Pour célébrer le Nouvel-An en se sucrant le bec.

sucre-a-la-creme-a-lerable

D’abord, bonne et heureuse année 2009 à tous! Malgré les nuages gris qui s’amoncellent à notre horizon économique mondial (et qui ne sont que le résultat de notre appât collectif du gain… exacerbé par la spéculation), je vous souhaite du bonheur, de l’amitié, de l’amour, de la fraternité et de la santé.

Bon. Pour ce qui concerne la santé, voilà… l’année nouvelle n’est pas sitôt commencée que je commets un autre crime contre la diète. Mais il faut bien se réjouir une fois de temps en temps! Tout de même! Il y avait un bout de temps que je me faisais demander au collège si mon sucre à la crème était à l’érable. Je suppose que, puisque je suis originaire du Québec, tout le monde pense que je me baigne dans le sirop d’érable chaque matin. Quoique

Si bien qu’il y avait un bout de temps que je cherchais une recette de sucre à la crème à l’érable, à la fois pour contenter ce qui semble être une demande populaire ici et pour m’essayer. J’ai trouvé la chose chez une collègue de Calgary en farfouillant sur son site l’autre jour (voir au bas de cet article)! Heureusement que X et moi sommes allés suivre une session de cuisine avec Julie Van Rosendaal l’autre jour! Sinon, je n’aurais pas connu son blogue, ni cette recette dangereusement criminellement bonne. Si ce n’était de la difficulté de se procurer du sirop d’érable à un prix raisonnable en Alberta, qui sait ce qui pourrait se passer! Mais comme je dois importer mon sirop directement de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud (non, ce n’est pas une blague!) via les bons soins de mon excellente amie MC à Ottawa, je dois le ménager un tantinet. Je suis arrivé ici en août 2007 avec un gallon de la chose (environ 4 litres). Il m’en reste encore la moitié. Je n’ai pas exagéré, quoi! Bon.

Sans atermoiements, passons à la recette, dont les ingrédients et le mode de préparation sont un peu plus simples que ma recette précédente. Cependant, comme la recette parlait de températures précises, j’ai sorti mon thermomètre à confiserie (oui, j’en ai un, mais je m’en sers bien rarement, préférant cuisiner «au pif») pour voir à quelle texture correspondent les températures… et il se trouve que mon pifomètre culinaire n’est pas mal du tout. J’en ai aussi profité pour prendre des photos, ce que je n’avais pas pensé faire la première fois. Elles représentent assez exactement les mêmes états que la recette originale ci-nommée. Bon, voici les ingrédients:

  • 2 tasses (500 ml) de sirop d’érable pur
  • ¾ tasses (375 ml) de crème légère [je n’avais que de la crème «lourde», 35%; ça marche quand même; bon, j’aurais pu la diluer avec du lait, mais à quoi bon?]
  • 2 c à table (30 ml) de beurre

Les plus observateurs auront remarqué que la boîte de conserve de sirop d’érable habituelle (un huitième de gallon, soit 540 ml) contient juste un peu plus de deux tasses du précieux liquide. Curieux, non? Il semble bien que la recette ait été créée pour utiliser exactement une boîte de sirop, ce que j’ai fait (après tout, 40 ml, après ébullition, ce n’est rien).

La méthode: Beurrer (Je dis bien «beurrer»; toute autre sorte de graisse altèrera le goût) un moule à gâteau carré de 8 X 8 pouces (20 X 20 cm). Comme je ne possède pas cet ustensile (oui, j’entends d’ici les cris d’étonnement de certains lecteurs…) je me suis contenté d’une petite tôle à biscuits; le mélange ne l’a remplie qu’aux deux-tiers.

Ensuite, faire chauffer tous les ingrédients à feu vif jusqu’à ébullition (attention, ça gonfle!) jusqu’à ce que la mixture atteigne la température de 235-240° F (115-120° C). Si les étapes vous intéressent, ça commence par chauffer (brasser régulièrement, sinon continuellement, sinon ça attache, surtout une fois que l’ébullition est atteinte). Ensuite, ça bouillonne, de plus en plus fort; on peut baisser le feu pour éviter les débordements intempestifs. Ce bouillonnement marque le passage du plateau du point d’ébullition de l’eau, à peu près. Par la suite, le bouillonnement se calme, puis la température continue à augmenter pendant que le mélange épaissit. Désolé, sur la photo, ma colonne de mercure n’était pas exactement alignée pour la meilleure visibilité; j’ai donc agrandi la portion nécessaire.

sucre-a-lerable-thermometre-1

Personnellement, je préfère le repère visuel suivant: ça bouillonne à grosses bulles épaisses et, quand on retire la cuillère du mélange, il se forme un fil continu, comme ceci:

filet-de-sucre

Ça confirmait donc ma méthode habituelle de fabrication. Une fois ce point atteint, retirer du feu. La recette copiée par Julie Van Rosendaal dit de laisser baisser la température à 110° F (55° C). Comme jusque-là la recette s’était comportée comme mon sucre à la crème habituel, j’ai décidé d’accélérer le refroidissement de la même manière que d’habitude, au mélangeur à main, jusqu’à ce que ça épaississe décidément et c’est alors qu’il faut transférer dans le moule ou la plaque â biscuits.

sucre-a-la-creme-battu

Comme il faisait -30° C dehors le 24 décembre, pendant que je m’amusais à faire cette recette, j’ai foutu la plaque sur la galerie arrière le temps de durcir. Je suis ensuite allé faire autre chose, oubliant le sucre à la crème quelques minutes de trop, si bien qu’il était un peu cassant au moment de le couper en cubes, mais il est dé-li-cieux!

* * *

J’en profite pour vous toucher mot d’un autre projet culinaire que j’avais entrepris en ce 24 décembre: une crèche en pain d’épice. J’aurais bien entendu pu construire une petite maison, mais c’était trop simple. Trop stable. Pas assez de défi, quoi! J’ai déjà publié la recette des biscuits; je me suis donc amusé à couper la pâte en formes idoines et j’ai commencé à assembler la chose, cimentant avec le glaçage habituel. J’ai aussi décoré avec des bonbons

creche-en-biscuit

Malheureusement, peu après avoir atteint ce point de construction, les lois de la physique (plus précisément celle de la gravité) ont décidé d’imposer leur fiat. Le design était volontairement audacieux… mais il aurait fallu faire davantage cuire le mur du fond. Il était un poil trop souple et, alors que j’étais à revêtir le personnage de la Vierge Marie de glaçage bleu (un fort beau bleu marial, au demeurant!) le toit s’est effouèré [effondré] avec, enfin, ce qui aurait été un fracas épouvantable si la chose avait été de dimensions plus imposantes. Le mur au-dessus des pointes de l’étoile avait décidé de céder, après que j’ai ajouté une étoile sur le devant de la structure, un peu trop lourde pour la capacité de la pâte du mur arrière. Je me reprendrai l’année prochaine; il était tard au moment où la catastrophe s’est produite et plutôt que de réparer (ce qui aurait été possible, mais long), j’ai décidé de briser le tout et d’offrir les retailles. Pas méchantes, ces ruines! Je trouvais quand même que mon petit Enfant Jésus en glaçage n’était pas trop mal, dans sa mangeoire taillée au couteau d’office!

Tout ne peut pas toujours réussir, en cuisine… Je me reprendrai, mais pas cette année, parce que, là, du pain d’épice, j’en ai assez vu!

Sur ce, et à nouveau,

Bonne année 2009 à toutes et tous!

Publicités

29 commentaires sur “Pour célébrer le Nouvel-An en se sucrant le bec.

  1. Mium, le sucre d’érable à la crème, ça me rapelle une visite aux Chutes Monmorency à Québec, ou nous indulgeames un morceaux de la chose en 1996, je crois!

  2. Oh! Oui! Très précisément le samedi 7 septembre 1996! Je ne te remercierai jamais assez d’être venu me consoler dans ma solitude de la Vieille Capitale à cette occasion. Mais le sucre à la crème était diablement bon.

  3. L’année scolaire 1996-1997 a bien été la pire de ma vie… mais c’est quand même là-bas que j’ai rencontré des amis français qui m’ont initié au plaisir du fromage bleu, par l’intermédiaire de la fourme d’Ambert (malheureusement introuvable ici). Je revois dans mon album des photos de ces rassemblements gastronomiques épiques dans mon minuscule appartement impossible à chauffer et déjà envahi par les livres…

  4. Il y va d’une intéressante et troublante anamorphose dans la photo de ta crèche de noël, Doreus.

    Bravo pour la sculpture de l’enfant Jésus et pour ton sucre à la crème qui m’a l’air diablement bon !

  5. Je pense que Momo a voulu dire élégamment ce que nous pensons, elle est un peu de travers.

  6. Mais avec ça, personne ne fait de crèche de travers, c’est plus original. Et en plaçant que c’est une crèche anamorphe, c’est comme si c’était fait exprès.

  7. Mais, c’est que, elle était intentionnellement de guingois, la crèche… je voulais que ça ait l’air d’un bâtiment qui, comme le dit un ami peintre, «s’encolline» (il y a des granges comme ça un peu partout au Canada qui, abandonnées un peu au poids de la neige et des années, deviennent tout chose et particulièrement inspirantes pour un aquarelliste). Seulement, il aurait fallu que je porte davantage attention à l’équilibre des poids et à la résistance du mur et du ciment… L’an prochain, je ferai davantage attention à l’ingénérie sous-jacente…

  8. Bonne idée! Un autre projet que j’avais en tête était une reproduction à l’échelle de ma maison, ce que j’aurais facilement pu faire (et je serais capable d’en dessiner les plans). Cependant, je me suis subitement senti envahir par le besoin de relever un défi plus… audacieux. J’avais pensé faire une maquette en carton, mais j’étais un peu trop pressé de voir ce que ça donnerait… Avec le résultat que l’angle du toit manquait de force.

  9. Il y a probablement du vrai dans ce que dis Krn, mais ce que je voulais dire, en fait, c’est que j’ai éprouvé une illusion d’optique ressemblant à ceci :

  10. Je vois. Fascinant. Comme anamorphose, je pense toujours au grand classique qu’est la peinture des Ambassadeurs (1533), de Hans Holbein le Jeune. En la regardant en plaçant sa tête près de la toile et environ à 2 heures, on voit un crâne au bas de la toile (pour les non initiés).

  11. Bonne année! Et merci de faire découvrir à d’autres, via ce blogue, le plus savoureux produit d’exportation de mon petit village favori!

  12. Voilà… C’est que je viens d’arriver à la maison il y a cinq minutes. WordPress met en attente tout message qui compte deux liens ou plus… parce que c’est une caractéristique du spam. Alors, la faute me revenait; j’étais absent.

    Alors, donc bonsoir KRN et Momo!

  13. Pour les dessins à la craie, j’avais effectivement déjà vu (en photos) l’art éphémère de ce dessinateur au talent fou.

    D’autre part, vous aurez peut-être remarqué qu’avec la nouvelle année, vu le peu de commentaires indésirables reçus jusqu’ici, j’ai décidé de désactiver la modération automatique des commentaires… question d’encourager les discussions plus spontanées entre commentateurs. On verra ce que ça donne.

  14. Allo !!! je suis surment pas dans la bonne section mais je voulais te demander des renseignement pour un déménagement !!!

    Merci je me répondre

  15. Ben! Bonsoir! J’ignore où tu te trouves et où tu voudrais déménager, mais je te conseille de cliquer sur «déménagement 2007» dans la section «recherche thématique» (colonne de droite). Tu pourras y retrouver les renseignements sur mon propre déménagement d’Ottawa. La page «Liens» plus haut te référera également à certains services offerts aux Albertains nouveaux et anciens. Le blogue de Mini offre également une mine de renseignements. Tu peux également me rejoindre par courriel, soit en laissant un commentaire, soit en allant consulter mon profil «blogger» où il y a un lien vers mon adresse électronique.

  16. Bonne année a toi aussi Doreus! Et continue d’écrire sur ton blog surtout.Même si nous ne mettons pas toujours notre grains de sel, nous te lisons et trouvons ceci très intéressant.
    Une petite anecdote sur le sirop d’érable….A Noel cette année ma soeur m’a fais parvenir un cadeaux pour ma petite famille…..Nous avons ouvert le paquet et c’était des cornets de sirop d’érable,un pot de sirop et du sucre mou.
    Dans le temps de le dire le sucre mou et les cornets c’étais de l’histoire ancienne et pour ce qui est du sirop d’érable….pas question de l’ouvrir.
    Au prix ou est le sirop ici c’est un luxe d’en avoir dans notre armoire loll
    Si elle m’aurais donner ceci du temps ou je restais au Québec je l’aurais trouver un peu bizzare….Mais de recevoir ceci ici c’étais la fête.

  17. Je suppose que quand tu dis «ici», c’est l’Alberta… Oui, ça devient un luxe. Quand je suis parti du Québec, je savais que ça me manquerait, d’où le gallon de sirop dans la boîte du camion de déménagement! Il faudra que je me réapprovisionne bientôt. Ma douzaine de bouteilles de cidre de l’Abbaye est également presque épuisée. Il ne m’en reste plus qu’une!

  18. Il faudrait que tu viennes au Québec, que tu ailles faire une razzia au Marché Atwater (Sirop d’érable, Charcutterie et fromages), à la Maison du Bagel sur Saint-Viateur et à la boutique de l’abbaye de Saint-Benoit et que tu te fasse parvenir le tout par messagerie (J’allais dire FedEX, mais je me suis souvenu que tu n’aimais pas vraiment cette entreprise…)

  19. Oui. Pour ça, il faut que j’économise un peu… parce que, malheureusement, toutes ces entreprises pourvoyeuses de savoureuses douceurs ne me feront pas la charité.

    Quant aux services de messagerie, il faut que je me renseigne; je pense effectivement que c’est FedEx qui fait des erreurs de livraison répétées… incluant le diplôme de doctorat de l’amie X (qu’elle a finalement pu récupérer).

  20. Tu devrais mettre une sébile sur ton bureau au collège: tes élèves pourraient ainsi te payer un voyage au pays de tes ancêtres…

  21. L’idée est intéressante, mais il faudrait probablement faire approuver la chose par tout le monde et son ancêtre…

Vos commentaires sont toujours appréciés!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.