accroc?

  6. Rien que de voir une piscine ça m’hérisse les poils, j’aime mille fois mieux les puces de canards.

    Ces enfers climatisés ne sont plus ma tasse de thé, en effet, jadis, adolescent mélancolique et solitaire, j’aimais les centres commerciaux, véritables agoras modernes de la surconsommation, fantasmes de tous les possibles.

    À présent, je m’y intéresse uniquement sous l’angle de l’archéologie d’anticipation, ou comme décor pour le prochain film de Romero (je pense qu’il pourrait se rattraper là-dedans).

  7. En effet, le fait que ce centre soit une « attraction touristique majeure » est plutôt désolant, surtout quand on compare à la faible fréquentation des lieux si magnifiques que l’on a visités!

    3 chroniques encore? Youppi!🙂

  8. Boris… Non, je ne suis pas accro… comme je l’expliquais plus tôt à Dante (Cacho de Pan), chaque visiteur que je reçois veut voir cette «huitième merveille du monde» autoproclamée… Sans être une souffrance, ce n’est pas exactement un plaisir pour moi, sauf deux magasins.

    Momo, en Nord-américain que je suis, je n’ai tout de même pas les centres d’achats en horreur; ici, c’est l’exaltation du concept qui me fatigue… Et de l’anthropologie d’anticipation? Que veux-tu dire?

    Lune… Peut-être quatre, maintenant que j’ai reçu tes photos (et ce qui venait avec)…

  9. « ARCHEOLOGIE d’anticipation », Doreus.

    C’est un néologisme de mon crû, et qui me ramène très exactement à Pompeï et Hercolanum.

    La visité de ces deux sites archéologiques a définitivement changé ma vision du temps.

    Le Vésuve s’est comporté en photographe, il a fixé la position et les gestes des personnes au moment ou ils étaient en train de fuir la nuée ardente.

    C’est une chance aujourd’hui de pouvoir voir tout ces vestiges debout, c’est une chance également de pouvoir voir ce centre commercial gigantesque et de s’y promener tranquillement, comme un archéologue particulièrement chanceux.

  10. Mes excuses, Momo… j’ai lu trop vite. Et en même temps, je pense que mon subconscient a joint ton idée à un travail d’anthropologie qu’a présenté un étudiant l’année dernière dans le cadre d’une conférence au collège. Il avait étudié le comportement des «magasineuses et magasineurs» dans les deux centres d’achats de Red Deer.

    Je t’envie un peu d’avoir vu Herculanum et Pompeï. Un jour… Ici, comme tu as pu le constater, ce que la pierre a figé pour l’éternité, c’est un tantinet plus vieux… de quelques millions d’années!

    Je comprends bien l’idée que tu avances. Beau néologisme.

  11. C’est une chance d’avoir l’Italie si proche, mais c’est du galvaudage de ne pas y aller plus souvent.

    Hum… ici aussi il y a quelques fossiles, des traces de diplodocus ont été récemment trouvés dans le Jura, si mes souvenirs sont bons des oeufs de T.Rex ont été trouvés sur une colline près de Lugano il a quelques années.

    J’ai participé récemment à un projet artistique pour un tunnel autoroutier, j’ai voulu savoir ce qui avait été enlevé pendant l’excavation : des micro-fossiles marins, des dents de requin (dans les alpes), des os de Mammuths, etc….

    Plus récemment a été découvert le plus ancien site celte du monde pas loin de chez moi, et on a pu en déduire, accroche toi bien, que les helvètes pratiquaient le sacrifice humain…

    La géologie, la paléontologie et l’archéologie sont des sciences passionnantes, et vertigineuses…

    Les paysages que tu nous as montrés sont tout simplement grandioses.

  12. Des sacrifices humains… c’était bien avant Henri Dunant et la Croix-Rouge!

    Ce que tu dis des fossiles dans les Alpes ne me surprend guère depuis que j’ai appris où se trouvaient certains des sites archéologiques des Rocheuses… en haut de crêtes presque inaccessibles! Les dinosaures vivaient avant que se forment ces montagnes et alors que ces terres qui sont devenues roches se trouvaient quelque part autour de l’équateur. J’avoue que ça me laisse pantois. Ça renforce aussi mon sentiment de petitesse face à un univers qui nous dépasse tellement, mais alors là, tellement…

    Un projet artistique pour un tunnel autoroutier? C’est-à-dire?

  13. J’ai été invité avec ma compagne artiste (mon ex) à participer à un concours d’intervention artistique dans ledit tunnel.

    Je ressort, spécialement pour toi, le dossier (ou une partie du dossier):

    A l’origine, notre projet consistait à établir un inventaire des différentes espèces de vers de terres qui vivaient à cet endroit avant l’excavation du tunnel – il est en effet bien établi que les annélides représentent la première masse animale terrestre – , nous escomptions ainsi inscrire leurs noms le long des parois de ce dernier. Hélas, à en croire divers spécialistes que nous avons consultés, les annélides sont pratiquement absents à cette profondeur, pas même sous forme de fossiles, du fait que ce tunnel se situe entièrement dans des dépôts péri glaciaires.

    Sur la base de ce constat nous avons donc dirigé notre attention vers les constituants géologiques du monceau déplacé. Dans cette optique, nous avons pris contact avec un géologue pour le prier de nous donner un inventaire exhaustif des déblais, ainsi qu’une description détaillée des éléments exhumés. Ce Monsieur, qui étais très occupé, nous a gracieusement envoyé la liste suivante :

    Ton, silt, Feinsand, Mittelsand und Grobsand, Feinkies, Mittelkies und Grobkies, Steine, Blöcke, Kieselkalk, Dolomit, Quarzit, Aaregranit, Gotthardgranit, Molasse-Nagelfluh, Gneis, Porenwasser, Bodenluft.

    Description du nouveau projet

    En lieu et place de.
    Ce qui étais là.

    Prenant appui sur le bref inventaire dressé par le géologue, expert chargé de l’analyse géologique de l’excavation, nous nous proposons de reporter cette liste ainsi constituée sur toute la longueur du tunnel, de manière à recouvrir tout un côté de la voûte par une succession ininterrompue de lettres placées à égale distance.

    Par souci de créer un défilement optique fluide, et pour des raisons de sécurité, nous avons fait le choix de supprimer l’espacement entre les mots, afin que l’automobiliste spectateur, ne se sente pas forcé de lire, mais soit plutôt engagé dans un ressentir. En ce sens, nous avons opté pour des caractères sobres, discrets et de taille réduite. Tout ceci pour que le conducteur ne soit à aucun moment dérouté par un lettrage trop ostensible ou tape à l’oeil.

    A l’appui de ce choix, voici un exemple d’inter lettrage aéré :

    t o n s i l t f e i n

    Très aéré :

    t o n s i l t f e

    Extrêmement aéré :

    t o n s i l

    Tenant compte du fait que le tunnel mesure 735 mètres, la distance entre chaque lettre sera en conséquence de (735 mètres divisé par 166 lettres) : 4,42 mètres, autrement dit, environ la longueur d’une voiture.

    Cet espacement peut sembler excessif au premier abord, nul doute pourtant, si l’on tient compte de la profondeur, que l’effet anamorphique ne manquera pas de resserrer les lettres optiquement.

    Pour finir, nous tenons à dire qu’un certain nombre d’essais in situ seront sans doute nécessaires à la bonne conduite des choix formels (caractère, ton, couleur, proportion, disposition, etc.).

    ……..

    Bon, au final, malgré l’intérêt du jury, le projet n’a pas été retenu, Doreus, c’est la loi des concours, mais par bonheur j’ai quand même été rémunéré (c’était un concours sur invitation).

  14. NB: L’inter-lettrage n’a pas été rendu correctement sur ce support.

    Nouvelle tentative : a m o u r

  15. Bonjour Momo.

    Merci pour ce luxe de détails. Cela aurait effectivement été intéressant comme approche… et au moins tu as été rémunéré pour tes efforts.

    L’interlettrage apparaissait clairement dans la version courriel du commentaire, mais il n’est pas clair dans le commentaire; pour l’intérêt d’autres lecteurs, il faut espacer davantage les lettres d’une fois à l’autre, à mesure que l’interlettrage s’«aère».

    Bonne journée!

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s