Crime culinaire du vendredi soir: brie-bert emphylloppé

briebert-cuit

Les Fêtes approchent… Vous voulez sûrement surprendre vos invités avec des mets originaux! En voici un, qui m’a été inspiré de mon séjour lointain en Abitibi. À l’époque, je devais assez souvent me rendre à Rouyn-Noranda, surtout lorsque je prenais des cours en intervention auprès des groupes à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. C’était pour moi l’occasion de me changer les idées de la bouffe sans imagination de la maison où j’habitais et de me replonger dans la culture «artiste, étudiante et intello» en visitant le café l’Abstracto de la rue Perreault (tiens!). Cet établissement avait au menu un dessert appelé «brie emphylloppé». Je n’ai jamais demandé la recette… mais il s’agissait essentiellement d’un morceau de brie avec un peu de compote de pommes enveloppé dans quelques feuilles de pâte phyllo, rôti, puis recouvert d’un trait de coulis aux framboises. C’était divin…

Pour l’anniversaire de l’amie X (elle préfère que je l’appelle par son avatar informatique) j’avais invité quelques personnes chez moi et je me suis lancé dans la popote. À cause des «samedis-bacon», il y avait un thème qui s’imposait… En plus, il fallait bien que je fasse mieux que le souper de crêpes de l’année dernière, quand même! Nous étions six à nous régaler du menu suivant (à part la pâte phyllo et les boissons, tout avait été fait maison):

  • Cidre de l’Abbaye (Mes deux dernières bouteilles de sec y sont passées)
  • Crudités accompagnées de trempettes à l’ail et aux fines herbes (à base de mayonnaise maison)
  • Mousse de saumon fumé et croûtons multigrains
  • Brie-bert emphylloppé (au bacon)
  • Rôti de filets de porc (avec bacon!)
  • Petits gâteaux au chocolat (au choix, avec ou sans bacon!)
  • Quelqu’un avait apporté un petit rouge qui a servi ce complément à ce léger festin…

Comme on peut voir, j’ai décidé de servir ce «brie-bert emphylloppé» en entrée plutôt qu’au dessert… il fallait laisser toute sa place au gâteau! J’y suis allé au pif, avec à peu près les ingrédients suivants. Comme j’avais des dattes fraîches et des canneberges congelées, j’ai décidé d’en faire une compote plutôt que de prendre celle de pommes… pour donner du piquant:

Pour quatre brie-berts:

  • 3 feuilles de pâte phyllo
  • Beurre
  • Quelques tranches de fromage brie et camembert
  • 4 tranches de bacon cuit (pas jusqu’à croustillance!)
  • 1 c à table (15 ml) de compote de dattes et canneberges (voir ci-après)
  • Une cuillère à table de compote, quelques petits fruits et du sirop d’érable pour la présentation

Pour la compote (les quantités sont très approximatives; je n’ai effectué aucune mesure!):

  • ½ tasse (125 ml) de dattes fraîches dénoyautées
  • ½ tasse (125 ml) de canneberges fraîches ou congelées (pas nécessaire de les décongeler dans le deuxième cas)
  • ¼ (75 ml) tasse de jus d’oranges
  • ½ (125 ml) tasse de cocktail de canneberges
  • Muscade

Il faut d’abord préparer la compote, car elle doit refroidir avant d’être mise dans les brie-berts. Dans une petite casserole sur feu moyen, réduire en purée les dattes et les canneberges mouillées d’un peu de jus d’oranges et/ou de cocktail de canneberges. Lorsque la mixture a atteint la texture voulue, ajouter un peu de muscade. On peut passer au mélangeur et éclaircir de cocktail de canneberges si nécessaire. Réserver en laissant refroidir.

Prendre trois feuilles de pâte phyllo et les beurrer (selon les instructions sur le paquet). Couper en quatre carrés d’une quinzaine de centimètres de côté. Déposer sur chacun des carrés une tranche de bacon, un morceau de brie, un autre de camembert et recouvrir d’une cuillèrée de compote. Le brie-bert de l’illustration n’avait pas de bacon… car j’en avais préparé certains sans cet ingrédient, au cas où le résultat ne serait pas probant. Précaution superflue et inutile…

briebert-en-preparation

Refermer le tout en beurrant généreusement le dessus. Déposer dans un plat allant au four. Enfourner à 350° F (180°C) (400° F (200° C) serait mieux; mais j’avais un rôti qui se faisait dorer à 350) jusqu’à ce qu’ils soient dorés.

briebert-enveloppe

Servir sur une cuillèrée de compote et accompagner de petits fruits (des mûres dans notre cas). Un trait de sirop d’érable sur le brie-bert ajoute une touche finale aux saveurs. Déguster chaud.

Publicités

11 commentaires sur « Crime culinaire du vendredi soir: brie-bert emphylloppé »

  1. Alors là, promis, j’en fais pour Noël.

    (Bien que je ne sache pas encore où ça va se passer.)

    Je suis certaine de la soirée de ouf que je pourrais passer avec mon frère si nous décidions de passer le réveillon à cuisiner ce genre de recettes. Encore !

  2. Deux personnes de ma famille à qui j’ai parlé de cette recette m’ont dit qu’elles ne viendraient pas à noël si je m’entêtais à vouloir leur servir ce genre de plats.

    Je pense que c’est un manque d’ouverture d’esprit flagrant, mais tant pis, on leur fera des sandwiches et moi et mon frère, nous nous régalerons.

    En suède, j’ai mangé un camembert ouvert en deux et servi avec de la gelée de sorbes et des poires pochées.
    C’était surprenant mais passé le premier moment d’amusement, on s’aperçoit que les goûts très opposés se subliment l’un l’autre.

  3. Tout-à-fait. Une autre suggestion (un peu plus grasse): un camembert recouvert de chapelure et passé à la grande friture, puis servi avec une gelée de fruits quelque peu astringente (canneberges ou autres).

    Je pense que si j’avais des sous, je m’inviterais à Barc à Noël!

  4. Je pense qu’il n’y aura rien à Barc cette année, Doréus.

    Mon frère a récemment acheté une nouvelle maison qui se trouve à mi-chemin entre celle de ma mère et la mienne. Tout le monde travaillant le 24, il y aura moins de trajets inutiles pour les uns et les autres.

    De plus, il sera certainement ravi de nous la faire découvrir redécorée à son goût.

    Mais ce n’est que partie remise, Doréus, et pour faire la fête, pas besoin qu’il soit Noël.

  5. Je précise que je ne fais pas partie des arriérés de la famille de Krn qui redoutent ces recettes ! Je veux participer à ces agapes avec elle ! mais…SANS son frére , son mari et sans Momo . Je la veux à la cuisine dans le simple appareil d’une beauté qu »on vient d »arracher au sommeil ….

  6. KRN, là, vous me voyez tout-à-fait d’accord: on peut faire la fête autour de bonnes agapes en tout temps!

    Patton, bonne chance!

  7. Patton, tu rêves… Je veux bien tenter ces recettes avec toi à condition que tu participes également à leur préparation. (et moi, je n’ai pas d’exigences vestimentaires particulières…)

    Les arriérés vont être comblés, ils viennent lire ce blog très instructif, même s’ils n’écrivent rien.

    Momo apprécie certainement la cuisine de Doréus et je ne serais pas surprise qu’il les goûte dans sa propre cuisine, il nous le dira d’ailleurs certainement lui-même. Le seul rendez-vous prévu avec Momo est le gratin d’artichaut. Doréus, je vous aurais bien dit de venir aussi, mais Red Deer-Carnac, ça fait quand même une trotte. Par contre, je peux essayer d’extorquer la recette à Denis, qui en est l’auteur.

  8. Bon, vous deux, je vous laisse délibérer sur vos exigences vestimentaires… je ne tiens pas à en être témoin.

    Oui, je pense effectivement que Momo pourrait s’amuser à recréer certaines de ces recettes… du moins celles qui peuvent s’apprêter sans viande.

Les commentaires sont fermés.