Là, je ne suis pas surpris du tout

Il y a quelques jours, je parlais de la saga du déménagement de l’école francophone de Red Deer. C’est sans grande surprise que j’apprends aujourd’hui, via Radio-Canada (suivez le lien, il y a une vidéo!) que le Conseil Scolaire Centre-Nord devra trouver un nouveau site que celui qui avait été choisi. En fait, le lendemain de la réunion du conseil municipal (lundi), le journal local se faisait l’écho de la décision unanime prise par nos élus, mais comme il faut maintenant être abonné pour avoir accès à l’article… On peut cependant lire un article semblable chez notre autre journal local. Bon. Ce n’est vraiment pas surprenant étant donné la levée de boucliers que le projet de construction dans le quartier Anders avait soulevé auprès des résidents. Il s’agit largement d’une réaction émotive, où il y a peu de place pour le débat raisonné; le conseil municipal n’avait vraiment pas le choix de se plier à la volonté populaire, si mal éclairée qu’elle ait pu être.

J’avais abordé la chose dans une discussion impromptue avec deux conseillers municipaux rencontrés l’autre jour et je savais que le conseil se sentait quelque peu coincé, à la fois par la réaction des résidents et par l’empressement du gouvernement à annoncer ses intentions pour l’établissement de la nouvelle école sur le site choisi, et ce avant même que le conseil ait pu se prononcer. Le gouvernement provincial étant en mode pré-électoral (depuis plusieurs mois, d’ailleurs), ils sont très pressés de pouvoir lancer les projets pour s’en servir pour mousser leur campagne. L’investissement dans l’éducation passe toujours bien auprès de la population.

L’opposition des résidents tient particulièrement au fait qu’ils craignent que la présence d’une école offrant les cours de la neuvième à la douzième année (le cours secondaire), alors que le site est désigné pour l’établissement d’une école offrant la maternelle à la huitième année, entraîne une réduction de la valeur foncière de leurs propriétés. En gros, ils craignent que la présence d’adolescents (et particulièrement d’adolescents en âge de conduire) entraîne une circulation accrue et des problèmes de vandalisme. Bon… ça se comprendrait s’il s’agissait d’une grosse école polyvalente, mais l’école francophone prévoit accueillir au plus une trentaine d’élèves de ces niveaux.

À cette objection, plusieurs ajoutent un commentaire tenant au fait que l’école est francophone et donc que leurs enfants ne pourront pas y aller, alors que s’il s’agissait d’une école publique (anglophone), ils y enverraient leurs enfants. Dans cet argument, plusieurs résidents glissent aussi des commentaires vaguement racistes… c’est là que le bât blesse pour les francophones. Mais bon, l’intolérance n’est quand même pas chose nouvelle à Red Deer et déjà, que l’on reconnaisse en général (et au conseil municipal) l’importance de l’éducation en français, c’est déjà un grand pas. On souffre toujours, cependant, du syndrome «pas dans ma cour» et ces réactions viscérales sont aussi exagérées que s’il s’agissait d’un centre de réinsertion sociale d’ex-détenus.

Aujourd’hui, le journal local que l’on ne peut lire qu’avec un abonnement rapporte que le Conseil scolaire aurait décidé, malgré les inconvénients et la petitesse du site, d’installer la nouvelle école sur le site de l’actuelle école La Prairie. Je n’ai pas encore eu confirmation de la nouvelle via mes réseaux habituels… C’est cependant la seule solution envisageable… à moins d’exiler l’école hors de la ville.

Advertisements

2 commentaires sur « Là, je ne suis pas surpris du tout »

  1. Je me demanderai toujours pourquoi il est si difficile pour une communauté d’en admettre une autre sans restrictions. Il me semble qu’il n’y ait pas beaucoup de place pour la raison dans cette histoire. Le 20 mars, c’était la journée mondiale de la francophonie, ça mérite quand même d’être dit.
    J’ajoute que WordPress aggrave son cas en demandant à présent des adresses valides. Ça va devenir un peu compliqué s’il faut créer une nouvelle adresse pour chaque commentaire.

  2. Pour WordPress… je ne sais pas trop ce qui se passe. Concernant l’accueil de communautés autres, il semble bien que ça restera toujours un de ces problèmes qui évoquent effectivement des réactions viscérales où la raison n’arrive tout simplement pas à faire son chemin…

Les commentaires sont fermés.