«Mes» Rocheuses

Lac Abraham

Le mont Michener et le lac Abraham. Une de mes vues favorites le long de la route David-Thompson, qui conduit de Red Deer à la route des Glaciers. Le 11 juillet dernier, il était d’huile. Phénomène rarissime: pas un souffle de vent au belvédère qui est d’habitude balayé par des bourrasques. C’était le début d’une excursion d’un jour en compagnie de mon amie et collègue Cinnilla, arrachée pour la journée à son travail sur un manuscrit. Comme j’ai déjà parlé à quelques reprises de mes excursions dans les Rocheuses, je vous offre cette visite sous la forme d’un photoblogue avec commentaires minimes… Bonne promenade en ce premier jour de septembre!

J'ai oublié le nom de cette montagne le long de la route David-Thompson, à l'est de Saskatchewan River Crossing. Et j'ai la flemme d'aller chercher...
J'ai oublié le nom de cette montagne le long de la route David-Thompson, à l'est de Saskatchewan River Crossing. Et j'ai la flemme d'aller chercher...
Le mont Murchison, à Saskatchewan River Crossing. C'est «ma» montagne.
Le mont Murchison, à Saskatchewan River Crossing. C'est «ma» montagne.
Les lecteurs Québécois comprendront pourquoi j'ai pris cette affiche en photo. C'est à cet endroit, seul arrêt entre Lake Louise et Jasper où on peut se procurer de l'essence, qu'on se fait vraiment avoir. L'essence était à 1,369$ le litre (alors qu'elle était à 0,87$ à Red Deer). De plus, le casse-croûte vend de la bouffe immangeable et trop chère.
Les lecteurs Québécois comprendront pourquoi j'ai pris cette affiche en photo. C'est à cet endroit, seul arrêt entre Lake Louise et Jasper où on peut se procurer de l'essence, qu'on se fait vraiment avoir. L'essence était à 1,369$ le litre (alors qu'elle était à 0,87$ à Red Deer). De plus, le casse-croûte vend de la bouffe immangeable et trop chère.
Le lac Peyto: Pur joyau d'émeraude dans un écrin montagneux et forestier. Oui, le belvédère est très occupé, mais ça en vaut largement la peine.
Le lac Peyto: Pur joyau d'émeraude dans un écrin montagneux et forestier. Oui, le belvédère est très occupé, mais ça en vaut largement la peine.
Le lac Louise, joyau indiscuté des Rocheuses... il y a toujours trop de touristes, mais qui pourrait les blâmer? Après tout, qu'est-ce que nous faisions là, nous aussi?
Le lac Louise, perle indiscutée des Rocheuses... il y a toujours trop de touristes, mais qui pourrait les blâmer? Après tout, qu'est-ce que nous faisions là, nous aussi?
Le même lac vu d'une fenêtre du Château. Juste à côté, on pouvait voir une affiche publicitaire du Canadien-Pacifique du début du siècle reproduisant exactement cette vue.
Le même lac vu d'une fenêtre du Château. Juste à côté, on pouvait voir une affiche publicitaire du Canadien-Pacifique du début du siècle reproduisant exactement cette vue.
Le lac Moraine, niché dans la Vallée des dix sommets. C'était la première fois que j'arrivais à m'y rendre... Une belle route serpentueuse qui rappelle les publicités de voitures y mène. Dans les années 1970, ce lac ornait l'arrière des billets de vingt dollars.
Le lac Moraine, niché dans la Vallée des dix sommets. C'était la première fois que j'arrivais à m'y rendre... Une belle route serpentueuse qui rappelle les publicités de voitures y mène. Dans les années 1970, ce lac ornait l'arrière des billets de vingt dollars.
Il fallait bien souper quelque part. Après un repas dans un pub à l'irlandaise, il faisait encore jour et j'ai pu croquer cette vue du mont Rundle dominant la rivière Bow.
Il fallait bien souper quelque part: Banff. Après un repas dans un pub à l'irlandaise, il faisait encore jour et j'ai pu croquer cette vue du mont Rundle dominant la rivière Bow.

Alors voilà. L’automne s’en vient… mais je n’ai pas entièrement terminé le récit de mes pérégrinations estivales. Comme la Fête du Travail arrive tard cette année, c’est comme si l’été gagnait un peu en longueur… Il faut en profiter!

Publicités

18 commentaires sur « «Mes» Rocheuses »

  1. Merci de partager avec nous ces belles photos ! Ce sont vraiment des paysages splendides. Evidemment on ne peut rêver d’avoir ces paysages « à soi tout seul » ; il faut les partager avec nombre de nos frères les touristes… LA photo est celle vue de la fenêtre du restaurant – qui fit jadis l’objet d’une affiche. C’est une belle Nature, majestueuse et immense.

  2. Merci!

    Et oui, cette richesse de vues, de beauté, ça se partage. Mais les photos ne sont rien à côté de l’expérience d’être au pied de la montagne… de sentir l’air qui embaume l’épinette, de voir au détour d’un sentier une végétation tenace qui résiste aux éléments… De se sentir complètement ailleurs.

  3. Très. Je ne m’en lasse pas. Et je retournerai à Waterton durant la fin de semaine… une dernière salutation avant l’hiver.

  4. Je vais aller faire un tour… lorsque je serai revenu à la maison (car il y a sur ton blogue des paysages qui, disons, pourraient faire sourciller les administrateurs du réseau au collège).

  5. C’est vraiment trop cruel que de se taper un reportage pareil depuis son écran d’ordinateur, derrière son bureau… Franchement, je ne te remercie pas ! lol…

  6. hum… non, vraiment TROP de touristes pour moi à Louise. Ca casse la magie du lieu. je suis et resterai une fan de Moraine :p

  7. Marine, tu as tout à fait raison… il faut y aller très tôt le matin et surtout prendre l’un des sentiers de randonnée pour s’éloigner des hordes… Ce qui est moins nécessaire au lac Moraine. Le seul inconvénient de ce dernier est que la route qui y donne accès est fermée pendant une bonne partie de l’année.

Les commentaires sont fermés.