Il n’est plus

arlington-1911

L’un des plus anciens édifices de Red Deer n’est plus. Tel que prévu, lundi, les excavatrices se sont attaquées à la structure du bâtiment érigé en 1899. Pour l’occasion, le journal local a publié un article accompagné d’une vidéo commémorative. Selon un article du même journal publié le lendemain, les travaux achèvent. Je ne suis pas encore repassé par le site; je n’en ai pas le courage.

arlington-de-louest

Publicités

3 commentaires sur « Il n’est plus »

  1. Encore un pan d’histoire qui fout le camp… C’est comme si un certain maire de Montréal s’était relevé d’entre les morts et avait migré «un peu plus à l’ouest» comme disait le professeur Tounesol…

  2. Je suis désolée, vraiment.

    Et devant autant d’inconséquence, je ne peux m’empêcher de repenser au coeur de Paris, qu’on a irrémédiablement défiguré en livrant aux démolisseurs les splendides pavillons des Halles de Baltard, pour les remplacer par un hideux centre commercial flanqué d’une station de métro.

  3. Ouaip… J’ai vu le terrain en passant pour me rendre au collège tout à l’heure. Il ne reste plus rien du bâtiment. Il suffira de passer la niveleuse et de donner un petit coup de râteau et l’espace deviendra un parc de stationnement parfaitement acceptable. C’est tellement mieux…

    KRN, la comparaison avec les Halles de Paris fait un peu trop d’honneur à Red Deer… Mais oui, c’est le même genre de mouvement. Idem pour Montréal dans les années 1960, où la devise semblait être: raser tout ce qui dépasse (et qui avait été construit avant 1945). Tant d’exemples d’un urbanisme où la notion de progrès est tellement limitative… où on s’imagine que de forcer les gens à évacuer des bâtiments anciens va régler le problème social sous-jacent…

Les commentaires sont fermés.