Le Pont de la Paix

En ce samedi ensoleillé et vraiment printanier, Dr CaSo devait se rendre à Calgary pour aller remplir son devoir de citoyenne française. Nous en avons profité pour voir de plus près ce pont piétonnier et cycliste nouvellement inauguré (après une fort longue controverse) dans la métropole. Il s’agit du Pont de la Paix, reliant le quartier de Sunnyside, sur la rive nord de la rivière Bow au quartier plutôt huppé d’Eau-Claire, sur la rive sud.

Le pont est de toute évidence une œuvre d’art architectural. Il me faisait curieusement penser à la fusée de Tintin… ce qui aurait probablement été encore plus le cas si le schème de couleur prévu dans les images concept (cliquer sur la photo ci-haut pour voir le contraste) avait été réalisé. Le blanc à l’intérieur aurait également moins donné l’impression de marcher dans un tunne… mais je suppose que ça aurait augmenté les frais et peut-être encouragé les graffiteurs, qui ne se sont pas faits prier pour commencer leur ouvrage sous le pont.

Bon… au moins, c’est pour promouvoir la bonne entente… Mais bon… J’ai pris cette photo lorsque je suis descendu sous le pont pour prendre une photo de sa structure fascinante:

Cette oeuvre de l’architecte espagnol Santiago Calatrava a, comme bien des projets de cette envergure, entraîné des dépassements de coûts, des critiques virulentes à cause de son caractère novateur et des problèmes techniques lorsque les soudures entre les pièces importées d’Espagne ne remplissaient pas les normes locales… Mais il s’agit bien d’un ajout majeur au paysage riverain qu’on prendra plaisir à traverser lorsque nos bicyclettes nous ramèneront, Oyaté et moi, à Calgary cet été.

 

Advertisements

4 commentaires sur « Le Pont de la Paix »

  1. J’imagine que cette passerelle a du provoquer des réactions, en effet. Mais je la trouve malgré tout assez classique. Si on remplace le rouge par un gris acier, ce pont n’a rien de révolutionnaire dans son aspect. Ce qui est plus intéressant, c’est effectivement sa structure que la dernière photo met en évidence.
    Dommage cependant que les couleurs initiales du projet n’aient pas été maintenues, c’était plus aérien. Les utilisateurs verront peut-être plutôt son côté pratique et dans quelques années, il fera partie du paysage. Les Parisiens se satisfont bien de cette sorte de pylône géant qu’est la tour Eiffel…

    Quant aux graffiteurs, ce n’est pas tant le blanc qu’une surface unie sur laquelle leur « œuvre » sera bien visible qui les intéresse. Le grand mur récemment crépi en jaune pisseux par mon voisin en a fait les frais avec une inscription raciste du plus mauvais genre alors qu’ en briques, il était resté vierge depuis le 19ème siècle. (Et je précise que je n’y suis pour rien, même si dès le départ, j’ai pensé que ça arriverait forcément)

  2. C’était une très chouette balade 🙂 Je trouve dommage qu’ils aient construit ce pont à Calgary alors que la capitale a si peu de ponts piétonniers et si peu de jolies choses.

  3. Krn, je crois aussi que les couleurs originales auraient mérité d’être conservées; entre autres, ça aurait justifié le blanc utilisé pour peindre les assises sur les deux rives qui présentement ont l’air de ne sortir de nulle partl.
    Quant à la tour Eiffel, je me souviens avoir lu cette blague il y a très longtemps: quelqu’un demande à un monsieur qui mange chaque jour au restaurant de la tour Eiffel pourquoi il le fait, il répond: «c’est le seul endroit de la ville d’où je ne vois pas cette horreur!». Bon. C’est bien relatif.
    Patton, tous deux sont des modes de passage…
    Dr. CaSo, la capitale a effectivement besoin d’être revitalisée au plan architectural, C’est probablement la raison du concours international qui avait été lancé pour le redéveloppement des terrains de l’aéroport du centre-ville après sa fermeture ainsi que de l’attention portée au projet de remplacement du pont Walterdale presque centenaire et arrivé à la fin de sa vie utile.

Les commentaires sont fermés.