Waterton I: un village de tourisme tout en modestie

Village Waterton

J’ai un nouveau «spot» favori (exception faite du mont Murchison) dans les Rocheuses: Waterton. Oui, il s’agit d’un village touristique, mais il n’a pas l’extravagance factice de Banff dont j’ai déjà parlé. Une amie me faisait cependant remarquer, lors d’une visite récente à cette capitale du tourisme dans les Rocheuses, que, en fait de vitrine touristique pour le monde, c’est quand même un endroit dont on peut être fier. Effectivement, si les touristes ne voyaient du pays que Banff, ils auraient une bien drôle d’idée du pays, mais ils en auraient une très positive. Waterton a une atmosphère fort différente qui tient à sa clientèle qui est d’une tout autre nature que celle de Banff: c’est un parc surtout fréquenté par les touristes albertains et étatsuniens de la région limitrophe. On peut comparer la rue principale de Banff et celle de Waterton et on en a déjà une idée. Bon, je l’admets, la photo de Waterton a été prise tôt le matin, d’où la quasi-absence de gens, mais on a quand même une idée du paysage.

Waterton Avenue

Cela tient au fait que Waterton, contrairement à Banff (et à un moindre titre Jasper) ne se trouve pas le long d’une route qui traverse les Rocheuses. C’est un cul-de-sac. On ne va pas à Waterton en passant; on y va comme destination. Banff se situe à proximité de Calgary (ce qui en explique la popularité auprès des touristes étrangers qui s’y trouvent à une heure de l’aéroport). De plus, Banff se trouve le long de l’embranchement sud de la route Transcanadienne, en route vers le col du Cheval-qui-Rue (Kicking Horse), l’un des trois cols qui permettent de passer les Rocheuses et d’aller en Colombie Britannique (les deux autres étant Tête-Jaune (Yellowhead) le long de la Transcanadienne nord (par Jasper) et celle du Nid-de-Corbeau (Crowsnest) au nord de Waterton et au sud de Banff. Donc, Waterton ne mène nulle part, sinon à des paysages impressionnants, car c’est de tous les endroits facilement accessibles des Rocheuses, celui où la plaine passe le plus directement à la montagne. On le voit particulièrement bien à ce belvédère qui se trouve le long de la route d’entrée du parc. D’un côté, la plaine (un peu ondulante, tout de même) que l’on vient de quitter:

Entrée Waterton plaine

Puis, devant soi, les montagnes qui se dressent. Non, ce ne sont pas les pics les plus élevés des Rocheuses, mais le mont Blackiston (que l’on ne voit pas sur cette photo) fait tout de même 2940 mètres d’altitude; la montagne la plus élevée des Rocheuses canadiennes, le mont Robson (près de Jasper) fait 3954 mètres.

Entrée Waterton montagnes

Il faut dire que le sol, à cet endroit, se trouve à une altitude de près de 1300 mètres, rendant les montagnes que l’on voit un tantinet moins impressionnantes, même si elles font toutes autour de 25oo mètres.

Le parc national de Waterton forme, depuis 1936, la partie canadienne d’un parc unique qui s’étend à la fois au Canada et aux États-Unis: le parc international de la paix Waterton-Glacier, un autre site du patrimoine mondial de l’Unesco. Il en forme aussi la plus petite partie; le parc Glacier, au Montana, étant considérablement plus étendu. Le lac Waterton, le long duquel se trouve le village, chevauche la frontière internationale, ce qui, à l’époque de la prohibition et des contrôles gouvernementaux pointilleux concernant l’alcool, rendait l’endroit particulièrement intéressant pour les villégiateurs.

Si, pour ma part, c’est la beauté du lieu et les promenades qu’il est possible d’y faire qui m’y attirent, l’endroit représente également une réserve écologique d’importance, malgré sa petite taille. Les animaux le savent, qui se promènent librement dans le village (donc les tondeuses à gazon deviennent optionnelles):

Cerf à Waterton

Que trouve-t-on dans ce village, dont le développement s’est amorcé en 1911 (le parc lui-même a été créé en 1895)? Essentiellement tous les services nécessaires aux visiteurs. Jusque dans les années 1970, il y avait une population assez importante qui y vivait à l’année. Depuis, les politiques de Parcs Canada ayant changé afin de réduire les coûts d’entretien (les employés ne sont plus obligés de résider dans le parc), la population permanente est très réduite. Le village s’endort à l’automne pour ne reprendre vie qu’au mois de mai.

Le village comporte plusieurs chalets. Ceux-ci appartiennent à des gens qui louent le terrain de Parcs Canada. Il y a aussi plusieurs hôtels et motels. À ma première visite, j’ai pu coucher au seul véritable motel qui existe toujours à Waterton. Construit en 1957, celui-ci n’a à peu près pas changé (sinon d’appellation). Confort minime, mais c’est tout ce que je demande quand je voyage, puisque je ne passe que très peu de temps à l’hôtel.

Pat's

Quelques bâtiments du village sont intéressants par leur architecture. D’abord, la station service Pat’s, construite en 1928. C’est maintenant le seul poste d’essence dans le parc. Cependant, chez Pat’s, on trouve aussi d’autres services, notamment la location de vélos, de mobylettes… en gros tout ce qui peut rendre le séjour plus agréable. L’architecture du bâtiment est aussi fort intéressante.

Anglicane Waterton

Derrière le motel où je logeais (en fait, devant ma chambre), on pouvait voir la petite église anglicane All-Saints, l’un des quatre lieux de culte du village (les trois autres étant des églises catholique, unie et de Jésus-Christ des Saints des derniers jours) et le plus ancien édifice religieux. Elle a également été terminée en 1928 (les années vingt furent une période faste pour le développement de Waterton) mais elle est aujourd’hui fermée et les services se déroulent à l’église unie.

RCMP Waterton

Cette «maison», n’est pas visitée par la police; c’est le poste de police local, construit lui aussi en 1928. Que s’est-il donc passé à cette époque, vous demanderez-vous? Eh bien, l’hôtel Prince-de-Galles, qui se dresse sur une colline à l’extérieur du village mais tout près, a ouvert ses portes en 1927 (voir mon article d’hier pour la photo; j’y reviendrai pour les détails). De plus, l’hôtel fut le premier établissement licencié (autorisé à vendre de l’alcool, d’une manière fort contrôlée). Par conséquent, un certain développement a suivi son ouverture. De plus, les touristes se sont multipliés. Le poste de police (qui servait aussi de logement aux membres du détachement de la GRC en poste à Waterton) a été construit par les mêmes entrepreneurs (Doug Oland et Jim Scott) qui ont érigé l’hôtel Prince-de-Galles. Ces entrepreneurs de Cardston ont également construit un nombre considérable des chalets du village.

Bel lago

Finalement, je vais terminer sur une note culinaire (vous me connaissez, je ne peux faire autrement que trouver la bonne bouffe). Le restaurant Bel Lago, qui a ouvert ses portes cette année sur l’avenue Waterton, loge dans le plus vieil édifice consacré à la restauration dans le village. L’édifice a été construit en 1922 et, jusqu’en 1990, il a opéré sous le nom de Tourist Café. Sous l’impulsion de la famille Dilatush, ce restaurant devint l’un des centres de l’activité sociale du village. Lorsqu’il a été vendu en 1990, il est devenu un restaurant italien qui a changé plusieurs fois de propriétaires et de nom, mais qui sert aujourd’hui une bouffe véritablement délicieuse. Des trois endroits où j’ai mangé à Waterton, c’est certaiment — et de loin — le meilleur.

Je poursuivrai l’exploration du parc demain… car je ne voudrais pas vous fatiguer en montagne après un copieux repas bien arrosé…

Publicités

5 commentaires sur « Waterton I: un village de tourisme tout en modestie »

  1. Ah Waterton, j’en suis si amoureux 🙂 C’est tellement plus calme et plus sauvage que Banff/Jasper… Tiens, tu me donnes envie d’y retourner 🙂

  2. Banff est devenu une usine à touriste ou la breloque made in china fait le bonheur des visiteurs… malheureusement. Mais cela reste tout de même un passage obligé dans les rocheuses.

    Waterton, c’est une autre histoire… et une belle pour ceux qui aiment la randonnée.

    Mais si les chinois ont investis la place de Banff, une particularité est à signaler pour Waterton… les mormons et hutterites… très présents dans l’industrie touristique de la région (hotel, resto).

  3. Oui David. J’ai l’intention d’y retourner avant septembre. Il le faut.

    John, bienvenue! Effectivement, il y a quelque chose de tristement ironique à voir les hordes de touristes asiatiques à Banff qui achètent de la bimbeloterie faite chez eux… Et effectivement, Waterton a cette particularité ethnique, quoiqu’elle se fasse assez discrète. Les hutterites, par exemple, sont plus visibles au marché hebdomadaire à Red Deer qu’à Waterton…

Les commentaires sont fermés.