Le pont des verbes

Glenmore Trail

L’autoroute Glenmore à Calgary (Glenmore Trail) traverse la ville d’est en ouest dans sa partie sud. Lors de mon excursion en boucle autour du réservoir du même nom, il me fallait passer deux fois par-dessus cette importante voie de communication. La première traversée se faisait le long d’un viaduc automobile auquel était accolé un large espace bien protégé pour les bicyclettes et piétons duquel on avait une très belle vue sur la section nord-est du réservoir. Pour le retour, toutefois, je devais traverser un petit viaduc expressément conçu pour les piétons, vélos et patineurs, qui enjambait l’autoroute entre deux quartiers résidentiels. À son approche, on pouvait constater qu’il était d’une belle élégance, mais ce n’était pas tout.

Viaduc Glenmore Trail

On pouvait être frappé par le fait que le viaduc n’a aucun support central pour une travée d’une quarantaine de mètres. Impressionnant. Puis, en gravissant la rampe d’accès en pente douce, mon œil fut attiré par un détail:

Expansion

Un joint d’expansion identifié comme tel. Étrange. Déjà que, au moment d’arriver au pied du viaduc, j’avais pu voir un bloc de béton dans lequel était gravé le mot anchoring, (ancrage). Décidément, ce modeste ouvrage de génie civil avait des visées bien didactiques. C’est cependant en arrivant sur le pilier nord, au moment où je m’apprêtais à m’engager sur le tablier du pont, que j’ai commencé à comprendre que ces mots étaient en fait une œuvre d’art intégrée à l’ouvrage qui allait au-delà d’une simple explication des principes physiques qui assuraient la solidité de la structure. Sur la partie en porte-à-faux, on trouvait ces lignes qui montraient la dynamique de forces, en plus du principe de la porte-à-faux (cantilever) inscrit dans ces lignes de force.

Cantilever

En s’engageant sur le tablier proprement dit, on trouvait une série de verbes qui exprimaient d’abord la fonction spécifique d’un pont (bridging, spanning) que j’ai bien de la difficulté à traduire en français, puisque nous n’avons pas de verbe pour «ponter», quoique l’on pourrait traduire ces deux verbes par «relier», mais c’est enlever leur richesse sémantique en anglais, qui exprime à la fois quelque chose de spécifique aux ponts et, par métaphore, l’action de relier en général.

Bridging

La section suivante du garde-corps liait ces premiers verbes propres au vocabulaire des ponts à l’activité humaine de relier en général (linking, joining) qui n’est alors plus spécifique au génie civil mais s’étend plus généralement à la fonction humaine d’un pont.

Linking

Cela m’a semblé un fort habile jeu sémantique et artistique. De plus, sur cette section du viaduc, les lignes de forces sont alignées, ce qui correspond également à la manière dont les forces se répartissent sur ce tablier fait de Ductal® (une sorte de béton précontraint, si j’ai bien compris). Le tablier mesure 33,6 mètres de longueur et repose, à ses deux extrémités, sur des joints d’expansion tel que mentionné plus haut, qui le relient à deux sections en porte-à-faux reposant sur les piliers.

Floating

C’est cette caractéristique d’être simplement déposé sur des supports qui a amené l’artiste Adam Kuby, qui a ainsi «verbalisé» ce viaduc, à écrire sur toute la longueur de la chaussée du tablier, «floating», comme si le tablier «flottait» entre ses supports. Ça donne aussi l’impression aux passants qu’ils flottent en quelque sorte au-dessus de l’autoroute et de sa circulation parfois dense.

CompressAnchoring

Une fois redescendu du viaduc (j’y suis en fait remonté pour prendre les photos par la suite), le pilier sud montre encore les forces en présence: la compression (rôle joué par le pilier) et la tension (rôle joué par les câbles d’ancrage enfouis 13 mètres dans le sol).

Mur de verbes

Les verbes poursuivent leur envahissement en décorant le mur pare-son qui se trouve sous le viaduc, jouant ici avec les fonctions du mur, qui est de séparer, de cacher, mais avec quelques blocs transparents qui indiquent les fonctions inverses et qui rappellent un peu le rôle du pont, qui est de relier. En tout, cela m’apparaît une belle œuvre au sens architectural, mais encore plus une intégration intelligente de l’art à un ouvrage fonctionnel, ce qui en souligne la dimension humaine aussi.

Plaque explicative au pied du pont: cliquer pour agrandir.
Plaque explicative au pied du pont: cliquer pour agrandir.

Voir aussi les superbes photos du pont par l’artiste Adam Kuby sur son site.

Publicités

8 commentaires sur « Le pont des verbes »

  1. Avant d’adopter la linguistique, j’ai longtemps hésité entre l’architecture et le génie civil. Les ponts m’ont toujours fascinée et ce que j’aime le plus regarder à la télé (si j’en avais une…) (à part les émissions culinaires) c’est les émissions sur la construction de ponts. En 2004, j’ai eu la chance d’aller voir le viaduc de Millau, en France, que j’ai beaucoup aimé!

  2. Tiens! Je ne suis pas seul à ne pas avoir de téléviseur!

    Pour ce qui est des ponts, ça demeure un intérêt constant pour moi; j’en ai d’ailleurs déjà parlé en ce qui concerne deux viaducs ferroviaires dans la province, à Lethbridge et Edmonton. Quant au viaduc de Millau, quelle beauté!

  3. Et pourtant tu n’as pas d’étiquette « ponts, » ce qui est regrettable, d’autant plus que le second lien mis dans ton dernier commentaire ne marche pas. Le pont de Lethbridge est super impressionant! Il n’y a que le train qui y passe?

  4. Mille excuses, Dr. CaSo. J’ai réparé le deuxième lien (qui se trouve aussi dans l’article sur le viaduc de Lethbridge). Oui, ce dernier ne sert qu’au passage des trains. J’en ai aussi parlé plus en détail ici. Ce dernier article parle davantage de l’histoire de sa construction.
    J’ai bien une «étiquette» spécifique aux «ponts», mais je n’ai pas encore écrit suffisamment d’articles pour qu’elle figure à l’index. On peut cependant cliquer sur cette étiquette au bas de l’article présent et voir les autres qui y sont identifiés.

  5. Superbe ce pont, tant côté prouesse architecturale qu’au niveau projet artistique. J’aime aussi beaucoup tes explications linguistiques et traductions ; tu as un vrai talent d’enseignant 😉

Les commentaires sont fermés.