École la Prairie: nouveau départ?

Cliquez sur l'image pour accéder à l'article original sur le site du Franco.

J’ai parlé à deux reprises du débat entourant le projet de, comment dire? déménagement? réaménagement? agrandissement? de l’école française de Red Deer. L’histoire en bref? Le Conseil scolaire Centre-Nord a reçu en mai 2011 l’approbation gouvernementale et les fonds pour déménager l’école La Prairie, présentement logée dans des locaux désuets sur un terrain trop petit. Le CSCN avait trouvé un terrain qui faisait son affaire dans un quartier résidentiel du sud-est de la ville et avait négocié les ententes nécessaires à son transfert du Conseil scolaire public de Red Deer; restait à recevoir l’aval de la Ville. Celui-ci lui a été refusé suite à un mouvement d’opposition des citoyens du coin, qui évoquaient surtout comme source de problème la composante «cours secondaire» de l’école (9e à 12e années), alors que le terrain était zoné «école publique maternelle à 8e année».

Il semblerait donc que l’école sera reconstruite sur le site actuel, ce qui exige que la Ville transfère une partie du terrain qui lui appartient dans la zone récréative de Kin Kanyon, qui jouxte le terrain de l’école.

Sur cette carte, on voit, à gauche de la zone boisée, le bâtiment de l’école La Prairie au coin de la 49e Avenue et de la 35e Rue (cliquez pour voir en taille réelle). Le terrain paraît vaste et en fait est mieux situé que celui qui était proposé, mais la plus grande partie de ce terrain appartient présentement à la Ville. Donc, pas moyen de démolir l’école actuelle et de construire une nouvelle sans interrompre les opérations. Le projet proposé prévoirait la construction de la nouvelle école sur une partie du terrain qui appartient présentement à la Ville et entraînera un déménagement des installations récréatives dans le parc. Le Conseil municipal délibèrera cet après-midi et décidera du sort du terrain. La controverse aura peut-être, au bout du compte, permis une meilleure solution?

Advertisements

4 commentaires sur « École la Prairie: nouveau départ? »

  1. J’imagine qu’il doit bien y avoir quelques vendeurs de béton qui doivent tirer la couvarte de leur bord dans cette histoire…

  2. Cloaque, l’industrie de la construction est un cloaque, dans tous les sens du mot!

Les commentaires sont fermés.