Drumheller: ville fantôme?

Il y a deux mois, alors que ma mère était en visite, nous nous sommes payés une petite excursion de deux jours dans la région de Drumheller, là où se trouve l’une des attractions touristiques les plus importantes de la province: le Musée Tyrell de paléontologie. C’était la première fois que je passais la nuit dans la ville. Ma mère et moi avons donc pu profiter des loooooongs crépuscules albertains (à quelques jours du solstice d’été) pour aller visiter la ville un tant soit peu… à la recherche d’autre chose pour souper que ce qu’offraient les chaînes le long de la route principale.

Après tout, vue du «plus grand dinosaure du monde», la ville est verdoyante et accueillante et on nous annonce tout de même une belle sélection de restaurants (pour une petite ville albertaine, s’entend). Le centre-ville n’étant pas très grand, il s’agissait là d’une promenade apéritive.

Nous avons donc quitté notre «luxueux» motel du bord de l’eau à la recherche d’une réfection vespérale quelque peu substantielle. Il y avait tout près un restaurant grec, mais les vitres sales et l’apparence générale de l’extérieur de l’endroit n’étaient pas particulièrement invitantes… Nous avons appris le lendemain par d’autres touristes que c’était délicieux, mais enfin…

En route vers le centre-ville, nous avons pu voir ce joli parc devant le château d’eau municipal…

… où un dinosaure en grillage n’attend que d’être couvert par le lierre qui y grimpe inexorablement.

Pas tellement de loin, ce petit gîte promet d’être plongé au cœur de l’histoire… mais je ne l’avais malheureusement pas vu… car c’est abordable et ça semble sympathique. C’est en face de ce bâtiment du début du siècle dernier que l’on peut voir l’affiche invitant à faire un détour par le centre-ville… avec une illustration rappelant les années quarante, l’époque glorieuse de Drumheller, alors que l’industrie du charbon faisait tourner l’économie de toute la région et de cette ville en particulier.

Nous avons donc fait un détour par le centre-ville en empruntant sa rue principale, soit la 3e Avenue. Il était quelque part entre 18 et 19 heures… et l’endroit était DÉSERT. J’ai l’habitude, je dois dire, des villes albertaines dont le centre se vide le soir au profit des bars et des restaurants de banlieues. J’espérais que, peut-être, Drumheller serait différente grâce aux touristes, mais il semblerait que ceux-ci ne demeurent que le temps d’une journée! Vide, ce centre-ville.

Il n’y avait qu’un endroit ouvert: cet espèce de bazar où il ne nous serait de toute évidence pas possible de trouver une denrée comestible. Sympathique, toutefois… surtout avec le tricératops au premier plan. Des dinosaures colorés, il y en a un peu partout en ville. Nous avons donc poursuivi nos explorations.

Cela nous a menés à l’endroit illustré par l’affiche ci-haut. Oui, il y avait du monde… au bar!

Ce n’est d’ailleurs pas nouveau. Cet hôtel, autrefois situé face à la gare, sert de point de rassemblement et de lubrification des gens des environs depuis au moins 1918.

Cliquez pour agrandir.

Le bar local se disait «Bar & Grill», mais il semblait davantage servir les intérêts des buveurs que des mangeurs. Bon… Il fallait donc poursuivre nos recherches.

Juste à côté de l’hôtel Alexandra se trouve cette station service qui a conservé ses lignes art-moderne des années 1930 et qui n’est pas sans intérêt architectural.

De l’autre côté de la rue, cette station-service semble morte depuis un bout de temps. C’est à vendre… On peut se demander pourquoi ces deux commerces sont déserts, situés comme ils le sont le long de l’artère principale qui traverse Drumheller, mais il semblerait que la clientèle s’est une fois de plus déplacée vers la périphérie.

Drumheller est-elle en voie d’extinction comme les dinosaures qui en ont fait la réputation? Du moins, elle est certainement en restructuration comme bien des communautés albertaines. Nous avons bien vu deux restaurants ouverts au centre-ville, mais tous deux étaient plutôt dégoûtants (et sur le point de fermer pour la soirée). Nous avons donc, encore une fois, dû nous rabattre sur un des restaurants de la périphérie où nous avons, ma foi, bien mangé malgré tout. Il nous a cependant fallu retourner à l’hôtel pour prendre Bernadette afin de nous rendre jusqu’à notre table…

Publicités

6 commentaires sur « Drumheller: ville fantôme? »

  1. En effet… s’il est une espèce qui n’est pas en voie de disparition à Drumheller, ce sont bien les dinosaures…

  2. T’as vu que deux dinosaures viennent d’être découverts à Edmonton? Deux nouveaux types, l’Edmontosaurus et l’Albertosaurus!

  3. Incroyable ce patelin, on se sentirait presque dans une bonne série B… J’adore ^^
    Merci de nous régaler les yeux avec tes articles/photos qui nous font voyager! @ très bientôt!

  4. Ce serait effectivement le lieu idéal pour tourner un genre de western de série B (ou Z). Tout y est: les rues larges, les maisons et commerces en décrépitude, les pickups… et on pourrait même recruter des figurants dans la population des environs.

Les commentaires sont fermés.