Le Mur… vingt ans plus tard

Berlin Wall
Source: Europe in 12 lessons (http://europa.eu/)

Voici, vu à travers les yeux du bédéiste et caricaturiste suisse Chappatte, un clin d’œil à cet événement charnière dont je me souviens encore avec émotion… il y a vingt ans. À l’époque, on pouvait croire que tout était possible!

Suivez ce lien vers Le temps.

Publicités

3 commentaires sur « Le Mur… vingt ans plus tard »

  1. J’étais à Berlin lors de ces évènements. Habituellement, il fallait une quarantaine de minutes pour passer le sas de la frontière entre l’est et l’ouest. Le temps de faire monter les chiens dans les camions pour détecter l’éventuel passage de clandestins, de même les camions passaient sur une fosse et étaient éclairés par dessous avec de puissants projecteurs, pour la même raison.

    Ce jour-là, je suis restée plusieurs heures dans le sas. Les douaniers semblaient absents mais les portes étaient fermées. Puis, les portes ont été ouvertes et tout le monde est parti sans rien demander.
    Ce n’est qu’en arrivant en Belgique que j’ai entendu la nouvelle à la radio. Sur place, je n’ai rien vu, et pourtant, j’étais « dans » le mur au moment crucial, pile poil à la frontière.

    Ce que je peux juste dire, c’est que la différence, criante, entre l’est et l’ouest se voyait dans la campagne. A l’ouest, des champs où le blé en herbe commençait déjà à pousser, bien dru, pour la saison suivante. A l’est, de petites pousses maigrichonnes clairsemées entre deux jachères. Les voitures, des Traban dont les capots, en carton bouilli, prenaient feu dans les embouteillages, et ces grillages rehaussés de barbelé, de plusieurs mètres de haut, tout du long de la route de Hambourg à Berlin.

    Je n’y suis pas retournée depuis et je me demande ce qu’est devenu le « no man’s land » qui se trouvait du côté est le long du mur. ça aurait fait un beau jardin.

  2. Moi aussi je m’en souviens très bien. J’étais encore au primaire (ça me date!) et j’avais achalé ma mère pour qu’elle m’achète un des (prétendus) morceaux de mur qu’on vendait à l’époque chez Zellers. Authenticité douteuse…

  3. KRN, merci pour ce partage. Pour ma part, je le vivais à travers les médias (et je rédigeais à ce moment-là un papier en science politique sur l’Europe). Cependant, j’ai un clair souvenir de l’atmosphère que cela générait, même outre-Atlantique.

    Sudriveraine, j’ai à la maison un de ces prétendus morceaux qu’un étudiant m’a donné à Ottawa… ça m’amuse quelque peu de penser que peut-être…

Les commentaires sont fermés.