Et un autre!

La gang française

Il n’y a pas si longtemps, c’était l’anniversaire d’Alex, que nous avons célébré en haut lieu. Hier soir, c’était au tour de David de marquer une autre année (bon, son véritable anniversaire n’est que demain, mais il faut bien pouvoir se réunir!) Sept d’entre nous se sont rassemblés au Laurier Lounge, un resto de la Beltline de Calgary (au sud du centre-ville). L’atmosphère à table était joyeuse. Les convives visiblement heureux de se revoir. La nourriture était pas mal du tout… Mais alors, le service… disons qu’on repassera. L’exemple le plus, disons, exagéré? Mon carré d’agneau s’était magiquement transformé en gratin de fruits de mer (suite à une confusion dans la commande). Au moins le gratin était très savoureux. On m’a offert de le retourner en cuisine et de m’apporter le plat commandé… mais bon, j’ai préféré manger ce qu’il y avait dans mon assiette plutôt que de manger mon plat au moment du dessert des autres. Disons simplement que la serveuse était ce qu’on appellerait en anglais clueless. Clueless in Calgary. Oh! Et on nous fait payer pour le pain avant le repas! Six dollars pour une misérable baguette et du beurre.

Cependant, je ne voudrais pas terminer cette note sur un ton négatif. Nous avons eu beaucoup de plaisir (parfois aux dépens des serveurs, dont un visiblement gai et vaguement exaspérant). Par la suite, Céline, David et moi sommes allés chez Marine et Alex, ce qui nous a permis de voir leur nouvelle maison. Je ne suis pas resté très longtemps (car il faut bien compter 90 minutes pour rentrer à Red Deer!) mais il était bon de voir ces deux-là dans leur nouveau nid, duquel je n’ai aucun doute que des projets stimulants prendront racine.

Alors, David, bon anniversaire encore! Merci à Céline pour avoir initié ce rassemblement festif!

Publicités

Explication, SVP!

Esprit RDC

Les cours reprennent bientôt… J’en profite pour vous demander votre avis. Comme on sait, je travaille dans un collège qui, l’année dernière, a décidé de refaire son image de marque. Voici le résultat affiché depuis le printemps dernier sur les bancs de la ville… Euh… Annoncer un collège (même si le mot n’apparaît nulle part) en montrant un couple de retraités réjouis? Sur lesquels on a en plus superimposé, par un travail photoshoppifiant bâclé, le nouvel emblème des équipes sportives de l’institution? On peut m’excuser de ne pas comprendre? Quelqu’un peut éclairer ma lanterne?

Dire que l’administration collégiale croit que la campagne de reconception de l’image de marque est à la source de l’augmentation phénoménale des inscriptions cet automne… Il faut dire que l’offre de la gratuité de l’inscription et, rendons tout de même justice au département de marketing, une campagne de séduction intense dans les écoles secondaires, a pu aider la récession à attirer les étudiants.

Mais quand même… Ces affiches?