Rôti de porc boulangère

Lundi dernier, nos amis calgariens nous gratifiaient d’une sympathique visite en conclusion du grand tour de la province qu’ils venaient d’accomplir en trois jours. Pour l’occasion, j’ai décidé de mitonner un de mes plats de porc favoris. En fait, l’inspiration m’est venue lorsque j’ai ouvert le congélateur et que l’immense longe de porc achetée il y a deux semaines (et qui faisait bien un peu plus d’un mètre de long) m’a sauté au visage. Il a fallu utiliser mon nouveau couperet pour la séparer en deux afin de la faire décongeler (et cuire), mais ça valait la peine.

Photo gracieuseté, bien sûr, d'Oyaté, qui ne pouvait pas s'en empêcher.

Première étape: nettoyer la viande de sa couenne, puis la piquer d’ail. Ensuite, j’ai dévié de la recette (tirée de l’ouvrage de ma toujours fidèle inspiratrice Jehane Benoît) et j’ai badigeonné le rôti d’une savante émulsion d’huile d’olive et de moutarde de Meaux (un peu d’huile, un peu moins de moutarde, puis on touille à la fourchette jusqu’à ce que ça se tienne). On enfourne ensuite, le four ayant été préchauffé à 325° F. Jehane recommande 30 minutes de cuisson par livre, mais cela aurait été beaucoup trop long. J’ai préféré me fier au thermomètre. La viande est prête lorsqu’elle atteint une température interne de 135° F; on peut donc arrêter la cuisson dès qu’on lit 130 °; la température continuera à monter durant le repos de 20 minutes qu’on impose ensuite à la viande, couverte sous papier d’aluminium.

Quant aux légumes d’accompagnement, on fait blanchir des pommes de terre et des carottes (déposer les légumes dans une grande casserole remplie d’eau froide salée, amener à ébullition et éteindre le feu. Laisser les légumes dans l’eau chaude une dizaine de minutes et égoutter) puis on les ajoute au rôti à mi-cuisson (j’ai dû changer de plat). L’oignon, je l’ai simplement coupé en quartiers puis déposé sur la viande au même moment. J’ai également glacé mon porc au sirop d’érable à ce moment-là.

J’ai servi le porc et ses légumes accompagnés d’une compote de pommes maison (on épluche les pommes — si on veut — on les épépine et les coupe en quartiers, puis on les fait cuire à feu doux avec un chouïa de jus de pommes, un peu de muscade et de sucre, puis on déguste).

C’tait bon! Et Oyaté et moi continuons à nous en régaler comme viande à sandwich (tranché fin fin fin). En entrée de ce repas, une petite salade printanière en verrine:

Sur une chiffonnade de laitue romaine mélangée à des copeaux de carottes, on dépose des poivrons et de l’avocat en brunoise. On décore de tomates, de persil frais et de citron. Une simple vinaigrette faite d’huile et de jus de citron, un peu de fleur de sel et de poivre frais moulu… et on déguste.

Et Marine, je ne t’ai pas oubliée; je vais t’envoyer des recettes du livre de fondues… lesquelles voudrais-tu en priorité?

Publicités

7 commentaires sur « Rôti de porc boulangère »

  1. Ça a commencé pendant les Fêtes… mais ça va probablement disparaître lorsque la température se réchauffera…

  2. Hummmm… non mais ce blog est de la pure torture !! J’ai lu avec délectation cet article, bien qu’ayant dégusté avec un immense bonheur ce dîner une nouvelle fois ren-ver-sant, me voila à nouveau à saliver devant mon écran !!! 🙂
    Vraiment, une nouvelle fois merci pour cette soirée absolument parfaite tant au niveau de l’ambiance que de la table…
    Je vais me servir ardemment de ton blog pour faire ma cuisine dans les mois à venir 🙂
    Concernant les fondues : Merci :p j’avoue qu’avec les chiens ça m’est sorti de l’esprit à la fin de la soirée !
    Les variantes de fondue au fromage ont l’air renversantes (avec du bleu et autres), la chinoise, et basiquement tout ce qui est salé..

    Je te laisse faire une sélection que tu jugeras judicieuse, et si ma gourmandise me tenaille encore, je te re-solliciterai pour en avoir encore quelques autres !

    D’ailleurs, pour t’éviter de t’embêter à scanner, tu peux tout simplement m’écrire les éléments des différentes fondues et leurs quantités par mail et je consignerai tout cela en lieu sur 😀

    Merci par avance !!!

  3. Marine, ça fait plaisir. Je vais certainement te partager ces recettes lorsque j’aurai deux minutes! (si ce n’est que pour poursuivre la torture!) 🙂

  4. Sympa l’émulsion d’huile d’olive et de moutarde de Meaux.
    J’ai une recette dans le même genre avec un mélange de miel, de moutarde blanche et de jus de citron que je badigeonne au pinceau sur le roti. Et ça marche même avec les grillades au barbecue car, sans huile, la sauce tient bien sur la viande.
    Bon appétit.

  5. Dans ce cas, l’émulsion était aussi rehaussée par le glaçage à l’érable que j’ai ajouté par la suite, sur l’inspiration du moment (on devine que je cuisine généralement au pif!). Merci de ta visite et du commentaire, krn.

Les commentaires sont fermés.