Ça va comment, le diésel, en hiver?

Contrairement à Bernadette, qui était équipée d’un moteur à essence, Clio est dotée d’un moteur diésel propre (c’est ce que signifient ces trois lettres que l’on trouve sur le hayon). J’avais quelques réticences à acheter un véhicule diésel en Amérique du Nord… le carburant est plus difficile à trouver (et maintenant passablement plus cher), ça pue, mais, surtout, le diésel n’aime pas le froid. Comme nous pouvons avoir des hivers fort rigoureux, je craignais devoir constamment m’inquiéter de pouvoir faire démarrer la voiture. Est-ce que l’économie de carburant en valait vraiment la peine?

Nous venons de vivre notre première vague de véritable froid en Alberta. La semaine dernière, la température n’a guère monté au-dessus des -25 degrés Celcius et, pendant trois jours, le facteur de refroidissement éolien nous donnait une température ressentie avoisinant les -40. Pendant le jour. Imaginez la température la nuit.

Comment s’est comportée Clio dans tout ça? Comme un charme. Bien sûr, le bras de vitesses était quelque peu… rigide et le passage à certains paliers était plus difficile avant que la voiture se soit réchauffée, mais dans l’ensemble, elle a passé le test avec brio. Il faut dire qu’elle a passé la nuit au garage et que, fidèle à mes habitudes, elle était bien branchée au moins une heure avant de partir (j’ai une télécommande pour activer le circuit électrique du garage depuis la maison).

À droite de la grille inférieure, tout près du phare antibrouillard côté chauffeur, on peut voir la prise électrique... modifiée par le concessionnaire de la Saskatchewan. La photo a été prise le 1er juillet 2011... il n'y a pas d'herbe visible en Alberta présentement et s'il y en avait, elle serait d'un beau brun...

Les véhicules diésel que Volkswagen vend (du moins au Canada) sont tous, de série, équipés de bloc chauffe-moteur. En fait, la voiture avait originalement un élégant petit clapet qui cachait un adaptateur sur lequel se branchait un fil spécial. Cependant, le concessionnaire qui a fait la préparation de ce véhicule, en Saskatchewan, l’a doté d’un ensemble d’accessoires «spécial hiver» requérant une modification à ce système et l’installation (pour je ne sais quelle raison) d’une prise standard, ce qui en fait me facilite la vie. En cas de vol du fil de connection, on peut plus facilement trouver une allonge standard qu’un fil spécial fabriqué par VW et qui coûte probablement la peau des fesses à remplacer.

Voici le beau petit moteur quatre-cylindres qui anime ce petit bolide. Une des modifications effectuées en Saskatchewan fut l’installation, autour de la batterie (visible en haut à droite) d’une couverture chauffante qui s’allume elle aussi lorsqu’on branche le bloc chauffe-moteur.

J’ai déjà parlé du bloc chauffe-moteur au sujet de Bernadette, ma voiture précédente. Fidèle aux habitudes parentales, je branche toujours mon véhicule lorsque les températures baissent sous les -10 degrés; ça épargne de l’usure inopinée du moteur. Dans le cas de cette voiture diésel, le branchement s’impose sous les -10 degrés si on la laisse inactive plus d’une couple d’heures. Oui, je peux la brancher au travail. Sinon… le démarrage est quelque peu hésitant et les premiers kilomètres hoquetants. C’est que le carburant diésel forme apparemment, par grands froids, un bouchon de cire dans la conduite d’alimentation. Oups! Donc, si on se trouve, comme ce fut le cas cette semaine, dans une réunion qui dure plusieurs heures, il est sage de sortir et d’aller réchauffer Clio à mi-réunion.

Ces inconvénients mineurs rendent-ils pour autant le diésel incompatible avec le climat canadien? Non. J’apprécie toujours autant l’économie en carburant (même si elle est moindre en hiver, surtout en conduite urbaine) et surtout le fait que cette voiture dispose d’un moteur passablement plus puissant que celle qu’elle a remplacé. Ceci dit en passant, j’apprécie toujours autant les sièges chauffants… d’autant plus que le moteur n’est généralement vraiment pas chaud lorsque j’atteins le travail.

 

Publicités

8 commentaires sur « Ça va comment, le diésel, en hiver? »

  1. La prise coté anti-brouillard , c’est aussi pour alimenter ton moteur électrique caché ? ….
    Ah ! Ah ! La premiére Golf HYBRIDE ….. Cachottier , va ! …. 😀

  2. C’est étrange de donner à une VolksWagen le nom d’un des modèles les plus vendus de la marque Renault. Mais peut être n’y a t-il pas de Renault au Canada, ou très peu ?
    Ceci dit, c’est rigolo de donner un nom à une voiture. J’appelle simplement la mienne « savonnette » ;-).
    Quand au trois lettres TDI, ce sigle date de bien avant les préoccupations de pollution et signifie, je crois, Turbo Diesel Injection.

  3. Les nouveaux Diesels sont dotés de F.A.P. qui retiennent les particules polluantes , mais se recyclent quand nécessaire , lors d’une accélération , en dégageant un magnifique nuage noir !!
    Trés agréable pour ceux qui suivent ………….Les TDI en sont désormais dotés .
    Voilà pourquoi je reste en Turbo Essence : Je peux monter à 7.000 tours . Mon couple maxi est à 2.200 tours quasi équivalent à celui d’un TDI , et …… les pompistes m’embrassent les mains en m’appelant : » Monseigneur  » , à chaque plein …………..!!!!!!
    Et , a part mon cigare , je ne dégage aucune fumée …. ;-D

  4. Olivier, je connais le nom de la voiture de Renault, mais il n’y a plus eu de voiture de cette marque dans notre pays depuis l’époque du «Chameau» (la 5). Ici, le nom de ma voiture est celui de la muse de l’histoire (comme je suis historien…).

    Patton, voilà, tu as découvert mes secrets… ou presque. Ce n’est évidemment pas avec une prise ordinaire sur le 110 volts que l’extraordinaire moteur électrique de ma bagnole se charge, mais bien par des micro-cellules photovoltaïques intégrées à sa belle peinture rouge… Mais il vaut bien que je brûle du carburant, car en Alberta, on me lyncherait si on savait que j’avais une voiture qui n’a pas besoin de pétrole pour fonctionner… ;P

  5. ah ah ah, j’ai beaucoup aimé ce petit apercu de ton quotidien 🙂 je me souviens que lorsque nous sommes arrivés la 1ere fois en Alberta, et que l’on nous a parlé du démarrage à distance, nous avions trouvé le concept « fou » et « tellement inutile »…. puis l’hiver est arrivé….
    et après moins d’une semaine, n’ayant en + pas de garage où ranger la voiture, nous en avions ras le ponpon de grelotter de froid dans l’habitacle malgré parka et moufles !!!!!
    Alors j’acclame : superbe système, profites-en bien !

  6. Ouais… Pas de démarreur à distance (ça va contre mes principes), mais on ne se passerait pas des sièges chauffants…

  7. On aurait bien besoin de blocs chauffe-moteur par ici. Ma clim-chauffage a gelé et je roule avec -10° dans l’habitacle. Nos véhicules européens ne sont pas faits pour l’hiver… sauf ceux qui sont exportés. 🙂

Les commentaires sont fermés.