Un maniaque que j’admire

Photo tirée de: http://www.remilafreniere.com/

Il a 26 ans. Il a déjà conquis l’Aconcagua, plus haut sommet des Amériques et roulé sa bosse aux quatre coins du pays et même en Europe. Il est plombier de profession, mais aventurier de nature. Il s’est fixé pour projet, au cours de l’année à venir de parcourir 23 pays des Amériques, de l’Alaska à la Terre de Feu… en vélo. Seul.

Je suis abasourdi et en même temps je l’admire. Et il est de mon patelin. C’est d’ailleurs sur le site du journal régional que j’ai appris la nouvelle de son périple projeté. Il a déjà parcouru, à partir ou en direction de Joliette, des trajets vers Québec, Toronto, Halifax et même Vancouver et Key West.

Et il ne part armé que de son vélo, du nécessaire pour survivre… et de son sourire!

Pour en savoir plus, consultez son site. J’ai déjà mis un signet sur son blogue pour le suivre! Pour savoir où il est en temps réel, on va ici, puis on clique sur le bouton vert «Où est Rémi?» dans le coin supérieur gauche.

Publicités

10 commentaires sur « Un maniaque que j’admire »

  1. La dernière fois que j’ai tenté une aventure de ce genre, j’avais tellement mal au derrière qu’au bout de 60 kilomètres j’ai décidé de ne plus jamais recommencer. Chapeau bas.

  2. Evidemment…. si les Plombiers se balladent à bicyclette autour du monde….On comprend pourquoi on n’en trouve pas , quand on a une fuite !
    Ils fuient ….. 🙂

  3. Ça me rappelle un monologue de Sol (personnage créé par le regretté Marc Favreau, maître du calembour recherché) sur les plombiers que je n’arrive pas à retrouver, mais où il était question des blagues que le plombier et son apprenti s’échangeaient en faisant leur ouvrage, et, pendant qu’ils travaillent, la «tuyaute rit». Il aurait sûrement trouvé quelque chose à dire sur un plombier-cycliste…

  4. Merci de la visite! Et notre cycliste, après avoir traversé une partie des États-Unis et la Saskatchewan, se trouve maintenant au nord de chez moi, en route vers l’Alaska.

  5. Rémi, ça me fait le plus grand des plaisirs. J’aurais bien aimé aller à ta rencontre alors que tu te baladais quelque part au-dessus de chez moi, mais je ne savais pas comment te contacter. J’ai toutefois écouté avec grand intérêt ton entrevue radiophonique et je vais voir celle que tu as donnée à la télévision aussitôt que possible.

Les commentaires sont fermés.