Preneurs?

Cliquez sur l'image pour accéder au site de l'agent immobilier, avec photos de l'intérieur de la maison.

Je me promenais en ville jeudi, de retour d’un rendez-vous quand j’ai aperçu cette maison unifamiliale au coin de la 48e Avenue et de la 52e Rue, face à l’école centrale de Red Deer. La chose ayant piqué ma curiosité… j’ai pris la maison en photo pour ensuite consulter le site de l’agent immobilier (cliquez sur la photo). Euh… trois cent mille balles pour ça? Une maison incendiée? Le lieu est peut-être quelque peu stratégique pour un développement commercial… mais il faudra en investir tout autant pour rendre l’endroit habitable. Bon. Je suppose qu’il y en a qui peuvent se le permettre. D’ailleurs la petite maison construite en 1945 ne manque pas de charme et avec un peu d’amour (et beaucoup d’argent), peut-être pourrait-elle contribuer à la revitalisation bien nécessaire de ce coin du centre-ville.

Publicités

8 commentaires sur « Preneurs? »

  1. Sur un coin de rue, donc pas vraiment de cour arrière, pas très bon pour les chats ça. Et dans le choix d’une maison, le bien-être des chats doit primer sur tout!

  2. Entièrement d’accord avec Boris, pas une maison pour les chats, et c’est les chats qui ont toujours la priorité dans le choix d’une maison 😀

  3. Ouais… pas fameux pour les chats. Pas fameux non plus côté environnement. Mais en ce jour de Pâques, ça a vraiment besoin de résurrection, cette pauvre maison.

  4. Curiosité : quand tu dis « 300 000 balles » , tu parles bein en $ CAD n’est-ce pas ?

    En tous cas, moi j’ai craqué sur cette maison !

    Avec une jolie cloture neuve au bord du trottoir ca crée meme un petit terrain qui entourerait la maison, et je trouve qu’elle a des volumes charmants….

  5. Oui, on parle de trois cents mille douleurs canadiens… Bon, c’est le genre de chose qui se négocie, mais quand même. J’avoue que la maison est effectivement charmante, mais il faut avoir les moyens!

  6. Mazette… je pensais qu’au vu des grands espaces canadiens, l’immobilier y était plus accessible que dans mon petit pays surpeuplé, mais apparemment pas du tout !

  7. Ben… Chez nous, au vieux pays, pour ce prix là, on n’a même pas une ruine au milieu de nulle part au fin fond de la Creuse profonde. Les premiers prix sont à 985 € le m². Si j’ai bien calculé, pour cette charmante petite maison, ça ne fait que 800€ et c’est quand même en ville.
    La même chose dans notre belle Normandie nous demanderait un effort supplémentaire puisqu’il faudrait multiplier le prix par 2,5.
    Bien arrangée, elle peut avoir une belle seconde vie.

  8. Dieudeschats, c’est l’Alberta, quand même… Les prix sont à l’avenant du marché du pétrole.

    Krn, je vois que le marché de l’immobilier en France n’est pas joyeux… Je suis bien d’accord que cette maison pourrait, avec beaucoup d’amour et de dollars, reprendre vie. Elle a probablement, comme la plupart des maisons construites à l’époque, une fort bonne structure et elle ne manque pas de charme.

Les commentaires sont fermés.