Waterton II: l’hôtel Prince-de-Galles

POW du village

Il se dresse, majestueux, sur une butte de pierres laissée là par un glacier. Depuis 1927 qu’il résiste aux vents légendaires de Waterton: l’hôtel Prince-de-Galles. Construit par une compagnie ferroviaire pour améliorer l’offre d’hébergement dans ce village durant les Années Folles, l’hôtel est devenu une attraction touristique de son plein droit. Son architecture bien particulière a requis de nombreux retours à la table à dessins, les idées du promoteur changeant constamment, jusqu’à ce que ce plan d’un édifice majestueux de sept étages, entièrement construite de bois, soit finalement accepté. Cet hôtel de 86 chambres offre tous les services auxquels on peut s’attendre d’un «grand hôtel».

Porte POW

L’entrée est imposante sans être écrasante. Plus souvent qu’autrement, ce sont d’autres touristes (ici un ami à moi) qui vous tiendront la porte, bien qu’il y ait des valets de pied en abondance. Ce n’est pas aussi guindé qu’à Banff ou au lac Louise. Dieu merci!

Vue POW

Dans le grand hall, où le thé à l’anglaise est servi tous les jours de 14 h à 17 h, on peut jouir d’une vue exceptionnelle sur le lac Upper Waterton, sur le village, ainsi que sur les montagnes qui l’entourent. Les jours de grand vent, nul doute qu’il doit faire bon se trouver derrière ces vitrines pour admirer la vue sans subir les inconvénients des intempéries.

Lustre POW

Ce grand hall occupe le rez-de-chaussée de la partie centrale de l’hôtel, sous le pignon central. L’espace au-dessus est ouvert et l’on peut voir les balcons des chambres des étages qui entourent un majestueux lustre formé de trois anneaux de fer. Impressionnant sans être écrasant. Cela respire un air rustique qui fait en quelque sorte l’image de marque de Waterton.

Bar POW

Dans la partie est on trouve ce bar qui offre encore de belles vues sur le lac. L’autre partie de cette aile est occupée par un vaste magasin de souvenirs, où l’on trouve une grande variété de vêtements, livres et autres babioles.

Détail POW

Un détail des lucarnes. L’hôtel a été construit par de modestes entrepreneurs en construction de Cardston (Doug Oland et Jim Scott). Pourtant, ça n’a pas l’air bâclé comme tant de constructions qu’érigent les entrepreneurs actuels… auxquels on ne confierait pas nécessairement des projets d’une telle ampleur. D’ailleurs, lors de sa construction, l’hôtel a été victime des vents de la vallée, qui l’ont fait légèrement pencher. Ce n’était pourtant pas la faute de l’entrepreneur, qui avait pris toutes les précautions possibles. Personnellement, je ne peux pas discerner l’inclinaison. Vous?

Prince of Wales

Ne vous laissez pas influencer par la masse majestueuse du mont Crandell qui domine la scène. C’est d’ailleurs demain que je vous amène en excursion dans les montagnes.

Publicités

13 commentaires sur « Waterton II: l’hôtel Prince-de-Galles »

  1. cet hotel me plait de plus en plus ! Est il fermé en Hiver ? S’ils ont besoin d’un gardien d’Hiver ….. je suis volontaire ! …Krn apportera la hache . 😉

  2. Je trouve qu’il aurait été supérieur en  » atmosphére  » , sous la neige , à celui du Colorado ?

  3. C’est effectivement fermé en hiver. Peut-être qu’ils accepteraient tes services de garde… Vivre dans les bourrasques et les grands vents, au milieu de ce paysage spectaculaire… Il me semble entendre le hululement du vent entre les lucarnes…

  4. Peut-être, l’hiver prochain, Patton pourrait y tourner un remake du film « Les Hauts de Hurlevents »…

  5. Ça fait très « The shining” effectivement, à éviter en hiver absolument donc… surtout si il y a un gardien.

    Coucou, me revoilou. G plein de retard, vais combler ça ces jours-ci je vois que tu as été très prolifique ;-))
    Des becs.

  6. Ah! Deef! Tu m’auras manqué (même si tu étais plus proche, tu étais absent… drôle de paradoxe). Heureux de te savoir de retour, même si pour toi ça signifie la fin des vacances. J’ai effectivement «prolifié» en ton absence… ça te fera de la lecture pour occuper tes longues soirées d’hiver… pas passées à l’hôtel Prince-de-Galles.
    Bises.

  7. … et il manque une information essentielle. Il faut compter combien, pour une nuit dans ce charmant petit hôtel ? La vue à l’heure du thé est en effet bien tentante.

Les commentaires sont fermés.