Une «nouvelle» salle de bains

Avant-aprèsC’est la même… sans être tout à fait la même. Je n’ai malheureusement pas de véritable photo complete de l’«avant», puisque j’ai pris la photo après avoir tout démonté dans la salle de bains en prévision de l’arrivée, le lendemain, de l’entrepreneur. Vous devrez donc imaginer les canards et le rideau de douche en place (ils n’ont pas changé). J’ai toutefois remplacé le laminé de l’aquarelle. Auparavant, en son lieu et place se trouvait une photo prise d’une fenêtre d’un édifice de Venise qui avait servi de modèle au choix de couleurs (ocre et jaune). Ces couleurs n’avaient jamais plu à Oyaté, qui était arrivé dans ma vie deux mois après que j’avais tout repeint dans la salle de bains à l’été 2009, donc il n’était pas question de repeindre dans les mêmes couleurs cette fois. D’où le bleu. J’en suis plutôt satisfait, surtout qu’il fait ressortir cette nouvelle bande de céramique brun-beige. Les canards ont l’air de se balader à la plage… au lac Témiscouata, je suppose, puisque l’aquaralle représente le clocher de l’église de Sainte-Rose-du-Dégelis…

Les travaux de réaménagement se sont échelonnés du 28 mai au 9 juin pour la démolition-reconstruction, puis la semaine suivante pour la peinture. Ces travaux avaient été rendus nécessaires par le manque d’étanchéité des vieilles tuiles, ce dont m’avaient averti mes propriétaires au moment d’emménager. Toutefois, lorsqu’un déluge s’est abattu sur les boîtes entreposées dans la pièce du sous-sol qui se trouve sous la baignoire, il est devenu urgent d’agir. J’avais pensé faire les travaux moi-même l’été dernier, mais j’ai manqué de temps… et franchement, je préfère n’avoir pas eu à le faire moi-même, surtout que la tuile installée est beaucoup plus intéressante que le tour de bain en acrylique que j’aurais mis en lieu et place (après avoir réparé les murs). Le travail a été effectué avec professionalisme et sans m’occuper pendant un mois!

Nous avons donc quitté la maison le 28 mai pour nous réfugier chez un collègue et ami chimiste, qui nous a accueillis, avec les quatre chats, à bras ouverts.

2013-5-28 Lavabo avant démolition

2013-5-28 Bain avant démolitionComme je le disais, j’avais démonté tous les accessoires, ne sachant pas trop jusqu’à quel point les murs allaient être démolis. La partie entre la baignoire et la toilette inquiétait. Par contre, on ne s’attendait pas à ce qu’il y ait beaucoup de dommage de l’autre côté. J’avais laissé le rouleau de papier hygiénique en place au cas où il serait nécessaire, mais comme on verra, cela n’allait pas être possible… surtout que j’avais dû couper l’eau. Il avait également été prévu au programme des rénovations que l’horrible meuble du lavabo, construit de manière indestructible en simili-bois couleur noyer dans les années 1960, allait disparaître… cependant, le bain, la toilette et le lavabo lui-même allaient être conservés.

Je suis venu visiter le 30 mai pour trouver l’endroit dans un état de démolition avancée:

2013-5-30 Toilette qui attendAvant même d’entrer dans la maison, le cabinet annoncait la couleur… on l’avait relégué à la pelouse, là où, jusqu’à ce que je retransforme l’endroit en pelouse, j’avais cultuvé un potager de 2008 à 2011.

2013-5-30 Lavabo qui attendLe lavabo et le cadre de la fenêtre se trouvaient également hors de leur milieu naturel… dans le nouveau bureau d’Oyaté. Cela nous permet d’ailleurs d’admirer le superbe moustiquaire d’aération que j’ai installé sur son bureau pour éviter la surchauffe de son ordinateur.

2013-5-30 Bain et toilette après démolitionC’est évidemment dans la salle de bains elle-même qu’on pouvait constater l’ampleur des travaux. Plus de murs autour du bain (encastré dans un sarcophage protecteur en bois), ni de mur derrière l’endroit où se trouvait la toilette.

2013-5-30 Détail dommage montants du murNous savions que le mur extérieur était en mauvais état, mais on pouvait vraiment constater l’étendue des dégâts une fois la céramique et l’isolant enlevés. Les montants soutenant le mur avaient été presque entièrement rongés. Il était intéressant de constater qu’à l’époque où la maison a été construite (1951), on construisait le revêtement extérieur en planches. Les panneaux d’aggloméré qu’on utilise aujourd’hui n’auraient pas résisté de pareille manière à l’assaut de l’humidité et des moisissures. Le charpentier a fait exactement ce que j’aurais fait et ce à quoi je m’attendais avant même que l’on ouvre les murs: installer de nouveaux montants pour soutenir le tout. Je n’ai pas pu voir les travaux de reconstruction avant que les murs soient refermés (nous étions à Edmonton), mais les proprios sont venus inspecter et il a apparemment installé une généreuse couche d’isolant et un pare-vapeur règlementaire. On ne devrait plus geler autant sous la douche en hiver…

2013-5-30 Lavabo et toilette après démolitionL’éternel curieux en moi était fasciné de voir la structure interne du mur, que je savais plus épais que les murs normaux (notamment grâce à la profondeur de notre pharmacie), mais j’étais quand même intéressé de voir comment on a accommodé la plomberie. Et c’est du solide!

2013-5-30 Lavabo après démolitionL’espace derrière le meuble du lavabo était encore plus intéressant. J’avais toujours été agacé par l’immense trou qu’on peut voir autour de l’égout. Je craignais toujours que, si quelqu’un avait oublié de refermer l’une des portes de l’armoire sous le lavabo, un chat aurait pu se glisser dans le mur… Je ne sais pas pourquoi il y a cet énorme trou; je suppose qu’un réparateur maladroit est passé par là. Toutefois, ce qui m’intéressait davantage est que, comme c’est souvent le cas dans les travaux de rénovation, on trouve des traces de l’histoire du bâtiment. La plus évidente de ces traces est évidemment la peinture rose qui a jadis orné les murs (avant qu’on installe un meuble), mais aussi les trois trous qu’on peut voir au-dessus des bornes d’arrivée d’eau, qui permettent de deviner qu’il y a déjà eu un lavabo en porcelaine suspendu directement au mur à cet endroit… possiblement avec des robinets indépendents (eau chaude ou eau froide, mais pas d’eau tiède).

Deux jours plus tard, nous rentrions et nous pouvions constater l’avancée des travaux. La toilette trônait toujours au jardin et le lavabo était aussi au même endroit, mais on pouvait une fois de plus constater le progrès en passant au salon:

2013-6-1 Meuble lavaboLe futur meuble du lavabo, construit sur-mesure, était arrivé, prêt à être installé. Le stratifié blanc allait remplacer le faux-bois brun. C’était déjà une promesse de rafraîchissement. L’endroit où ce nouveau meuble allait être installé n’avait pas beaucoup changé, mais les murs avaient été reconstruits autour du bain et de la toilette:

2013-6-1 Murs reconstruitsOn avait également installé une membrane destinée à accueillir la céramique sur les murs de gypse. Un progrès énorme en deux jours.

2013-6-1 Niche dans mur avant tuilesCe qui m’intriguait le plus, toutefois, c’était cette niche dans le mur de la baignoire opposé à la robinetterie. Je devinais qu’il pourrait s’agir d’une future niche pour produits de douche, mais je n’avais jamais vu un tel aménagement auparavant.

Le contracteur a ensuite dû s’absenter pendant quelques jours… où il ne s’est rien passé, mais pendant lesquels tout a pu bien sécher. Lorsque nous sommes revenus le 6 juin, il était en plein travaux de pose de tuiles de céramique.

2013-6-6 Tuile autour du bain avant coulisLa pose de la céramique (des tuiles «métro» et une rangée de tuiles contrastante) fut évidemment la partie la plus laborieuse de tout le contrat. Personnellement, j’aurais préféré des tuiles d’assez grand format pour la facilité d’entretien et pour éviter les risques liés à la porosité du coulis, mais comme la maison a un certain âge, il est difficile de garantir que les murs soient parfaitement lisses… d’où la préférence pour des tuiles plus petites. J’adore toutefois le look une fois terminé!

2013-6-6 Tuile autour du lavabo sans coulisLa tuile poursuit sa course autour du lavabo et sous la pharmacie. Le meuble était alors en place, mais pas le lavabo lui-même, ni la toilette. Je me demande ce que faisait l’entrepreneur quand l’appel de la nature se faisait ressentir? Nous n’avons pas d’autre toilette dans la maison et il avait fallu couper l’eau.

2013-6-6 Tuile inachevée autour nicheCe jour-là, il était justement en train de compléter la niche, aux dimensions soigneusement étudiées pour se fondre dans la tuile sans avoir à faire de découpes maladroites. De toute évidence, il savait ce qu’il faisait…

2013-6-9 Salle de bains avant peintureLe 9 juin, nous pouvions commencer les travaux de finition. Nous sommes allés choisir une couleur de peinture qui s’agencerait avec le tout… et nous pouvions enfin entrevoir notre retour à la maison. Entretemps, les chats s’étaient fait une raison et avaient pris leurs aises chez le Chimiste… qui était parti à une conférence à l’autre bout du pays (oui, à Terre-Neuve).

2013-6-9 Nouvelle doucheDe l’ensemble des travaux, j’étais particulièrement heureux de disposer dorénavant d’une douche au mur avec une robinetterie moderne. Et de tuiles qui montent jusqu’au plafond.

2013-6-9 Tour du lavabo avant peintureLe lavabo sur son nouveau meuble avait fière allure… seule petite ombre au tableau: l’entrepreneur a scellé le couvre-prise électrique dans le mortier de la céramique…

Il ne restait plus qu’à repeindre… tout: murs, plafonds, intérieur de la pharmacie et porte de la lingerie. Puis à réinstaller les accessoires muraux et à tout laver.

2013-6-25 Lavabo

2013-6-25 Famille canards

2013-6-25 Double doucheJe ne pouvais quand même pas me passer de la «douche-téléphone», trop pratique pour le rinçage de la baignoire; je l’ai donc réinstallée avec un échangeur permettant d’avoir de l’eau de l’une ou l’autre douche… ou même des deux simultanément!

2013-6-25 NicheLa niche, qui m’avait tant intrigué, a rapidement trouvé un usage… qui ne suffit pas entièrement à nos besoins, mais qui aide à désengorger le panier suspendu dans le coin de la baignoire.

2013-6-25 Mur aux miroirsAuparavant, il y avait au mur trois miroirs identiques, mais aux cadres noirs… Une petite visite chez le Suédois lorsque je suis allé conduire l’amie X à l’aéroport de Calgary (c’était avant les grandes eaux) m’a fait trouver trois cadres blancs… à 1,49$ chacun. Difficile de résister. J’allais peindre les autres, qui trouveront probablement place sur les murs de la nouvelle chambre d’amis. Je regrette un peu les barres de serviette et le luminaire bronze antique que j’avais choisis pour la couleur de peinture antérieure, mais ils ne déparent pas entièrement et il serait trop coûteux à mon goût de les remplacer.

Nous sommes rentrés chez nous un peu en panique. Pendant les travaux de peinture, il était évidemment impossible d’utiliser la douche, puisqu’il n’y avait pas de rideaux contre les éclaboussures… Je terminais les travaux de peinture le 12 juin… et Oyaté m’aidait en faisant le grand ménage dans la maison (on n’a pas idée de la poussière qu’il y avait partout, dans toutes les pièces de la maison). Nous prévoyions rentrer le surlendemain, après avoir pris le temps de tout réinstaller et de terminer la peinture de la nouvelle chambre d’amis au sous-sol (travaux qui se déroulaient en même temps que ceux de la salle de bains). Nous allions rentrer à notre refuge temporaire quand, ayant oublié si j’avais stationné la voiture devant ou derrière la maison (il était 1h du matin), je suis parti vers l’arrière comme à l’habitude… pour y trouver une voiture (qui n’était pas la nôtre) stationnée devant la porte de notre garage. Oyaté est venu voir… puis a constaté que le véhicule était occupé. Il a donc noté le numéro de la plaque et c’est alors que les phares se sont allumés, le moteur mis en marche, et que le véhicule est parti. Inquiets, nous avons donc appelé la police et donné le signalement. Toutefois, le même véhicule s’est alors stationné devant la maison de nos voisins… derrière notre véhicule. Tout cela étant plutôt suspect, nous avons donc décidé de hâter notre retour. Je suis retourné seul chez Le Chimiste récupérer chats et bagages (je ne pouvais me résoudre à laisser les chats seuls là-bas). Il était donc autour de 3 heures le matin du 13 juin lorsque nous avons pu nous coucher… Et les chats étaient fort heureux de rentrer!

Il y a un épilogue à cette histoire. Une semaine plus tard, je recevais un appel d’un agent de la Gendarmerie Royale du Canada m’informant qu’ils avaient retracé le propriétaire du véhicule (immatriculé en Colombie-Britannique) et qu’il était avec sa copine… et que nous les avions dérangés dans leurs ébats. J’ai pouffé de rire (l’agent aussi d’ailleurs)… et nous sommes rassurés. Désolé, le gars, la fille… la prochaine fois, un simple mot d’explication et on vous laisse tranquilles!

Publicités

4 commentaires sur « Une «nouvelle» salle de bains »

  1. Tu dis « tuiles » pour Faïences ici et « la » toilette alors qu’ici l’on dit « les » toilettes 🙂
    La salle de bain est super belle, on a envie d’y prendre une douche 🙂

  2. Ah! Les variations linguistiques! Le terme «faïence» ici n’est utilisé que pour des bibelots ou de la vaisselle en porcelaine très fine. On parle donc soit de tuiles ou de carreaux de céramique, ou simplement de céramique tout court. Quant au mot «toilettes» au pluriel, il n’est généralement employé que pour désigner la salle d’aisance (et généralement celles que l’on retrouve dans les lieux publics, seuls endroits où il y a plusieurs meubles d’aisance). On emploie indifféremment le mot «toilette» au singulier pour désigner le cabinet d’aisance, la salle de bains ou, bien sûr, les ablutions. Toutes ces variations ne font que rendre la diversité humaine plus intéressante!

  3. Hahahaha :D. Fallait mettre une chaussette sur la poignée de porte de la voiture :D.
    Sympa les toilettes dans le jardin. Suffit d’y rajouter une petite cabane autour, et hop, la cabane au fond du jardin 🙂

  4. elPadawan, je ne pense pas que cette pratique soit connue… Et nous avons bien pensé que nous pourrions installer une toilette en fond de jardin, mais outre les coûts de plomberie qui serait sidéraux, c’est surtout le fait qu’il faudrait lui construire une cabane isolée (contre le froid) qui pose problème… Comme l’hiver dure parfois beaucoup que les six mois règlementaires par ici…

Les commentaires sont fermés.