Musée royal de l’Alberta

Animaux RAM

Le Musée royal de l’Alberta se trouve au nord-ouest du centre-ville, dans le quartier Glenora, sur les terrains de Government House. Fondé en 1967 il a pour mission de «préserver et raconter l’histoire de l’Alberta et donner le goût aux Albertain(e)s d’explorer et de comprendre le monde qui les entoure».

Accueil RAM

Le musée parle dans son architecture: la pierre choisie pour le revêtement extérieur répond à celle qui revêt Government House par sa couleur, mais elle parle aussi d’histoire, puisqu’il s’agit de pierre calcaire de Tyndall, extraite au Manitoba, et riche en fossiles. L’Alberta s’identifie constamment à sa richesse géologique autant qu’à la biosphère. Le musée comporte quatre salles (dans l’ordre de ma visite): L’Alberta sauvage, la galerie d’histoire naturelle, la galerie Syncrude des cultures autochtones et une salle d’expositions temporaires. Il y a également un auditorium. Les salles sont disposées sur deux étages, aux extrémités du bâtiment; une longue galerie remplie de lumière naturelle les sépare.

Diorama ours

La salle consacrée à «l’Alberta sauvage» se compose surtout d’une série de dioramas spectaculaires qui cherchent à représenter les écosystèmes de la province, mettant l’accent sur les espèces menacées et mal comprises de la population en général (que l’on pense aux coyotes ou aux ours). Les explications sont détaillées à souhait, les dioramas bien réalisés et cette salle remplit à merveille son rôle d’éducation. Je pense qu’il s’agit là, pour les visiteurs, de la salle la plus intéressante de tout le musée.

Histoire naturelle

À l’étage, la salle consacrée à l’histoire naturelle déçoit quelque peu lorsque l’on a visité le Musée Tyrell (voir mon article de l’an dernier), surtout dans la salle des dinosaures. Cependant, il y avait une galerie de spécimens géologiques qui pourrait intéresser particulièrement ceux que les gemmes fascinent. Comme ce n’est pas mon genre et que je n’avais pas ce qu’il aurait fallu pour prendre des photos appropriées de  ces choses (un défi photographique intéressant en soi, mais les trépieds sont généralement interdits dans les musées), je suis passé plutôt rapidement dans cette salle.

Tipi

La troisième salle visitée est celle des cultures autochtones. Ici, on sent cruellement le manque d’espace: des artefacts énormes, comme ce tipi que l’on aperçoit en toile de fond, manquent d’espace pour se déployer et rendre justice à leur fonction. J’ai déjà vu mieux, disons, entre autres au musée Glenbow à Calgary pour ne parler que d’un autre exemple albertain. La galerie était plutôt déserte: les gens passent rapidement. Ce n’est pourtant pas par manque d’artefacts intéressants, mais ils ne sont pas mis en valeur. Témoin cette sculpture:

Bison et petit

En apparence, un «banal» exemple d’art autochtone du genre de ceux que l’on peut souvent trouver dans les boutiques haut-de-gamme pour touristes. Puis… on regarde de l’autre côté et soudain, cette sculpture d’une mère bison et de son petit prend une dimension symbolique (expliquée par une plaque): on y retrouve le foyer nourricier, rappel de l’importance du bison à l’économie des peuples autochtones des prairies. En quelque sorte, les peuples des prairies étaient eux aussi les «enfants» du bison.

Bison intérieur

La dernière salle contenait une exposition temporaire intitulée «Wildlife Photographer of the Year». Évidemment, par respect pour les œuvres exposées, je n’ai pas pris de photos. Cependant, cette salle valait également le détour; j’ai eu le souffle coupé devant certaines des photographies, passant de longues minutes en béate contemplation. L’exposition se termine le 13 septembre… avis aux intéressés!

Enfin, une petite promenade autour du musée permet de voir des œuvres intéressantes, dont celle qui ouvre cet article, réalisée par Ole Holmsten, et qui représente certains aspects de la vie animale dans ce qui est aujourd’hui l’Alberta.

Publicités

2 commentaires sur « Musée royal de l’Alberta »

  1. Mais ça a l’air fort intéressant, cet endroit! Faudra que tu nous y amènes lors d’une prochaine visite.

Les commentaires sont fermés.