Potée pas empotée ni pour emporter

potee-dans-lassiette

Désolé pour tous ceux et celles qui ont roulé des yeux en voyant le titre. Je suis incapable de résister à un mauvais calembour. Il faudrait lancer un groupe de C.A. (calembourgeois anonymes) et je sais que je ne serais pas le seul membre… Mais comme je n’ai aucun repentir ni désir de m’amender…

Samedi dernier, c’était la conférence annuelle des étudiant(e)s de notre département (voir ici pour le compte rendu de l’an dernier). Comme j’avais contribué à l’organisation cette année, je me sentais un peu moins obligé d’être présent à toutes les séances; j’ai assisté à deux ateliers où de mes étudiants présentaient, et ils s’en sont tirés avec brio. Il y avait bien cette étrange étudiante en psycho qui tenait absolument à confirmer les théories d’Adler sur l’ordre de croissance en examinant le cas de cinq empereurs romains. C’était intéressant comme essai, mais complètement loupé. Par contre, j’ai été étonné des présentations de deux étudiantes en français.

legumes-dans-evier

Mais revenons à nos chaudrons. En soirée, j’avais invité le club bacon à venir fêter ça chez nous (on dirait que je suis le seul à trouver que de cuisiner me relaxe après une grosse journée, surtout lorsque je dois le faire pour d’autres). J’ai donc décidé de sortir quelques-uns de mes précieux trésors rapportés de Montréal et de concocter une potée à la toulousaine selon une recette qu’un ami m’a transmise et que j’aime bien préparer de temps à autre. Ça salit beaucoup de chaudrons, mais c’est bien bon.

  • 6 saucisses (1-2 par personne) (la Toulouse est ma préférée, mais on peut le faire avec d’autres)
  • 2-3 poireaux (couper les blancs en quartiers et les verts en fines rondelles)
  • 1-2 carottes en tranches
  • 2-3 branches de céleri en dés
  • 1 petit oignon (mieux: une ou deux échalotes françaises) finement haché
  • 3-4 pommes de terre moyennes épluchées et tranchées
  • 200 grammes de bacon (épais si possible) et/ou de pancetta
  • vin blanc
  • bouillon de poulet non salé
  • persil frais finement haché
  • herbes de Provence, sel et poivre

D’abord, faire doucement mijoter les saucisses dans du vin blanc coupé d’eau jusqu’à cuisson entière (une vingtaine de minutes). Préparer les légumes. Pocher le bacon (mettre en eau froide et sortir de l’eau lorsque celle-ci atteint l’ébullition, puis éponger).

bacon-et-pancetta

Trancher le bacon en languettes. Dans un peu d’huile, faire fondre le bacon, ajouter l’oignon et faire revenir à feu doux jusqu’à ce que l’oignon soit tombé. Ajouter une bonne rasade de vin blanc et amener à douce ébullition. Disposer ensuite un lit de poireaux, sur lequel on dépose les saucisses cuites. Les miennes avaient subi quelques sévices lorsque j’avais séparé le bloc congelé… d’où les coupures. La saveur n’en a pas trop souffert.

saucisses-dans-potee

Sur les saucisses, on dispose le reste des légumes et les assaisonnements et on recouvre de bouillon. Comme il me restait du bouillon de dinde maison, j’en ai profité.

potee

Couvrir et laisser mijoter tout doucement une trentaine de minutes. Persiller au moment de servir (Dire que j’ai oublié le persil et j’en avais acheté une belle botte justement pour ça!) Savourer avec une baguette bien fraîche. En fait, comme on peut voir dans l’assiette ci-haut, j’ai servi avec une petite salade de pommes de terre rouges (simplement cuites, puis enduites d’huile d’olive et de vinaigre de vin et accompagnées d’oignon rouge haché fin) et d’une salade de choux de bruxelles au bacon dont je vous parlerai demain, parce que là, cet article a assez duré.

Publicités

23 commentaires sur « Potée pas empotée ni pour emporter »

  1. Et est-ce que les membre du groupe « calembourgeois anonymes » pourraient s’appeler les « calembourgeois gentilshommes » (J’aimerais prétendre qu’elle est de moi, celle-là, mais je ne puis, je pense qu’elle est d’Achile Talon)

  2. N’est-ce pas? Et dans ton cas, tu aurais pu te régaler des légumes parfumés à la saucisse sans pour autant toucher à la viande. D’ailleurs, c’est ce que j’ai fait à quelques reprises en guise de repas du midi (car il y a encore des restes…). Deef, malheureusement, ça s’expédie mal de l’autre côté du Ru.

  3. Tes saucisses de Toulouse ressemblent à des andouillettes de Troyes ? Je connais la saucisse de Toulouse plus fine et en spirale ? ça me rappelle un Resto de Cotonou qui en faisait avec une purée maison à lécher l’assiette . Nostalgie !

  4. Momo ! Lapinus Helveticus , que penses tu de ces rouges carottes ? croquantes et craquantes .

  5. Le Patton, il est déchaîné… (voir Astérix chez les Goths) Et merci pour le compliment. Quant aux saucisses de Toulouse en spirale, je n’en ai jamais vu… il faut dire que je n’ai jamais mangé de saucisse vraiment originaire de la ville de Toulouse… seulement des imitations nord-américaines.

  6. Je ne suis pas sur que ce qui m’était présenté en Afrique fut une vraie saucisse de Toulouse , ça avait une forme en spirale comme les résistances électriques des plaques de cuisson US ( époque 1980 ) , c’était plus rose et d’un diamétre inférieur aux tiennes . C’était joli à voir sur un matelas de purée jaune , c’était pas cher , et c’était délicieux à savourer aux cotés d’une belle indigéne callypige….. Bon , voilà que ça me reprend…! Nostalgie ! J’ai vu que tu as visionné mon Aioli . En fais tu parfois ? Avec des légumes crus , c’est un délice , si on aime l’ail , bien entendu .

  7. Patton, il faudrait que tu active ton pseudo pour qu’on puisse aller voir quelques indigènes callypiges sur ton site.

    Les carottes ? Ma foi, fort croquantes m’ont elles l’air.

  8. Patton, je vois très bien l’image (en passant, nos plaques de cuisson sont encore faites comme ça pour la plupart). Quant à l’aïoli, je n’en ai jamais fait… mais ce n’est pas par manque d’envie. J’ai préparé quelque chose d’assez semblable en tant que «trempette» pour accompagner des légumes, mais pas un véritable aïoli. Ça viendra.

    Momo, on peut suivre le lien vers Patton en regardant dans ma blogoliste. Les carottes étaient un peu cuites après une demi-heure en potée, mais elles sont bien croquantes crues. Cependant, ça ne vaut pas celles qui poussent dans mon jardin l’été… lorsqu’il n’y a pas *soupir profond!* de neige au sol.

  9. Merci Doreus d’avoir montré le chemin à Momo . En cliquant sur Patton chez toi , il arrive direct….dans mon …Enfer ! Caly pijons ensemble , oui je sais! tu es indulgent avec mes fantasmes sans les partager . Mais , bon…. on aime la potée et le Bacon !

  10. Ceci dit, Patton, si tu veux que les gens puissent avoir accès à ton site directement en cliquant sur ton nom dans tes commentaires, il te suffit d’ajouter l’adresse de ton site lorsque tu inscris tes commentaires (on te demande ton nom, ton adresse électronique (obligatoire) et ton adresse de site internet avant de pouvoir entrer un commentaire. Si tu as activé l’option «se souvenir de moi» ou quelque chose du genre, tu n’as plus ces options à chaque entrée; il suffit de te «déconnecter» puis d’entrer ces données à nouveau.
    Quant aux fantasmes, tu sais, je pense que le monde est fait de diversité et que nous contribuons tous à l’enrichir par nos différences et même nos différences d’opinions.

  11. 150% d’accord avec toi ! Ce qui me stimule , c’est la controverse …. entre gens de bonne compagnie , bien sur . ce qui est le cas , ici .

Les commentaires sont fermés.