Pour passer les restes

Tiens… il me reste quand même quatre de ces assiettes… Je les aime bien pour ce rebord intérieur qui permet, lorsque l’on fait un petit effort (ce qui ne fut pas le cas hier soir), d’obtenir une présentation remarquable.

Il y a quelques jours, nous avons organisé un petit souper à la mexicaine à la maison. Ce fut l’occasion, même si nous n’étions que quatre, de préparer de la nourriture pour douze (je suis comme ça… la logique canadienne-française veut qu’on s’assure qu’il y ait assez de nourriture pour bien bourrer tout le monde. Et qu’il en reste un peu, quand même.

On notera le superbe daiquiri aux fraises… malheureusement, Dr. CaSo n’était pas des nôtres ce soir-là.

Donc, nous avons encore quelques restes. Entre autres, des tortillas. Oui, ça se conserve longtemps, mais il ne faut quand même pas exagérer. J’ai aussi beaucoup acheté de poulet ces temps derniers… allez savoir pourquoi. Donc, j’avais quelques restes qui avaient besoin de se faire dévorer. J’ai donc décidé de faire une légère variation sur le thème du poulet à la King, enroulé dans des tortillas de farine de blé. J’ai donc préparé une béchamel un peu épaisse au bouillon de poulet, en prenant soin d’ajouter des oignons finement hachés au beurre servant à préparer le roux. J’ai également enrichi la sauce de crème sûre pour l’onctuosité de la chose. Une fois la sauce prête, j’y ai jeté des restes cuits de poulet avec des champignons et des poivrons en dés (la veille, j’avais préparé une salade tiède au poulet, champignons et pignons de pin).

J’ai ensuite garni les tortillas d’un peu de la mixture, les ai repliées pour en faire une enveloppe (que l’on scelle avec un cure-dents) sur laquelle j’ai déposé des tranches d’avocat et saupoudré du fromage râpé. Ayant déposé lesdites tortillas sur une tôle à biscuits garnie d’une feuille de papier parchemin, je les ai envoyées au four à 350 degrés (Fahrenheit, soit environ 175 degrés Celcius) pendant une dizaine de minutes (plus quelques minutes supplémentaires sous le gril).

En accompagnement: de la purée de pommes de terre et de patate douce et des légumes congelés… bon ce n’est pas gastronomique, mais c’est économique et c’était savoureux.

Advertisements

2 commentaires sur « Pour passer les restes »

  1. Ça me paraissait énorme, 350 degrés, jusqu’à ce que je me souvienne que vous n’utilisez pas, au Canada, la même échelle de mesure qu’en France. Je viens justement de changer de four. J’utilisais un combiné micro-onde / chaleur tournante qui cuisait très mal en mode chaleur tournante. Je l’ai remplacé par un modèle plus simple sans la fonction micro-ondes, mais avec une résistance en haut et une en bas, qui marche vraiment mieux.

  2. J’oubliais… j’ajoute généralement pour le bénéfice de mes lecteurs français, l’équivalent en SI. J’ai modifié l’article en conséquence.

Les commentaires sont fermés.