Corentin (Monsieur C) 16 juin 1994 – 7 avril 2010

Cet après-midi, un peu après 16 heures, mon fidèle compagnon depuis six ans nous quittait pour un monde meilleur. Il a eu la chance de gambader au jardin, d’être en forme, de s’amuser avec ses «frères» jusqu’à dimanche dernier environ. À partir de ce moment, son appétit, qui avait déjà beaucoup diminué ces dernières semaines, lui fit défaut. Puis ce fut la lente perte de mobilité jusqu’à cet après-midi. Oyaté a passé presque chaque minute des trois derniers jours à son chevet; je ne pouvais malheureusement pas faire de même, car on ne manque pas au travail pour un chat, apparemment. Aujourd’hui, à mon retour, l’évidence était là: il fallait se résoudre à agir. Son cœur — dont on savait déjà qu’il était très grand — était plus fort que son corps et n’allait pas le laisser reposer en paix malgré la souffrance évidente causée par la déshydratation.

Photo: Mélissa Lepage

La vétérinaire, visiblement émue, nous a accueillis avec affection, tout en faisant le nécessaire.

Ses grands et beaux yeux brillent maintenant au firmament de l’éternité. Merci pour la tendresse, pour cet amour inconditionnel donné au quotidien au cours de ces six années qui n’ont pas été sans turbulences. À travers tout ça, tu étais là, présence rassurante et ronronnante. Tu avais des qualités qui t’étaient uniques et qui ont fait que nous étions profondément unis.

Une empreinte qui n’est pas près de s’effacer dans ma vie… Notes biographiques ici et .

Publicités