Rouleauville et la cathédrale de Calgary

Rouleauville Square

Sur la 17e Avenue SO, en fait près du point où elle devient SE, on trouve une trace fort visible de l’héritage francophone dans la ville: le site de Rouleauville. Il ne reste pas grand-chose des bâtiments qui ont autrefois formé le cœur d’un établissement francophone dynamique, mais les plaques bilingues qui entourent la place devant la cathédrale catholique de Calgary, Saint Mary’s, permettent de faire revivre un peu de ce passé.

Cathédrale St Mary's

La cathédrale se dresse au fond de la place. Construite en 1954, elle mêle des influences gothiques et art déco. Elle a remplacé l’édifice original qui a dû être démoli en 1954 et dont on trouve une maquette dans une des chapelles latérales. Le style rappelle certaines églises de la Nouvelle-France du dix-huitième siècle et surtout l’architecture, au dix-neuvième, de Victor Bourgeau. Quatre des cinq cloches de l’église originale ont été intégrées au carillon de la nouvelle.

Maquette ancienne cathédrale

Personnellement, j’aime bien ce «nouvel» édifice de brique au style inhabituel réalisé par Maxwell Bates.

Portail cathédrale

Contrairement à mon dernier passage dans ce coin, la porte était grande ouverte. J’y suis donc entré pour avoir une idée de l’architecture intérieure.

Intérieur cathédrale

Comparativement à d’autres églises, c’est peut-être un peu modeste, mais j’aime bien ce dépouillement qui révèle la vérité des matériaux, plutôt que des fausses voûtes de plâtre peint. Cela a un petit côté anglican… qui, encore, n’est pas pour me déplaire.

Choeur cathédrale

Le chœur est ouvert, aéré… peut-être même un peu trop au sens où il est un peu difficile de lier les divers éléments de la liturgie (Parole, Eucharistie, Présidence), mais c’est plutôt commun. Cependant, où donc est la cathèdre (le siège de l’évêque, qui le représente quand il n’est pas présent)? Là aussi, c’est un problème commun à bien des cathédrales, qui sous prétexte de réduire l’«élitisme», font disparaître des symboles importants.

Lampe sanctuaire cathédrale

Nonobstant cette petite critique, j’aime beaucoup le design adopté pour le mobilier liturgique. La lampe du sanctuaire, qui descend de la voûte, est bien présente, sans toutefois distraire ou supplanter l’autel, dont elle est le complément.

Baptistère

La fontaine baptismale, près de l’entrée, ne manque pas de majesté. De plus, contrairement à Saint Luke’s, elle n’est pas enfermée dans un écrin de verre qui la rend inaccessible. Encore ici, il faudrait voir comment le lieu est habité liturgiquement. Un chantre qui répétait au jubé ne me donnait pendant ma visite ne me donnait pas vraiment le goût de découvrir…

Publicités

6 commentaires sur « Rouleauville et la cathédrale de Calgary »

  1. Tu donnes dans les bondieuseries en ce moment ?
    Mouarf ! Allez, j’te tâaaquine 😀
    Franchement, l’édifice antérieur était cent fois mieux, ils auraient pu reconstruire à l’identique.
    J’ai dit ça, j’ai rien dit 😉

  2. Les préférences architecturales, disons simplement que c’est une affaire bien personnelle… Cependant, on constate que la nouvelle église de 1954 a véritablement laissé de côté les préférences esthétiques de l’école française (et les traditions canadiennes-françaises) pour un modèle beaucoup plus anglais. Cela reflète la transformation de l’Église de Calgary durant la période; j’ai un collègue qui en a fait tout un papier… Disons simplement que les francophones se sont faits mettre de côté et que ça se voit dans l’architecture; les choix que l’on fait à ce chapitre n’étant que très rarement innocents.

    Quant aux bondieuseries, que veux-tu… ça fait aussi partie de mon passé et de qui je suis. Reste qu’il y a un bail que je ne suis pas allé à l’église autrement qu’en touriste!

  3. Je fait une escale à Fatima (Portugal), et je ne l’ai pas regretté, c’est une chose qu’il faut avoir vu dans sa vie. On dit que c’est la Lourdes portugaise, et pour cause, ça m’a fortement rappelé San Giovanni Rotondo, la ville de Padre Pio, en Italie. Je sais que tu ne crois pas aux miracles, mais as-tu déjà visité un haut lieux de pélerinage tel que Fatima et Lourdes en pleine procession ? C’est assez impressionnant.

  4. J’ai travaillé dans un lieu de pèlerinage au Québec. Personnellement, pas exactement mon genre de spiritualité, mais j’y ai vu de grands moments de découverte spirituelle chez bien des pèlerins. Les processions sont effectivement souvent impressionnantes dans ces lieux qui sont conçus pour ce genre de pratique.

Les commentaires sont fermés.