Bonnyville

Panneau Bonnyville

Je ne suis pas resté longtemps à Bonnyville lors de mon passage le soir de la Fête franco-albertaine. Comme on m’avait annoncé que je ne pouvais pas avoir de billet pour participer au méchoui et que le spectacle du magicien ne m’intéressait guère, je suis parti vers le nord-est, en direction de cet autre centre de la francophonie albertaine qu’est Bonnyville. Comme on peut le voir, le ciel s’est couvert, mais cette petite ville m’a quand même accueilli de manière sympathique.

De Saint-Paul à Bonnyville

Pour se rendre à Bonnyville de Saint-Paul, on entre de plain-pied dans la forêt boréale. Saint-Paul se trouve au centre d’une région agricole; Bonnyville aussi, mais pour s’y rendre, il faut traverser une région plus forestière. Le passage est assez draconien. Et on longe ensuite de superbes lacs bordés, on s’en doute bien, de sites de camping et autres. La route était belle et… comme on voit, peu occupée. Une heure après mon départ, je me trouvais au bord du Lac à l’orignal.

Lac Bonnyville

C’était l’entrée de la ville. Un parc a été aménagé où une plaque (bilingue!) parle de l’«âme de Bonnyville». Charmant témoignage de fierté civique.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

On y trouve aussi cette charmante bicoque abandonnée… avec des fleurs aux fenêtres. Il était trop tard pour pouvoir m’informer à savoir pourquoi elle était si joliment décorée, mais c’était un «moment Kodak»…

Maison Bonnyville

De telles maisons abandonnées, il y en a un peu partout en Alberta. Je suppose que, les teres étant tellement vastes qu’il n’est pas nécessaire d’en utiliser chaque centimètre carré, on ne se préoccupe pas trop de démolir ces vieux édifices, à moins qu’ils posent un danger pour la sécurité. Dans le vert de la prairie, avec une lumière vespérale rasante, elles peuvent être d’un charme irrésistible pour n’importe quel objectif.

J’ai soupé à Bonnyville dans un resto familial à l’atmosphère chaleureuse, puis je suis reparti vers le sud, empruntant la route 41 vers Vermillion. Au passage, alors que des nuages menaçants se rassemblaient à l’ouest (et me sont bientôt tombés dessus), j’ai pu voir cette charmante église ukrainienne catholique à Elk Point.

Église Elk Point

Pas le temps (du moins pas la bonne heure) pour arrêter. Mais je reviendrai… Il y a tout plein de petits musées régionaux dans le coin qui valent sûrement le coup d’œil. Mais ce sera pour un autre été… car ceci était au début juillet et voilà que je dois déjà me replonger dans la préparation de cours!

Route 41 vers Lloydminster

Ah! Remettre les roues de Bernadette sur ces grandes routes droites… Ici la 41 et son impeccable chaussée.

Publicités

2 commentaires sur « Bonnyville »

  1. Cette belle 41 plairait beaucoup à Proserpine . C’est quoi la limitation de vitesse , chez toi ?

Les commentaires sont fermés.