Retour en arrière: Parc interprovincial de Cypress Hills

Cypress Hills affiche

La vie m’ayant tenu occupé ces derniers jours, j’avais interrompu le récit de mes explorations de la fin du mois de juin. J’ai déjà évoqué mon passage par le parc interprovincial de Cypress Hills dans un article, mais je voulais ici prendre le temps de donner quelques images supplémentaires de cet endroit superbe, dont je n’ai pu explorer qu’une infime partie, celle qui se trouve le long de la route 41 qui traverse la partie albertaine du parc du nord au sud.

Lac Elkwater du nord

Les collines se devinent de loin, alors que l’on approche le parc par le nord; cependant, ce qui surprend, au détour de la route, en arrivant au pied des collines, c’est cette étendue d’eau, le lac Elkwater. Sur ses berges, on trouve un village qui offre divers services aux visiteurs, notamment un centre d’accueil qui permet de mieux apprécier la richesse géologique, faunique et florale du parc. On y voit entre autres cette tranche stratigraphique réalisée lors de fouilles archéologiques dans le parc:

Coupe stratigraphique

La véritable richesse du parc se découvre toutefois à pied, en parcourant les nombreux sentiers qui sillonnent la forêt. C’est ce que j’ai fait pendant deux heures environ.

Horseshoe Canon

Je n’avais pas vraiment prévu le temps nécessaire pour véritablement jouir du parc, mais je me suis quand même rendu à Horseshoe Canyon, d’où on peut admirer un panorama sur la prairie environnante du haut des collines. Puis, humblement, le regard se porte davantage sur ce qui nous entoure et qui est beaucoup plus modeste, comme ces fleurs variées qui s’éclatent au soleil:

Fleurs blanches Cypress HIllsBoutons d'or

Il me semble bien que je n’avais plus vu de boutons d’or depuis le Québec…

Lupin sauvage

J’ai un amour particulier pour le lupin; j’en ai planté dans mon jardin. C’était toutefois la première fois que je pouvais voir la variété sauvage, le lupin bleu, qui pousse en abondance à Cypress Hills (de même que sur les contreforts des Rocheuses).

Comme je le disais dans l’article précédent, maintenant, ce que je voudrais, c’est de me doter de l’équipement nécessaire et d’aller camper dans cette nature. Ce sera cependant pour un autre été.

Lac Elkwater

Publicités