Un petit retour en arrière et à la chaleur

Le manque total d’inspiration (combiné au fait que j’ai énormément de travail à faire présentement pour mettre les sites intranet de mes cours à jour) m’amène à vouloir surseoir à vous publier d’autres articles sur nos adorables chats ou encore sur la météo pas très coopérative des temps derniers. En fait, la publication de la Photo du mois samedi m’a rappelé que je vous avais laissés en plan cet été dans le récit de nos aventures. En effet, au moment où je publiais ces articles rétrospectifs sur mon séjour à Charlottetown, pour une conférence, puis avec Oyaté après qu’il m’a rejoint à Halifax, j’ai cessé l’histoire quelque part sur l’Île du Cap-Breton, au retour de Louisbourg. L’année scolaire commençait et j’ai complètement manqué de temps, puis la pertinence de raconter, pendant l’automne, des aventures estivales, m’a par la suite semblé douteuse. Bon. Sur ce dernier point, c’est probablement encore pire d’en parler en janvier, au milieu de la froidure (alors que le thermomètre indique bien une cinquantaine de degrés de moins qu’au moment où nous nous trottions à Ottawa, puis à Montréal, mais enfin). Quoique, ça me donnera peut-être un répit dans cette froidure, justement. Poursuivons donc là où nous avions arrêté le récit.

Ceci constitue une publicité gratuite pour un transporteur aérien bien sympathique. Cliquez sur l'image si vous avez envie de vous envoler...

Le 30 juin de très grand matin, alors qu’un lourd brouillard pesait encore et toujours sur la capitale néo-écossaise, nous nous sommes tirés du lit pour nous rendre, tel que prévu, à l’aéroport. Celui-ci se situe à une trentaine de kilomètres de la ville. Il fallait rendre notre voiture de location puis procéder aux formalités habituelles qui précèdent l’embarquement. À cette heure matutinale, se trouver une réfection décente dans la zone sécurisée de l’aéroport ne fut pas évidente. En fait, nous avons mangé un très mauvais déjeuner. Mais qu’importe… Nous nous sommes donc envolés, si ma mémoire est bonne, vers les sept heures pour arriver à Montréal vers les sept heures cinq ou quelque chose du genre. Oui, il y a une heure de décalage.

Montréal est surprenante de verdure vue du haut des airs. Cliquez pour agrandir.

Oui. C’est de ce voyage que date la Photo du mois d’avant-hier, prise quelques minutes avant celle-ci. Nous avons atterri, puis pris possession d’une autre voiture de location, ce qui nous a valu une intéressante conversation sur les programmes de fidélité et leur conséquence: on tenait à nous offrir un bateau. Moi, j’avais demandé une voiture économique. Il a fallu que j’insiste. C’est presque par hasard que j’ai hérité d’une Mazda3 qui venait d’arriver et qui portait des plaques ontariennes. Ça tombait bien: notre destination finale de la journée n’était pas Montréal, mais Ottawa. Nous avons fait quelques courses, dîné chez Saint-Hubert (Oyaté est tombé en amour) et cueilli l’ami Boris dont nous allions célébrer l’anniversaire chez Sudriveraine ce soir-là, puis nous sommes partis vers la capitale fédérale.

Tiens… ça me fait penser à cette image qui a fait le tour de la Toile récemment et que l’un des blogueurs de la photo du mois m’a fait connaître, justement: Montréal vue de la Station spatiale internationale. Je peux localiser avec précision là où se trouve la maison de mes parents, là où j’ai grandi… C’est sous la pointe du deuxième «i» de «Juste ici» sur l’image:

Cliquez pour voir en grand.

On peut accéder à l’original sur le site de l’Agence nationale de l’aérospatiale et de l’espace des États-Unis.

Publicités

4 commentaires sur « Un petit retour en arrière et à la chaleur »

  1. Maiiiis ! Voilà une idée qu’elle est bonne !….
    Un petit retour vers le beau temps . Ca va nous réveiller et nous réchauffer . Encore qu’en Gaule la « Frette » soit partie …. mais pas la grisaille …..
    L’Afrique me manque de plus en plus , bien que les Pays  » fréquentables » deviennent de plus en plus râres .
    Quand je pense que j’envisageais de louer une  » Case  » à Abidjan pour l’hiver…..

Les commentaires sont fermés.