Qui l’eût cru?

Notre garage est à droite, celui avec la porte ouverte face à la voiture blanche. L'autre bâtiment, à l'extrême droite, est notre cabanon dont la porte donne sur le jardin. Le gros (enfin, pour ici) tas de neige entre les deux, c'est le stationnement durant l'été...

Ce matin, une surprise de taille m’attendait au moment où je me précipitais hors de la maison pour tenter d’essayer d’arriver au collège vaguement à l’heure pour mon premier cours. Non seulement avait-on décidé de déneiger la ruelle (une première!), ce qui en soi était une bonne nouvelle, mais cette opération avait laissé, devant le garage, une congère potentiellement dangereuse pour le dessous de Bernadette. J’ai d’ailleurs déjà dû faire remplacer le bouclier sous le moteur pour une rencontre du même genre au collège plus tôt cet hiver.

Pelletage rapido-presto avant de partir, donc. avant que ça gèle en une masse qui requerrait un marteau-piqueur… Mais depuis quand ont-ils décidé de déneiger nos ruelles qui, il faut bien l’admettre, avaient atteint le seuil de l’impassabilité depuis quelques jours?

Oui, cette photo a bien été prise ici, chez moi, à Red Deer, en ce 23 mars 2011. Oui, c’est bien le printemps… et nous avons reçu plus de 20 centimètres de neige depuis l’arrivée du printemps. Et cela ne fond pas. Et j’emmerde l’hiver.

Le jardin. Y'en a marre!
Publicités