Perdu l’envie…

Vous aurez, chères lectrices et chers lecteurs, bien remarqué que ce blogue se morfond dans un silence confondant depuis quelques mois. En fait, depuis la fin de 2009, il n’y a pas eu beaucoup de matériel original et intéressant publié ici. Ça se voit d’ailleurs dans les statistiques: la plupart des gens qui aboutissent ici consultent des articles publiés en 2008, soit la première année de publication. Il y a quelques raisons à ce manque de vitalité, que je tente depuis quelque temps de m’expliquer… comme je voudrais bien savoir quoi faire avec cette plate-forme sur l’ouèbe…

J’ai ouvert ce blogue au début 2008 afin, principalement, de tenir amis, famille et connaissances au courant de ce qui se passait dans ma vie après avoir quitté Ottawa en août de l’année précédente. J’avais le goût de partager certaines péripéties liées au déménagement, de parler des différences entre ce qui faisait mon quotidien en Alberta et ce qui le composait auparavant et, plus généralement, garder le contact.

Étrangement — et j’en ai déjà touché mot pendant cette première année de publication — le bassin de lecteurs récolté par ce blogue fut, dès le début, fort différent du lectorat visé. Ce fut un enrichissement, car j’ai rencontré via ce blogue des personnes fascinantes et enrichissantes, dont le contact (soit par le biais de rencontres physiques — oui, oui, des blogueurs, ce sont des vraies personnes! –) ou par le biais de commentaires et courriels. Je continue à maintenir des liens avec plusieurs personnes rencontrées au fil de quatre ans de présence sur la blogosphère.

Mais bon… Après avoir parlé de cuisine (ce n’était pas prévu au départ, mais ce sont les recettes qui attirent le plus de lecteurs et lectrices ici), de petites et grandes excursions, de jardinage, rénovations et d’autres éléments du quotidien qui au départ étaient fort différents… voilà que je suis plutôt installé dans une vie qui recèle dorénavant beaucoup moins de nouveautés que je considère digne d’être partagées ici. Bien entendu, je pourrais faire comme bien des gens et parler de politique, mais je considère que j’ai un certain devoir de réserve à cet égard vu le type d’emploi qui est le mien. D’ailleurs, les débats politiques, surtout dans le climat d’intolérance grandissante qui existe présentement, virent trop souvent aux jeux d’insultes et ça ne m’intéresse pas. Idem pour parler de mon travail: je crois que là-dessus j’ai un devoir de réserve encore plus grand, étant donné les responsabilités qui sont les miennes. En gros, ce n’est pas le genre de choses que je tiens à partager aux quatre vents étant donné que ça pourrait bien me retomber sur le nez, même si le fait que ce blogue soit écrit en français crée d’emblée une certaine barrière face à mes employeurs.

Enfin, celles et ceux qui me lisent régulièrement connaissent ma passion pour la francophonie et particulièrement pour l’Association canadienne-française de l’Alberta. Cependant, ayant été élu l’automne dernier pour un mandat de quatre ans au Conseil provincial de l’ACFA, je ne peux pas vraiment me prononcer à tout-venant sur des questions liées à la francophonie et encore moins débattre des orientations et délibérations qui forment l’essentiel des rencontres du conseil de l’ACFA. Encore une fois, et avec tout le respect que je dois à mon lectorat, ce ne sont pas vos oignons. Je peux par contre vous parler des activités qui animent la francophonie, sauf que j’avoue que durant les deux dernières années, comme bien des gens en couple exogame, je trouve souvent difficile de participer à ces activités où les non-francophones se trouvent souvent, disons, sinon exclus, du moins pas particulièrement bien accueillis. Notre francophonie en milieu minoritaire est trop souvent bien peureuse et fonctionne quelque peu en vase clos. C’est d’ailleurs une des choses que j’espère contribuer à changer pendant mon mandat. Voilà, j’ai réussi à parler de politique et de francophonie en une petite phrase… mais peut-on, en ce pays, vraiment séparer les deux?

J’ai pensé parler de mes projets de recherche, qui connaissent présentement un virage important étant donné les obstacles rencontrés l’été dernier et qui s’avèrent plutôt déterminants dans l’orientation de mes projets actuels. Je n’ai pas encore eu le temps de concrétiser mes nouveaux projets, mais l’idée qui m’habite me passionne. Toutefois, cela changerait profondément le caractère de ce blogue et je pense qu’il y aurait lieu d’ouvrir une nouvelle plateforme, probablement dans la langue de Shakespeare, à cette fin, étant donné que je voudrais ouvrir un dialogue principalement entre historiens (que les photos de nos chats n’intéresseraient probablement pas).

Mais bon… vous saisissez l’essentielde ce qui m’habite. Je me demande bien ce que je pourrais écrire sur ce blogue (ce qui s’ajoute au fait que j’ai un emploi du temps tellement chargé que je manque de temps pour écrire). S’ajoute à ces questions le fait que la blogosphère me déçoit parfois. Si je repasse ce blogue en revue (et il faut vraiment que je me décide à le nettoyer, particulièrement à en enlever les articles portant sur l’actualité qui ont perdu de leur pertinence avec le temps), il s’y trouve parfois des articles assez fouillés sur lesquels j’espérais une certaine réaction du lectorat dans les commentaires. Ce sont trop souvent ces articles qui n’ont justement pas de commentaires. Je publie une photo de chats et là, les commentaires fourmillent. Bon, j’ai quand même eu de belles surprises. Parfois, un article anodin a donné lieu, par l’évolution des commentaires, à des discussions passionnantes. Comme bien des gens, je sens aussi la compétition entre les blogues et d’autres formes d’expression sur la Toile.

Alors, je vous pose la question, lectrices et lecteurs: que faire de ce blogue? Qu’est-ce qui vous y attire? Qu’est-ce que vous préférez lire? Avez-vous des questions que vous aimeriez me poser ou des sujets sur lesquels vous voudriez me voir écrire? Préféreriez-vous que je me la boucle définitivement parce que je n’ai plus rien d’intéressant à dire? La parole est à vous! (et si vous ne répondez pas, je ferme tout bonnement la chose).

Publicités

18 commentaires sur « Perdu l’envie… »

  1. J’avais fait une réponse de 40 lignes ….. qui est partie dans le Trou Noir du WEB …!!!
    Pour une fois que je développe des arguments ……
    Pas le courage – pour l’instant – de la reproduire !!!
    Résumé =
    Je voyais bien depuis fin 2011 une certaine démotivation .
    Les Gens Heureux n’ont pas d’histoires ….
    Ton Blog me fait découvrir un Francophone en Alberta , cultivé , modéré et …exotique comme indigéne vivant dans la  » Frette  » …
    Continue ! même à rythme réduit , mais …. CONTINUE !

  2. La justification :  » Beaucoup de Boulot  » …. est recevable …..mais pas convaincante .
    Y a  » aut ‘ chose  » !!!!

  3. Si tes articles de fond sont peu commentés , celà ne marque pas un désintérêt , mais une certaine timidité des lecteurs à s’ exprimer .
    J’ai cessé de polémiquer sur un Blog familial …. que tu connais …. parce que ça n’apporte rien au débat même si c’est folklorique à lire ….!
    En ce qui te concerne , la polémique est hors sujet , vu ta modération et ton expertise d’Historien .
    Ceci ne veut pas dire que tu ne nous fais pas réfléchir !
    Le calme et le Bon sens , ça fait du bien !
    CONTINUE ! DOREUS , CONTINUE !

  4. Quant à la justification d’un Blog ? …. La Communication ….. L’Etre Humain est fondamentalement communiquant .

  5. Je fais partie de ceux qui commentent allègrement sur le léger, cuisine, chats et compagnie, et pourtant je t’assure que la lecture des articles de fond de ton blog est toujours extremement agréable car rafraichissante et enrichissante.
    Tu es extremement cultivé, et cela se ressent à la lecture. C’est un vrai plaisir, à mon gout trop rare sur la toile.

    Alors mon humble avis : à ton rythme, qu’il soit soutenu ou réduit, continue de nous livrer tes pensées diverses.
    Et quant à te dire ce sur quoi j’apprécierais de te voir écrire, personnellement, et sans pour autant rentrer dans le politique, je crois que te lire sur des « coups de gueule » écrits avec humour ou gravité me plairait beaucoup.

    Voila pour ma contribution, bonne réflexion à toi 🙂

  6. Patton, merci pour les commentaires. En fait, je me suis mal exprimé lorsque je disais dans mon message que je suis quelque peu déçu du manque général de commentaires sur les articles de fond. Je ne peux certainement pas commander une ligne de conduite à mon lectorat; ça illustre plutôt une différence de compréhension de l’importance relative des propos. Je suppose aussi qu’il est plus aisé de répondre spontanément à des propos plus légers que de produire une réflexion poussée lorsqu’on arrive sur un site et qu’on ne s’attend pas nécessairement à entrer dans une discussion profonde.
    Marine, merci aussi… et il y aura sûrement des coups de gueule ici et là… Des coups de coeur itou!

  7. Ah ben nan alors, si t’arrêtes moi aussi j’arrête! C’est vrai que parfois il y a des passages à vide, j’en sais quelque chose. Mais finalement je n’arrive pas à arrêter, le contacte avec des gens du monde entier me manquerait trop. Ton blog est un peu de tout et de n’importe quoi, ce qui le rend intéressant, je trouve, en tous les cas plus qu’un blog qui ne parlerait que de tricot 😉 Les chats, la cuisine, les coups de gueule, la politique, le boulot, les pensées profondes… écris-les ici quand tu en as envie, pas quand tu te sens forcé. Un article par mois? Parfait! Moins? On survivra! Comme avec toute relation, dans la vie, on a besoin parfois besoin de s’éloigner pour mieux se retrouver ensuite 🙂 (ou pas…) (mais ce n’est pas ça l’important, l’important c’est le chemin parcourru).

  8. Outre la découverte d’un Canadien Francophone en Alberta , de son quotidien , des paysages , ce que j’apprécie est : Que tu ne modéres pas – a priori – les commentaires !
    Ceux qui se targuent d’étre des Penseurs libertaires (?) mais censurent les commentaires qui ne leur plaisent pas scient la branche sur laquelle ils ( elle … ) se sont installé(e)s …..
    Ce n’est pas le cas , chez toi ! Deo Gratias !

  9. Je comprends tes réserves par rapport à ton métier et ton mandat. Puisque tu poses la question je te répondrai que personnellement j’apprécie les blogs « fourre-tout » avec leurs sujets variés traités selon l’humeur du jour, sans contrainte !
    Si les sujets sont toujours légers, ou toujours profonds, c’est davantage artificiel (impersonnel)… mais sur un blog, l’offre ne doit pas forcément rencontrer la demande, tu parles « utilité » mais tu peux écrire pour ton plaisir et non pour l’édification des foules 🙂

  10. Dr. CaSo, je n’arrête pas… du moins pas pour le moment. Donc tu peux continuer à nous faire saliver avec tes recettes juteuses et réconfortantes.
    Patton, je ne suis pas libertaire, mais contrairement aux libertaires, je crois à la liberté. Donc pas de censure sur ce blogue…
    dieudeschats, il y a des choses dont je peux parler eu égard à mon travail ou à la francophonie, mais il est plus difficile d’aller vers les coups de gueule sur ces sujets… bien que, tu t’en doutes bien, il y a bien des moments où je voudrais bien crier fort fort fort…. Merci pour ton appréciation du fourre-tout! Et toi, continue à nous régaler avec tes récits de voyage (et je répète que tu devrais venir faire un tour dans nos Rocheuses…)

  11. Je crois que l’essentiel est dans ce que bloguer t’apporte à toi. Les lecteurs passent, régulièrement ou non, au gré de leur temps et de leurs envies, et commentent ou s’abstiennent.
    Je reconnais que j’admire les chats sans forcément laisser de mot, et aussi, parfois, parce que le sujet, très local, m’est complètement étranger. J’ai particulièrement aimé les articles traitant d’histoire, d’architecture, de l’art et de la culture en général. Je suis les efforts faits pour maintenir la culture française en Alberta, et si je n’y mets parfois pas mon grain de sel, c’est parce qu’il n’y a plus rien à poser comme question. Tout est dans l’article.
    « Doréus en Alberta » est un endroit où je viens lire des articles bien écrits et illustrés de belles photos. La cuisine est anecdotique, je n’envisage toujours pas l’association entre le bacon et le chocolat, que j’aime tous les deux séparément.
    Comme tout auteur, demandes légitimement un retour et je sais, par expérience, que ce retour n’est pas toujours là, car les lecteurs sont le plus souvent muets.
    Bloguer, c’est aussi attendre un échange, sinon, on écrirait des livres.
    Avec la sagesse nécessaire pour prendre du recul et organiser tes écrits selon ton temps disponible et tes envies, le temps viendra certainement où, au cours d’une ballade, quelque chose méritera d’être raconté, et c’est cette chose-là qui me conviendra, même si ce n’est pas tous les jours.

  12. Il faut promouvoir un outil formidable qui s’appelle lecteur de flux, ou parfois agrégateur de flux qui regroupe des blogs sous la forme d’une sorte de liste de lecture. Par exemple il y en a un qui s’appelle Google Reader. Grâce à cette application, on s’abonne à tous les blogs qu’on souhaite surveiller et quand on se connecte, on peut lire tous les articles parus depuis la dernière utilisation sur tous les blogs surveillés. Si un blog est en sommeil quelques semaines, peu importe car lorsqu’un article paraît, tous ceux qui le suivent en sont informés. Les producteurs et les consommateurs restent en contact quelque soit leur rythme de fréquentation de la blogosphère.
    Heu, peut être que tout le monde sait cela et peut être même qu’il y a même mieux ? Je ne me rend pas bien compte…

  13. L’idée est bonne, Olivier. Personnellement, je ne lis pas les blogues par le biais des flux, mais je sais avoir plusieurs lecteurs abonnés par ce moyen. Ça ne m’indique toutefois pas ce qui intéresse le lectorat. Bien entendu, comme le disais KRN plus haut, je n’ai pas l’intention d’écrire simplement pour répondre aux besoins du lectorat; je le fais d’abord pour moi-même. Cependant, comme j’ai parfois l’impression de parler dans le désert, j’aime avoir un peu de rétroaction…

  14. Cher Doréus…

    Si tu arrêtes ce blog, quand aurai-je de tes nouvelles??? Car comme on dit en English: « You never write, you never call, and you look thin »… Je blague, bien entendu… Et moi aussi, je me demande si je vais continuer à rechercher mes Trouvailles. Comme je n’ai jamais eu la plume aussi facile que la tienne, et que mes compétences linguistiques laissent parfois à désirer, je n’ «écris» pas grand chose sur mon blog.

    Je dois avouer que je préfère les articles plus légers, de cuisine et de chats, mais il me fait toujours plaisir de lire ta prose plus «scientifique»…

    Je t’invite donc à continuer, à une fréquence moindre s’il le faut, mais à continuer tout de même…

  15. Merci Boris. Effectivement, je suis un bien mauvais correspondant. Je téléphone parfois à ma mère (environ une fois par mois), nous nous échangeons des courriels… mais j’ai peu de contact avec le reste du monde. Il faudrait que je me botte le cul, vraiment…
    Et c’est drôle. Il suffit que j’écrive un article disant que je manque d’inspiration pour que, tout à coup, l’inspiration vienne m’habiter. J’ai tout plein d’idées d’articles… Bon. Donc, je vais tenter d’être quelque peu plus régulier ici et, je pense vraiment lancer un blogue de réflexion sur mon projet de recherche…

  16. Je crois surtout qu’il ne faut pas que bloguer devienne une autre «tâche» dans ton quotidien déjà très rempli. Ou une tache, tiens. Par contre, elle peut donner des nouvelles à tous sans que tu doives t’astreindre à écrire 10 – 12- 20 courriels !
    Je suis convaincu que tu auras pesé les pour et les contre avant de rendre un décision définitive. 🙂
    Personnellement, je me propose de t’écrire un courriel privé mais, d’une part, le temps fuit et d’autre part, je suis mêlé danstes multi-adresses de courriel, Hahaha!
    Take care, Sir.

Les commentaires sont fermés.