Petite salade tiède

Un petit souper simple, ce soir: une salade tiède au poulet et pierogies. Beau, bon et pas cher. Ça requérait trois étapes principales: la préparation d’un lit de laitue (de la romaine) avec des morceaux de poivron frais. Ensuite, on fait bouillir des pierogies (oui, commerciales, car je ne les ai pas préparées moi-même) que l’on fait ensuite revenir avec des morceaux de bacon et d’oignon dans un peu d’huile.

Enfin, dans la même poêle (et sans la laver) on fait revenir des oignons et des champignons (en fait, je l’avais fait avant les pierogies, pendant qu’Oyaté préparait le poulet). On réserve, puis on fait revenir des morceaux de poulet dans l’huile jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Pour assaisonnement: du cumin, du thym, de la coriandre et une lampée de concentré de bouillon de poulet (Bovril). Une fois que c’est cuit, on sale légèrement, on ajoute les champignons et les oignons cuits, puis deux tomates (que je me suis amusé à peler et à épépiner) et l’on réchauffe le tout.

Il ne reste plus qu’à assembler, puis à assaisonner d’un peu d’huile aux truffes (cadeau de nos amis de Calgary: miam et merci!), de jus de citron et de parmesan fraîchement râpé. On a accompagné de pain à l’ail et dégusté tout en visionnant la fin du film The Hours que nous avions commencé à regarder hier soir.

Même Monsieur R est venu se mettre le nez dans la cuisine… c’est bon signe.

Publicités

4 commentaires sur « Petite salade tiède »

  1. On pourrait toujours… quoique, avec les pierogies, il faudrait que Marc-Antoine ait un nom ukrainien, du genre «Romanchuk».

  2. C’est parce que Marc Antoine était le grand rival de César, tans sur le point de vue politique que sentimentale (au près de son excellence la cheffe de l’État Égyptien, Sa Majesté la reine Cléopatre, avant-dernier souverain de la ligne des Ptolémés…)

Les commentaires sont fermés.