Gâteau au fromage aux amélanches

Gâteau au fromage

Pour couronner un certain repas festif, ce gâteau a fait merveille. Il a aussi fait merveille auprès de quelques amis qui se sont sacrifiés pour m’aider à le finir dans les jours qui ont suivi. Lorsque j’ai eu obtenu des amélanches, j’avais deux idées en tête: des tartes (ça viendra) ou un gâteau au fromage. Je n’en avais plus fait depuis… que je vivais en appartement à Montréal (entre 1997 et 1999)!

Sa confection a requis la combinaison d’éléments tirés de trois recettes différentes… parce que je suis quelque peu maniaque. D’abord, il fallait préparer la fondation, une simple croûte qui ne requiert que quelques biscuits Graham passés au mélangeur avec des amandes et un peu de beurre pour créer un mélange «sablonneux» qu’il suffit ensuite d’étendre au fond d’un moule à charnière. On compresse bien.

Amandes et graham

Pour le gâteau lui-même, j’ai directement pris une recette tirée de James Peterson, Cooking: 600 Recipes, 1500 Photographs, One Kitchen Education (Berkeley / Toronto: Ten Speed Press, 2007) p. 430.

  • Deux paquets de 250 g (8 onces) de fromage à la crème à la température de la pièce
  • 175 ml (¾ tasse) de sucre
  • 5 ml (1 c. à thé) de jus de citron frais
  • 3 œufs entiers et 1 jaune d’œuf
  • 375 ml (1½ tasse) de crème sure
  • 7 ml (1½ c à thé) d’essence de vanille
  • 1 ml (¼ c à thé) sel

Préchauffer le four à 350° F (175° C). Dans un bol, combiner le fromage à la crème et le sucre et battre à vitesse moyenne jusqu’à ce que le mélange soit onctueux. À vitesse réduite, incorporer le jus de citron, les œufs et le jaune un par un en battant après chaque ajout. Incorporer ensuite la crème sure, la vanille et le sel. Vider le mélange dans un moule à charnière de 25 cm (10 pouces) préparé (avec la croûte de Graham et d’amandes, quoi!).

Gâteau dans bain

Et là, c’est LE truc pour réussir un gâteau au fromage, on le fait cuire en le déposant dans un bain d’eau chaude qui s’élève jusqu’à la moitié de la hauteur du moule. Pourquoi? Si on dépose simplement le moule dans le four sans ajouter d’humidité ambiante, il craquera en cuisant et deviendra sec. Pour éviter les infiltrations d’eau dans le moule à charnière, on peut envelopper l’extérieur de celui-ci de papier d’aluminium. Faire cuire 90 minutes ou jusqu’à ce que le gâteau soit bien pris.

Sauce amélanches

Et voici qu’intervient la troisième recette. Pendant que le gâteau cuit, on prépare une sauce d’amélanches. La recette vient cette fois d’un livret que m’a gracieusement remis le producteur que j’avais visité pour me procurer les fruits.

  • 500 ml (2 tasses) amélanches (saskatoons)
  • 250 ml (1 tasse) eau
  • 175 ml (¾ tasse) sucre
  • 30 ml (2 c. à table) fécule de maïs
  • 30 ml (2 c à table) jus de citron
  • Quelques gouttes d’essence d’amande

Dans une casserole à fond épais, amener les amélanches et l’eau à ébullition. Mijoter cinq minutes. Mélanger la fécule de maïs et le sucre et ajouter petit à petit au mélange de fruits jusqu’à épaississement. Ajouter le jus de citron et l’essence d’amande et laisser refroidir.

Étant donné l’altitude, ici, il faut cuire les pâtisseries un peu plus longtemps qu’au niveau de la mer. Par conséquent, après les 90 minutes de cuisson, j’ai ajouté une épaisseur de sauce aux amélanches sur la surface du gâteau presque cuit, puis j’ai retourné le tout au four une vingtaine de minutes.

Fruits sur gâteau

Déposer, découvert mais dans son moule, sur une grille pour refroidir pendant une heure environ, puis poursuivre le refroidissement au réfrigérateur. Laisser reposer au réfrigérateur au moins une heure et jusqu’à une journée avant de démouler et de servir. En refroidissant, le gâteau s’était tassé un peu, mais il était délicieux et onctueux.

Publicités

9 commentaires sur « Gâteau au fromage aux amélanches »

  1. Absolument mais alors là absolument appétissant!

    Et pourquoi donc as-tu changé ta si belle mise en page?

  2. Parce que j’en avais marre… comme les cheveux. J’aime bien la simplicité de celle-ci.
    Oui, c’est un délice.

  3. Exquis, ton gâteau! Je regrette d’être partie si tôt 😉

    Ta nouvelle mise en page est simple et pratique… mais un peu sévère 🙂

  4. C’etait scandaleusement succulent !
    Pourquoi scandaleusement ? Car on en reveut les jours qui suivent 🙂

  5. Dr. CaSo… j’aurais dû te dire que la maison offre aussi les services d’hébergement… La prochaine fois, on soupera un tantinet plus tôt. Quant à la mise en page, ce n’est pas parfait, mais pour la mettre à mon goût, il faudrait que j’investisse un temps que je n’ai pas vraiment le goût de consacrer à ce projet. Je la changerai à nouveau un de ces quatre.

    David… «gare à celui par qui le scandale arrive»… Je suis donc en danger, je suppose. Mais ça ne m’arrêtera pas de produire de la bouffe. Merci du compliment!

  6. Un si doux scandale… un si doux péché… tellement facile d’y succomber que l’on se surprend à le trouver parmis les sept grand…

  7. Oh la la! Ça me donne envie de faire ce gâteau! Miam! Je garde dans mes favoris ta recette suculente! 😛

Les commentaires sont fermés.