Le printemps bourgeonne

Pissenlits collégiauxVu cet après-midi le long d’un mur au collège, lequel est exposé au sud. Un signe indéniable que le printemps se fraie, comme ces pissenlits, un chemin entre trottoirs et murs de briques. Ça fait du bien de les voir, même si ce sont des «mauvaises herbes». Quand j’étais à McGill, c’étaient des scilles qui décoraient la pelouse devant l’édifice de la faculté de Droit qui nous annonçaient le printemps. C’était plus poétique, mais on va se contenter de ce qu’on a. Bon. Je retourne à mes corrections (un autre signe de l’arrivée du printemps).

Advertisements

13 commentaires sur « Le printemps bourgeonne »

  1. Des pissenlits :-). C’est mon plat préféré, en salade, avec des lardons et des œufs durs, ou encore en omelette, après les avoir fait revenir à la poêle. Vous les mangez aussi en Alberta ? Bien sûr, il faut préférer les jeunes pousses. Quand ils ont des boutons, comme ceux-ci, ils sont amers.

  2. elPadawan… cela ne saurait tarder ici. Présentement, ce sont les balais pour nettoyer les rues et les pelouses environnantes de la caillasse hivernale qui s’activent.
    Olivier, j’aime bien le pissenlit en salade, mais je n’ose pas trop le cueillir sauvage étant donné la probabilité qu’il soit contaminé par des pesticides et autres bidules toxiques du genre. Pourtant, une fois que la pelouse verdira chez moi, j’aurais toute une récolte en perspective.

  3. pas si mauvaises que ça ces plantes, les pissenlits se dégustent en salade aux lardons. En tout cas, je vous souhaite de voir le printemps s’installer pour de bon.

  4. J’allais dire, comment ça des mauvaises herbes, mais ça se mange! Mais je vois qu’on m’a précédée. Ceci dit, moi non plus je ne les ramasse pas partout, et il ne faut pas qu’ils soient trop « vieux » non plus. Bon appétit!

  5. Haha, je sais pas chez vous mais ici il neige depuis hier et il fait -5 ce matin 😦 Le printemps a failli arriver mais a finalement pris la fuite…

Les commentaires sont fermés.