Bonne nouvelle pour le patrimoine

Cliquez sur l'image pour accéder à l'article complet sur le site du Franco.

Il semble toujours en Alberta que le patrimoine est négligé, surtout lorsque ce sont les francophones ou autres minorités qui sont concernés. Voici que dans le petit village de Lac La Biche, le site de la mission sera restauré grâce à des fonds de Parcs Canada. L’endroit, désigné Lieu historique national du Canada en 1989, avait vu un de ses bâtiments brûler il y a trois ans. Des fonds seront désormais à la disposition de la Société historique de la Mission de Lac la Biche pour entreprendre des travaux de restauration et des fouilles archéologiques.

Et pour ceux qui se demanderaient où ça se trouve, ce coin un peu perdu du Nord francophone de l’Alberta, voici un extrait de la carte Google.

C’est à environ 220 km au nord-est d’Edmonton, donc à environ 5 heures de Red Deer… et je n’y suis pas encore allé!

Soit dit en passant, je sais que cette nouvelle n’est plus de la toute première fraîcheur… mais comme je reçois le Franco (version imprimée) une bonne semaine après sa publication…

Publicités

6 commentaires sur « Bonne nouvelle pour le patrimoine »

  1. L’architecture est un témoin important. Je me réjouis que ce patrimoine puisse être restauré dans de bonnes conditions. Il s’y racontera certainement la vie de ceux qui sont arrivés les premiers dans ce coin de terre du nord dont le cadre semble être superbe.

  2. C’est à tout le moins encourageant, dans une province où le patrimoine bâti ne fait généralement pas partie des priorités, comme j’en ai déjà parlé sur ce blogue. Dans ce cas, il s’agit également d’un vestige des premiers colons francophones venus s’établir ici.

  3. Ah cool! Faudrait qu’on y aille cet été, qu’est-ce que t’en dis? (et à Fort McMurray qui n’a pas l’air très loin aussi, d’ailleurs).

  4. Ce serait une très très bonne idée… Bon. De là à dire que Fort McMurray est près, c’est une autre histoire… Il reste encore un bon cinq heures de route pour s’y rendre, mais il faut que je voie ça un de ces quatre.

  5. Ce que je trouve un tantinet troublant, c’est que l’organisme devant gérer ce patrimoine « franco » soit une historical society et non une société historique…

  6. Il faut comprendre que nous sommes dans l’Alberta profonde et que les lois d’incorporation des sociétés doivent être rédigées en Anglais… d’où un nom d’organisme dans cette langue. L’ironie suprême est la loi incorporant l’Association canadienne-française de l’Alberta… elle aussi rédigée entièrement en anglais.

Les commentaires sont fermés.