Petit souper sympathique entre amis

Carré d'agneau qui marine

Dimanche soir, j’avais l’honneur de recevoir l’amie X et ses parents, qui étaient en visite pour la semaine (ce n’est pas demain la veille que mes parents viendront faire un tour… mais bon, ne soyons pas amer). Pour l’occasion, j’avais décidé de préparer une petite entrée de salade de tomates/bocconcini/basilic, un classique estival qui, il se trouvait, était le plat favori de la mère de X. Pour le plat principal, qui allait être cuisiné au gril extérieur, j’ai fait mariner deux carrés d’agneau avant de les faire griller le temps nécessaire. Il y avait aussi quelques accompagnements du genre de ceux dont j’ai déjà parlé ailleurs. Donc, plusieurs heures d’avance, j’ai préparé la viande en la piquant de gousses d’ail, en la badigeonnant de moutarde, puis en la faisant tremper dans un mélange d’huile d’olive, de vinaigre de cidre assaisonné au romarin et à la menthe (et pas l’ineffable et indigeste «sauce à la menthe» que l’on trouve dans le commerce, de grâce!). On oublie le tout au frigo plusieurs heures (en retournant de temps en temps, quand même), puis on sort du frigo environ une heure avant d’envoyer sur le gril.

Comme mon «pusher» de fromages m’avait invité à sélectionner la veille parmi son plus récent arrivage, je n’avais aucun problème de ce côté là: un chèvre (Pico), un camembert, un époisses (miam!) et un roquefort pas piqué des vers… mais je m’égare… c’était un festin.

Pour une salade de fruits

Le dessert s’est dégusté en deux parties… D’abord, la partie «santé», dont on peut voir les ingrédients ci-haut: une papaye achetée en compagnie de Cinnilla la veille (et que nous avons partagée), des fraises, des pommes, un pamplemousse, des prunes… et pour agrémenter le tout, du gingembre frais, de la menthe et une touche de grand marnier. Évidemment, c’est devenu une gigantesque et délicieuse salade de fruits dont le jus était composé d’un mélange de jus d’oranges et de canneberges aromatisé à l’alcool et des aromates susmentionnés, avec un soupçon de muscade. Préparer plusieurs heures d’avance pour que ça macère. Et c’est très bon le lendemain… et même le surlendemain.

Pour la deuxième partie du dessert? Disons que j’ai ça presque dans mon arrière cour, à la belle saison…

Z’êtes les bienvenus, en passant… Red Deer a tellement plus à offrir que certains pensent… même l’épicurien que je suis y trouve satisfaction.

Publicités