KC la voix…

Il y a quelque temps que je traîne comme un enrouement… Bon, on peut le faire passer sur le compte de la sécheresse qu’augmente l’utilisation de nos systèmes de chauffage et sur mes allergies (oui, je suis allergique aux chats, mais aussi aux vieux papiers; mais au moins, ici, il n’y a pas d’herbe à poux pour m’empester la vie d’août à octobre).

Hier matin, je me suis levé avec comme un goût bizarre dans la bouche. Dans la salle de bains… je me suis rendu compte que c’était celui du sang. Ça venait d’un écoulement nasal qui s’était retrouvé, par gravité, dans ma gorge. Bon. Il faudrait que j’aille consulter, parce que ça, ce n’était pas vraiment normal.

Seul problème: le mercredi est ma «grosse» journée d’enseignement. J’ai quatre heures et demie d’enseignement, des préparations, et autres bidules, si bien que je suis pris de 10 h à 17 h 30 sans vraiment pouvoir me libérer. Heureusement, mon médecin de famille était de garde à la clinique sans rendez-vous, ouverte jusqu’à 19 h. Lorsque je suis sorti du collège, à 18 h, je pensais bien que je n’arriverais pas à la voir, craignant une salle d’attente bien remplie.

Tel ne fut pas le cas: il y avait trois patients avant moi… et deux médecins. Je fus donc vu dans le quart d’heure pour me faire annoncer qu’il s’agissait probablement là d’une belle laryngite d’origine virale. Blech! On a quand même prélevé une culture par acquit de conscience, question de vérifier à postériori s’il n’y a pas d’infection bactérienne dans ma gorge plutôt irritée. On devinera qu’après quatre heures et demie de parlotte publique, en plus de quelques consultations d’étudiants, j’avais la gorge en feu. On a beau projeter sa voix correctement (tout de même, j’ai un peu de formation!) mais l’air frotte bien dans la gorge à un moment donné.

Donc, pas de solution miracle: il faut attendre que le virus fasse son temps. Bon. Je me confectionne donc ce remède maison qui, s’il ne prétend pas guérir les infections, a tout de même un effet bien apaisant sur la gorge irritée. Il s’agit d’une tisane au citron-miel-gingembre dont j’ai appris la recette il y a plusieurs années d’un étudiant étatsunien qui était venu passer quelques jours chez nous à Ottawa pour une conférence.

Les proportions sont vraiment question de goût, mais voici la recette utilisée ci-haut, pour une tasse de 12 onces (375 ml):

  • De l’eau bouillante
  • 2 c à table (30 ml) de miel
  • 1 c à table (15 ml) de gingembre frais moulu fin (je conserve toujours des rhizomes au congélateur, en partie pour cette recette!)
  • 1-2 c à thé (5-10 ml) de jus de citron (le jus d’un demi-citron environ), préférablement frais, mais à défaut du jus de citron en bouteille fait l’affaire.

Pendant que l’eau bout, on dépose les ingrédients au fond d’une tasse, on verse l’eau bouillante sur le tout et on délaye. Laisser rafraîchir un peu avant de déguster afin de ne pas ajouter un ébouillantage du palais à une irritation de la gorge!

Ça vaut bien des Néo-Citran et autres machins du genre… Posologie recommandée: Prendre à volonté.

Publicités

11 commentaires sur « KC la voix… »

  1. Le miel est excellent( et naturel ) pour ces situations . Soigne toi bien ! Vire moi ce virus ( peut étre Russe ? ) . 🙂

  2. Pauvre Doreus… es-tu du coup en arret du college ??

    Je plussoie à Patton : le miel est excellent. Et de manière générale, les anti-oxydants du thé vert font des merveilles dans des situations comme les tiennes…
    Si d’autres remèdes me reviennent, je reviendrai les poster ici.

    Un gros bisou et bon courage, heureusement as-tu ton homme pour s’occuper de toi !

  3. Marine, non, je ne suis pas en arrêt de travail. Je n’ai pas encore perdu la voix… juste la gorge en feu. J’ai d’ailleurs un million de réunions aujourd’hui.

    Olivier… si seulement j’en avais (et que j’étais en congé)!

  4. Ahhh ben zut alors! Tu veux que je vienne te faire une petite soupe? 3 légumes et 4 tonnes de bouillon bien chaud et excellent pour soigner ce genre d’ennui! Tu peux en emporter avec toi dans un thermos comme ça tu bois bien toute la journée. Si tu arrives à venir ici demain, je t’en fais une 🙂

    Petite question: linzer torte ou gâteau à l’ananas?

  5. J’espère que cette concoction vous fera du bien. Seulement un jour jusqu’a la fin de semaine. Reposez vous. Je suis certain que vos chats serait content de rester proche.

  6. Si ajoutais à ta décoction une lampé de gros gin (London Gin de préférence) tu aurais ce que mon père appelle un « Ponce »… Mais je pense qu’un bon rhum antillais ferait l’affaire…

    Ah, les Antilles, comme on aimerait y être, là, maintenant, tusuite… parce que, s’il ne fait pas aussi froid à Mourial qu’au pays des cervidés rubicond (un maigre -13 °C ) il n’en demeure pas moins que toute température en deçà du point de congélation est trop froide pour moi… Mes ancêtres devaient être africains, car le froid m’insupporte au plus au point…

  7. Dr. CaSo, je croyais t’avoir répondu plus tôt, mais il faut croire que le commentaire n’est pas passé. Linzer torte. Définitivement. Pour ce qui est de la visite, nous serons bel et bien là vendredi soir, sans faute.

    Zal, du repos, j’en aurais bien besoin… C’est le temps qui manque quelque peu.

    Boris, si j’avais un alcool quelconque sous la main… Ou si j’étais dans les Antilles. J’ai soudainement la nostalgie d’Haïti, tiens!

  8. A tout ce que tu as déjà mis, j’ajoute de la cannelle et de la cardamome, très efficaces pour renforcer les défenses immunitaires.
    Et pour adoucir la gorge, une infusion de feuilles de ronces, à chaque fois que ça commence à gratter.
    Je parierais bien que tu n’en as pas dans ton jardin…

  9. J’avais pensé à la cannelle, mais pas à la cardamome. Quant aux ronces… et à mon jardin… eh bien, il n’y en a effectivement pas et en plus mon jardin dort sous un bon demi-mètre de neige…

Les commentaires sont fermés.