Quand il pleut… on cuisine!

Ouais… Bon. Il n’y avait rien de bien exceptionnel au programme en cette première journée du séjour de ma mère à Red Deer. Après tout, je m’attendais à ce qu’elle (comme nous) ait besoin d’une journée pour refaire ses forces après son baptême de l’air.

Ainsi donc, nous avons passé la partie de la journée où nous étions hors de la maison à visiter la ville et le collège, à faire quelques courses… et à rencontrer nos amies de Babycakes. Cette rencontre a permis à ma mère de se replonger dans son anglais et de se dégêner un peu… Cela a eu son effet au retour à la maison, car Oyaté et elle ont tenu une belle conversation, où j’intervenais le moins possible.

Mais voilà. La seule ombre au tableau, c’est que depuis l’arrivée de ma mère hier soir, il pleut des cordes. On nous annonçait de 30 à 40 millimètres de pluie aujourd’hui. Je ne serais pas surpris qu’il en soit tombé plus. Les chats — Monsieur R en particulier — deviennent insupportables parce que l’on ne peut pas les laisser sortir au jardin. Et comme le disait ma mère, de la pluie, il y en a au Québec aussi. Ce n’est pas ça qu’elle est venue voir (j’avoue que je suis soulagé de voir qu’elle prend le tout avec humour).

Donc contre mauvaise fortune, bon cœur. Il fallait bien manger, de toutes façons! Donc, j’ai fait dégeler des pièces de porc, puis j’ai laissé aller mon imagination. D’abord, quoi de plus intéressant pour relever du porc que… du porc! Du bacon, cette fois.

Ceci fait, j’ai fait revenir dans l’huile des champignons tranchés, de l’oignon haché et de l’ail râpé. J’ai retiré ceux-ci de la poêle pour les remplacer par les pièces de viande, juste ce qu’il fallait pour les bien saisir (retourner une fois seulement).

Une fois la viande cuite, j’ai déglacé ma poêle au vinaigre de vin rouge (une lampée, juste ce qu’il faut pour relever les saveurs déjà caramélisées) puis j’ai versé environ une tasse et demie (357 ml) de vin rouge, puis une autre tasse et demie de bouillon de dinde additionné de Bovril au poulet et de quelques aromates. J’ai fait réduire le tout de moitié avant d’ajouter un peu de farine diluée dans le bouillon froid pour faire épaissir et ensuite verser le tout sur la viande étalée dans un plat allant au four avec les champignons cuits et de l’oignon vert haché.

Le four étant préchauffé à 425° F (210° C), j’ai envoyé la viande terminer sa cuisson dans la sauce une bonne demi-heure. Il y avait aussi dans le four des pommes de terre Duchesse dont je pourrai parler une autre fois…

Pour ceux qui s’inquiéteraient de notre santé, il y avait également une belle salade verte avec vinaigrette maison en accompagnement. Ça compense tout!

Publicités

7 commentaires sur « Quand il pleut… on cuisine! »

  1. Je suis bien heureux pour toi que ta mère se sente bien chez toi!

    Et je vois que tu t’amuse avec une poche à pâtisserie!

  2. C’est la première fois que je trouve votre Blog. EXCELLENT. Je reviendrai.

Les commentaires sont fermés.