Cyclisme rangé

Le ciel était un peu voilé hier soir lorsque j’ai pris cette photo… mais voici mon Harley Pedalson devant son humble rangement au collège.

Je me rends au travail à pédales depuis trois semaines. C’est bon pour la forme et pour le moral… même si Red Deer est loin d’être une ville où les cyclistes se sentent les bienvenus. Oui, il y un beau réseau de pistes récréatives, mais elles sont bien peu pratiques pour me rendre de chez moi au collège. Le chemin le plus direct pour me rendre à destination, en voiture, est de passer par le centre-ville. Je l’ai fait à quelques reprises à vélo, mais je dirais aussi que c’était à mes risques et périls. Les conducteurs de cette ville, surtout s’ils se trouvent au volant d’un quelconque mastodonte dont nos rues sont si bien pourvues, considèrent les cyclistes comme des cibles.

Je me rends donc au collège en serpentant à travers les quartiers résidentiels et en empruntant une piste cyclable sur environ 500 mètres. Je longe ensuite la 32e Rue jusqu’au campus… et je dois rouler (contre mes principes!) sur le trottoir, qui est large à cet endroit pour cette raison.

Me rendre au collège en voiture prend entre 7 et 15 minutes selon la coordination des feux de circulation. Hier, Oyaté m’a chronométré et je suis arrivé à la maison en un peu plus de 16 minutes. Pas mal… et je ne me dépêchais pas.

Comme on peut voir sur la photo ci-haut, le collège offre huit rangements sécuritaires pour vélos. J’en ai loué un (à 25$ pour quatre mois, je serais fou de m’en passer) où je range mon bolide pour la journée.

Je la retrouverai dans quelque temps… dans la boîte numéro cinq. Et oui, le véhicule de la sécurité est stationné illégalement dans une allée réservé à l’accès aux camions d’incendie.

Autres nouvelles cyclistes: Rémi Lafrenière, dont j’ai déjà parlé durant l’année qui vient de s’écouler, arrive très bientôt chez lui après avoir rejoint les quatre extrémités géographiques des Amériques atteignables par la route (et même le point le plus profond, dans une virée étatsunienne qui a conclu son voyage). Bravo et bon retour (dans trois jours)! Il est dans la région de Québec au moment où j’écris ces lignes. Bonnes retrouvailles avec Geneviève!

Publicités

13 commentaires sur « Cyclisme rangé »

  1. J’ai jamais vu un tel système pour les vélos! Le vandalisme est si terrible que ça par chez vous? Ca fait peur! Y’a aussi des boîtes comme ça pour ranger sa voiture?

  2. Boris, en effet, ça donne à réfléchir…

    Dr. CaSo, non, ce n’est pas que le vandalisme soit un problème plus grave qu’ailleurs, mais ça permet de ranger un vélo à l’abri des intempéries et de ne pas avoir à s’en soucier lorsqu’on arrive au collège vers 8 h et qu’on n’en ressort souvent que vers 22 h… En fait, le vandalisme est bien moins pire ici que ce que j’ai pu voir à Montréal ou Ottawa, par exemple.

  3. Quoique, des agent de sécurité, c’est des individu qui n’ont même pas été accepté à l’école de police, alors, réfléchir c’est peut-être un peu trop demander…

  4. Je ne sais pas comment ça se passe au Canada, mais en France, je pense qu’en ce qui concerne la sécurité, la police fait partie du problème plus que de la solution. Dépassements dangereux, mépris de la signalisation, excès de vitesse, stationnement abusif montrent que ces gens savent qu’ils sont au dessus des lois et ils en profitent largement au lieu de donner l’exemple.
    Personnellement, je serait pour une loi disant qu’un délit doit être puni plus sévèrement lorsqu’il est commis par quelqu’un ayant l’autorité.

  5. @Krn : c’est déjà le cas . Un délit imputé à un détenteur d’autorité publique est une Circonstance Aggravante en Droit Pénal .
    ça s’est illustré sur Amiens pour des Policiers partageant les opinions de Lars Von Trier.

  6. 16 min de chez soi au lieu de travail en vélo, c’est pas pire! Bon effectivement s’il faut chanter « plus près de toi Seigneur » pendant tout le trajet pour conjurer le sort, c’est un peu ennuyeux…

  7. Boris, KRN et Patton, à leur décharge, les responsables de la sécurité au collège sont généralement aimables. Tout de même… il ne faudrait pas faire plus de cas d’une voiture stationnée illégalement que… bon.

    Beah, oui, j’aimerais un peu moins de prière à vélo… mais on s’y fait. Ce pourrait être pire: ici, au moins, la météo coopère la plupart du temps et quand même, en faisant quelques détours, c’est relativement sécuritaire. Je rêve toutefois d’une ville véritablement sympathique aux cyclistes. On peut rêver!

  8. Je ne savais même pas que ça existait! Une bonne idée finalement, moi qui ait toujours peur de ne pas retrouver mon vélo quand je fais des achats ou autres…

  9. Dorydée, en tout cas, j’apprécie beaucoup.

    Patton, c’est-y-pas ce qu’on appelle communément un… garage?

  10. J’aime beaucoup le fait que ce soit un « hybride ». Du coup, en passant devant une Prius arrêtée à un feu rouge, tu peux faire « moi aussi je roule en hybride » 😀

  11. elPadawan… comme je ne peux pas leur faire le coup de «la pédale à pédales»… je pourrais toujours essayer ça. Ce qui m’amuse est que lorsque j’ai acheté mon vélo (en 1994), les «hybrides» étaient la rage de l’époque. C’étaient des vélos suffisamment résistants pour se promener hors route pavée mais assez légers pour être utilisés en ville. Aujourd’hui, il fait figure d’antiquité, mais comme il fonctionne très bien et que je m’y suis quelque peu attaché, je n’ai pas vraiment envie de le remplacer.

Les commentaires sont fermés.