Dure… la vie d’chat!

Photos de nos chats cet après-midi… Un coin de lit défait (parce qu’on change les draps de temps à autre…) et c’est tout ce qu’il faut pour qu’apparaissent, par génération spontanée, des boules de poils. Ici, les deux jeunes (Messieurs N et E) se pelotonnent l’un contre l’autre… jusqu’à ce que l’objectif de l’appareil-photo vienne les déranger dans leur quiétude.

Dans l’ordre des rétrospectives, comme c’est le temps de l’année pour le faire, on pourra dire que 2010 aura été particulièrement mouvementée pour les félins de la maison. Il y a un an, aucun de ces deux charmants matous n’était parmi nous (oups! Pardonnez le jeu de mots). En fait, Monsieur E n’était pas encore né; il célébrera son premier anniversaire dans trois mois. Il n’était donc qu’une étincelle dans l’œil d’une matoune locale. Monsieur N nous est arrivé le 29 janvier 2010. Monsieur E, pour sa part, s’est joint à nous le 27 août. Ces joies ont été tempérées par le départ, le 7 avril dernier, de mon fidèle compagnon Monsieur C. Relire ce billet me fait remonter les larmes aux yeux… Néanmoins, la vie de nos trois fils à quatre pattes nous apporte toujours un lot considérable de joie.

Comme mon amie X est partie chez ses parents dans la capitale nationale pour le temps des Fêtes, comme chaque année, nous hébergeons le sympathique (et hénaurme!) Khan. Guidoune comme pas un, il s’est précipité devant l’appareil-photo sitôt qu’il a entendu le déclencheur.

Les deux jeunes s’adorent. Ils se pelotonnent souvent l’un contre l’autre… parfois Monsieur R se joint à eux, mais c’est plutôt rare. Pendant la visite de la famille d’Oyaté, sa nièce avait apporté (avec notre permission) son petit chaton de trois mois (non, je n’ai pas de photo). Ce petit mâle pas encore châtré a bien, pendant trois jours, tenté de prendre la maîtrise de la maisonnée. Il s’est rapidement fait remettre à sa place par Messieurs Khan, R et N, mais Monsieur E a eu maille à partir avec lui jusqu’à ce que nous lui taillions aussi le bout des griffes… question de leur permettre de se battre à armes égales. Au départ de la belle-famille, l’harmonie était rétablie parmi les cinq félins.

Et voici le maître de céans. Installé tout tranquille sur le divan dans le salon réorganisé, il dormait jusqu’à ce que je vienne l’agacer du bout de mon objectif. Il a tout récemment fêté son septième anniversaire. Il nous cause quelques soucis digestifs, le pauvre, mais ce n’est pas nouveau… Il a développé, avec le temps, beaucoup de capacité d’affection, même s’il est de ces chats qui décident quand c’est le moment d’être affectueux.

Publicités

5 commentaires sur « Dure… la vie d’chat! »

Les commentaires sont fermés.