TGIF?

Waskasoo Creek à Red Deer. La photo a été prise le 10 mars; il n'y a déjà presque plus de neige au moment d'écrire cette note, et ce malgré un refroidissement depuis quelques jours.

Vu cette semaine dans la lunette arrière d’un tacot déglingué qui nous précédait sur la route du collège: «TGIF: Thank God I’m Female». Vu l’état de délabrement avancé du véhicule, je ne suis pas certain que j’aurais mis ça… mais bon. Je veux plutôt employer ici l’expression dans son sens usuel: «Thank God it’s Friday», quoique… ce fut un vendredi plutôt rempli et ma semaine ne sera pas terminée avant demain soir.

C’est que je me promène de conférence en conférence. La fin de semaine dernière, j’étais à Calgary avec Oyaté (qui en a profité pour aller régler des problèmes administratifs dans sa réserve) pour une conférence en histoire de la médecine. C’était fascinant et j’ai pu faire là quelques contacts qui pourront s’avérer précieux en plus de découvrir un département académique que je ne connaissais pas. De plus, ça me revigore toujours de passer quelque temps dans une «vraie» université. Ça nous a aussi permis, à Oyaté et moi-même, de prendre un souper de fondues délicieux en compagnie de nos amis calgariens (nous ne savions pas alors qu’ils partiraient en excursion et aboutiraient chez nous deux jours plus tard).

Puis, aujourd’hui commençait la conférence annuelle des étudiants de notre département au collège. J’y suis allé en soirée. La conférence de cette année, pour un ensemble de raisons qui m’échappent, semble manquer un peu d’énergie. Je pense que c’est dû en partie au départ imminent de la personne qui était en charge de la coordination de l’événement. Pour tout un paquet de raisons, j’ai manqué la conférence inaugurale, mais quand je suis arrivé, il y avait encore des étudiant(e)s qui s’attardaient autour d’un goûter.

Ça m’a permis d’apprendre les dernières nouvelles concernant une pétition qu’a lancé une des étudiantes en opposition à l’implantation d’un système informatique de gestion des horaires et des locaux qui a servi, pour la première fois, à préparer l’horaire scolaire de l’année prochaine. Elle a réussi à recueillir plus de huit cents signatures en deux jours (ce qui est plus que le triple du nombre de personnes qui ont voté aux élections du conseil étudiant cette semaine). Les signataires réclament la mise au rancart de ce système et une réelle consultation des étudiants et du personnel. La pétition a été remise au bureau du président du collège, sans grand espoir de changement, mais ces étudiants pensent à employer des moyens de pression originaux et à avoir recours aux médias pour la première journée d’inscription, lundi. C’est à suivre.

Plus tôt cette semaine, j’ai eu droit à une requête originale de la part d’une étudiante qui aurait besoin d’un cours en lecture dirigée pour compléter les exigences de son diplôme… Je lui ai demandé si elle pouvait rassembler d’autres étudiants potentiels; le cours, qui porterait sur l’histoire des genres et de la sexualité aux dix-neuvième et vingtième siècles intéresse déjà quatre autres étudiants à qui j’ai pu parler ce soir. J’ai la permission informelle du département d’histoire de l’Université de Calgary (obligatoire parce que ces étudiants sont inscrits au diplôme que nous offrons en collaboration avec cette université) et de ma directrice de département au collège… reste à confirmer le tout et à lancer la chose. Ça serait certes plus stimulant que d’enseigner des cours de première année, même si je risque de devoir enseigner ce cours pro bono. Il me servirait toutefois de tremplin pour un cours sur l’histoire de la sexualité qui intéresserait beaucoup le département de travail social. Déjà que pendant la session présente, je lance mon ballon d’essai en histoire de la médecine et que les dix étudiants inscrits au cours aiment bien. Mardi, la directrice du département de sciences infirmière viendra observer la chose en vue d’en évaluer la pertinence pour les étudiantes de ce département.

Enfin, cet après-midi, j’ai passé quatre heures en réunion avec les autres membres du conseil consultatif en santé de la région. À notre dernière réunion régulière (le 11 mars dernier) nous avions résolu de nous rencontrer avant la prochaine réunion pour déterminer nos priorités afin de commencer à vraiment fonctionner, plutôt que de tout attendre de la direction de la santé albertaine. Jusqu’ici, nous n’avions pour toutes instructions que la charte et les règlements généraux des conseils, qui sont tous deux assez vagues. Ce fut une longue réunion, mais elle fut productive et somme toute agréable. Nous savons davantage où nous allons. J’ai aussi l’impression, à mieux connaître mes collègues membres du conseil, que nous ne serons certainement pas juste une vitrine pseudo-démocratique pour Santé-Alberta; il y a une nette volonté de la part de ces gens, tous engagés dans leur communauté, de se servir de ce forum comme tremplin pour communiquer les attentes de la population à l’administration de la santé. Il m’importait de savoir cela parce que, le 7 avril prochain, je vais justement présenter le conseil à la communauté collégiale…

Euh… en plus de ça, j’ai une trentaine de travaux de session qui attendent patiemment que je commence à les corriger.

Et je dois compléter mon dossier de permanence qui doit être déposé d’ici deux semaines.

Cependant, demain, je serai au collège à écouter (et animer) des présentations étudiantes.

Mais là, je vais aller faire une promenade de santé avec Oyaté (qui vient de mettre en ligne une leçon en sa langue maternelle) avant d’aller au lit. Il y avait longtemps que je n’avais pas lancé autant de texte au blogue…

Publicités

6 commentaires sur « TGIF? »

  1. Ouf! Mais c’est que vous êtes occupé, vous! Bonne chance avec tous ces projets!

  2. Monsieur R poursuit sa prise d’anti-inflammatoires. Il se porte mieux: il a bonne mine et le poil soyeux à nouveau (autant qu’il puisse l’être en comparaison avec celui des deux autres!). Il se promène allègrement sur ses trois pattes valides et il commence à utiliser la quatrième de temps en temps. C’est bon signe. Il restera probablement toujours faible de la patte gauche arrière, mais au moins il est en voie de rétablissement. Il m’a même laissé lui couper les griffes samedi!

Les commentaires sont fermés.