Nouveau bureau: les photos

Avec la nouvelle année, j’ai déménagé… du moins au travail. Mon confrère historien était, depuis l’année dernière, en transit. Sa femme ayant trouvé un emploi à Victoria (Colombie-Britannique) (voir photos et textes ici et ), il avait plus ou moins débuté un processus de pré-retraite qui a trouvé son aboutissement à la fin de la session dernière. Il aurait voulu continuer, pendant quelques années, à enseigner à mi-temps (enseigner la session d’automne à temps plein, puis passer celle d’hiver auprès de son épouse), mais le doyen ne l’entendait pas de cette oreille. Depuis l’annonce de son départ éventuel, j’avais, sans vergogne aucune, laissé savoir aux autorités concernées que je désirais ardemment déménager mes pénates dans son bureau à son départ. À mon arrivée au collège, on m’avait donné un local que je surnommais affectueusement mon «garde-robe», même s’il n’y avait même pas de crochet pour y suspendre mon manteau. Le local, situé dans un bloc de bureaux de professeurs de science, était toujours difficile à localiser pour mes étudiants et l’endroit était plutôt bruyant. Les collègues étaient bien sympathiques… parfois un peu trop (au détriment de mon travail). Mon ancien bureau était petit, logeait peu de matériel et, surtout, n’accueillait aucune lumière naturelle. Déprimant au possible. J’y passais le temps nécessaire… pas plus. On peut en avoir un aperçu ici.

À l’en-tête de ce message, on voit le corridor qui se trouve près de mon nouveau bureau, avec la fenêtre qui me donne dorénavant une abondante lumière naturelle. On s’entend que l’espace de rassemblement entre les fenêtres et mon bureau est assez populaire et parfois un peu bruyant, mais ce n’est rien à côté des conversations qui se nouaient autour du photocopieur qui jouxtait mon ancien lieu de travail. Ci-haut, le bureau tel qu’il se présente au visiteur. De l’espace et de la lumière! (pas de flash utilisé pour ces photos). La décoration reste à terminer… mais ça viendra. Et j’étais en plein transfert de fichiers quand j’ai pris cette photo.

J’ai aussi — enfin! — suffisamment d’étagères pour accueillir la plupart des volumes nécessaires à mon travail, ce qui m’a permis de désengorger la bibliothèque domestique, laissant enfin de la place aux disques et livres d’Oyaté sur les tablettes sans en accroître le nombre. Le classeur, il a fallu que je le fasse ajouter au mobilier, mais il m’est aussi essentiel. Je ne sais pas trop comment mon prédécesseur pouvait s’en passer pour gérer ses notes de cours et dossiers étudiants. À chacun sa manière…

Cliquez sur l'image pour agrandir

Sur mon siège de travail, voici la vue dont je bénéficie (oui, c’est une image composite… ma table de travail n’a pas d’angle comme dans cette photo). J’ai de l’air et de l’espace, et quand des étudiants viennent en visite, je ne me retrouve pas genoux contre genoux. J’ai aussi l’option de poser en prof intimidant en demeurant derrière le bureau ou encore de m’asseoir avec eux. Il me reste à apporter un peu de vie sous forme végétale et de personnaliser les murs… mais ça viendra. J’adore déjà l’immense table de travail… elle sera bientôt couverte de livres et dossiers.

Publicités

14 commentaires sur « Nouveau bureau: les photos »

  1. Mais as-tu au moins un photocopieur proche de ton bureau? Car sinon, je sens un syndrome de désassuétude sévère poindre à l’horizon…

  2. Pas d’inquiétude à avoir de ce côté-là. J’en ai un tout près, mais pas assez proche pour que j’en entende le ronronnement de mon bureau. L’imprimante se trouve aussi dans cette salle (à une cinquantaine de mètres). Ça, je trouve un peu plus agaçant et j’apporterai probablement celle de la maison lorsque je remplacerai par une imprimante réseau. On n’est pas supposé faire ça… mais bon. Ce ne sera pas la première règle à laquelle je contreviendrai.

  3. Après avoir connu ton ancien bureau, je dois dire que c’est vraiment très grand et beau! 😛 Au revoir le placard lol!

  4. Hors des heures d’affluence, ce couloir constitue un endroit très propice à la lecture. Après tout, cette partie de l’édifice abritait autrefois la bibliothèque.

  5. Oui. Et je viens de trahir Toshiba pour la première fois en onze ans… mon nouvel ordinateur est un Acer (un érable, quoi!)

  6. Toshiba est réputé pour la qualité de ses écrans , mais ACER ( devenu 2éme mondial ) a certainement le meilleur rapport Qualité/Prix .
    Quel dynamisme du coté de l’Asie ! Aprés le Japon , maintenant il faut compter avec Taiwan et la Corée du …. Sud , évidemment .

Les commentaires sont fermés.