Tortellini au poulet passé par le barbecue

  • Qu’est-ce qu’on mange?
  • Ben… euh… j’sais pas trop. On va voir.
  • Bon… je te laisse trouver quelque chose, alors.

Petit discours bien commun entre Oyaté et moi-même… presque tous les jours. Ce soir, en rentrant de la capitale, il nous fallait arrêter à l’épicerie car, la catastrophe s’annonçait pour bientôt: une pénurie de lait écrémé se laissait voir à l’horizon. Comme cela menace la fabrication des deux ou trois lattés quotidiens de mon homme, il fallait vraiment y voir. Donc, petit arrêt chez Superstore en passant. Et c’est dans le stationnement qu’un Oyaté endormi m’a demandé cela. J’ai donc décidé de passer au rayon des viandes, où j’ai aperçu de belles petites cuisses de poulet désossées qui m’ont donné l’idée de base à l’origine de ce plat, au détour d’un passage par le rayon des pâtes dites «fraîches». Non, les tortellinis aux trois fromages ne sont pas faits maison; je ne me suis pas encore essayé à la fabrication de pâtes maison. Ça viendra.

Avant de faire cuire le poulet, inspiré par une recette indienne de mon ami le Chimiste, je l’ai enduit d’une mixture faite de yaourt (j’ai toujours du yaourt nature, qui me sert à la fois de dessert et d’ingrédient de plats) auquel j’ai ajouté du bouillon concentré de poulet (Bovril) et saupoudré assez généreusement d’épices «cajun» dont on m’a fait cadeaux Fêtes l’an dernier. Le barbecue ayant eu le temps de chauffer, j’ai envoyé le tout se faire griller jusqu’à cuisson complète à feu assez doux (c’est à dire au maximum que peut fournir mon pauvre petit gril qui est décidément bien fatigué).

Pendant que la viande cuisait, sur la grille du «haut» du barbecue, j’ai fait rôtir des tomates badigeonnées d’huile d’olive puis saupoudrées de basilic (que j’aurais aimé frais, mais mon plant de basilic est décédé d’une mort atroce) et un poivron.

Les tomates ont formé la base de cette délicieuse sauce. Une fois rôties, elles ont été coupées en dés, chauffées à feu moyen jusqu’à ce qu’elles perdent leur jus et pilées grossièrement. J’ai ensuite ajouté deux bonnes cuillèrées de crème sûre, de la pâte de tomates, de l’origan frais finement haché, trois gousses d’ail hachées finement, le poivron rôti en brunoise (petits dés) et un chouïa de crème à fouetter. J’ai également assaisonné de sel, poivre et thym.

Les tortellinis étant cuits, je les ai enduits d’un peu d’huile d’olive (simplement pour qu’ils ne collent pas les uns aux autres; j’avais l’intention d’utiliser du pesto, mais ce qu’il me restait de mon petit pot du commerce avait commencé à se transformer en expérience biologique, donc j’ai laissé tomber…

Pour assembler: déposer des tortellinis dans des assiettes creuses puis recouvrir d’une bonne poignée de morceaux du poulet cuit sur le barbecue puis grossièrement coupé en lamelles. Recouvrir de sauce, de parmesan frais ou, dans mon cas de morceaux de Bleu d’Auvergne acheté à presque vil prix dans la capitale en l’agréable compagnie du Dr. CaSo ce matin, et puis s’extasier (si on veut, quoi!).

Publicités

6 commentaires sur « Tortellini au poulet passé par le barbecue »

  1. Oui oui, on veut s’extasier, on le veut !! miam…

    J’aime comme vous partez de « rien », d’un manque d’idée, voire parfois de « matières premières » comme lorsque tu racontes faire tes fonds de placard et de frigo, pour aboutir à quelque chose qui a l’air délicieux et me donnerait presque envie de lécher mon écran d’ordinateur ah ah ah 🙂

  2. Je souscris à l’école de cuisine: «mangez ce que vous avez sous la main…» Ça ne veut pas dire qu’un repas savamment planifié et pour lequel il faut acheter des ingrédients spécialisés me déplaît non plus…

  3. J’ai appris à faire une sauce assez décadente merci avec une boite de tomates en dés, un oignon, du céleri et de l’ail émincés, auxquels on ajoute un bonne lampée de fromage à la crème venant de la cité de l’amour fraternel, le tout augmenté d’herbes savoureuses… Mais je n’avais jamais pensé à y ajouter du poulet rôti…

  4. Remarque ( impertinente , bien que pertinente ) ….. Pense à régler ta Balance des Blancs pour la lumiére artificielle de ta cuisine . Tes plats paraitront encore plus … Miammm… sans cette dominante orangée .
    NB: La Balance des Blancs n’a aucun caractére racial , bien entendu !!! 😉
    Dans ce monde du  » Politiquement correct  » et du  » Prêt à penser  » …. on n’est jamais trop prudent …. niac … niac….

Les commentaires sont fermés.