Nose Hill Park

Calgary vue de Nose Hill Park

Il y a très longtemps que j’avais ce billet à écrire… Il y a un mois maintenant, lors d’une de mes nombreuses excursions dans la métropole albertaine, j’ai pris quelques minutes pour me promener un peu dans l’immense parc qui occupe une portion importante du quadrant nord-ouest de la ville: Nose Hill Park. Cet immense espace naturel protégé est parcouru de sentiers (dont on peut voir une carte ici) qui offrent des panoramas imprenables sur la ville et ses environs.

Carte Nose Hill

J’étais arrivé par l’entrée de la 64e Avenue, dans la portion est du parc. On trouve à l’entrée quelques instructions à l’usage des visiteurs qui permettent de se faire une idée de l’importance de cette réserve naturelle qui peut paraître à première vue n’être que de l’espace perdu, étant donné que les arbres sont rares et que l’espace semble plutôt désert. En fait, il y avait bien peu d’autres visiteurs le jour de mon passage et c’est surtout une immense impression de calme qui m’a envahi. J’y retournerai pour explorer davantage son côté «réserve naturelle» lorsque j’aurai vraiment le temps d’aller m’y perdre. Les collines du parc hébergent une végétation indigène discrète, mais qui offre des consolations à ceux qui daignent leur porter attention, comme ces crocus des prairies:

Crocus des prairies

Enfin, il s’agit du meilleur endroit pour voir l’aéroport international de Calgary en pleine opération derrière les interminables «communautés» qui forment Calgary.

Aéroport de Nose Hill

Et vive la longue focale (et parfois le filtre polarisant) pour ces quelques clichés qui suivent:

Tour de contrôleAvion atterrissage

Au loin, derrière le Boeing 737 qui vole à basse altitude en préparation de son atterrissage qui ne se fera pas sur l’autoroute Deerfoot Trail que l’on voit, mais à l’aéroport, on voit la station thermique de Balzac (l’usage de la longue focale fausse un peu les perspectives). Ce matin, je prends justement un de ces bolides des airs pour me rendre à Montréal pour y donner une conférence dans le cadre d’un «colloque international en réadaptation sur la surdité, la surdicécité et les troubles du langage et de l’audition». Peut-être le blogue sera-t-il un peu épisodique au cours des prochains jours… pendant que je fais provision de bagels et d’autres spécialités, tout autant que de photos!

Publicités

4 commentaires sur « Nose Hill Park »

  1. Je me pose tout de même une question : Pourquoi si peu d’arbres ?
    Est-ce le vent ? je vois que les queues des fleurs sont particulièrement courtes.
    Est-ce la sécheresse dont tu nous avais un jour touché un mot ?

  2. C’est un peu tout ça. Les arbres poussent dans les vallées. On trouve surtout de la sauge arbustive; c’est un climat semi-désertique, qui, à partir du mois de juillet, fait virer tout ce parc au jaune, puis au brun (car il ne pleut presque plus en Alberta après juin).

Les commentaires sont fermés.