Travaux: la chambre d’amis

Chambre d'amisJ’ai presque l’impression de me répéter… car les rénovations récentes à la salle de bains et dans deux pièces du sous-sol dont je vais parler aujourd’hui et demain se sont produites dans des pièces où j’ai déjà fait des travaux de rénovation. La salle de bains a été la dernière à être réaménagée, à l’été 2009, lorsque j’ai voulu repeindre parce que la peinture à l’huile appliquée par mon propriétaire commençait à sérieusement peler au-dessus de la baignoire. Et voilà que, quatre ans plus tard, c’est la même salle qui est à nouveau en travaux. Je pense que le problème fondamental de cette pièce est l’absence de ventilation (en été on ouvre la fenêtre, mais en hiver, l’humidité s’accumule). Je n’avais pas parlé de la rénovation de cette pièce à l’été 2009; j’avais d’autres choses à raconter. Par contre, durant mon premier été dans cette maison, en 2008, j’avais entrepris des travaux assez ambitieux qui ont touché plusieurs pièces.

Durant cet été-là, j’avais aménagé une chambre au sous-sol, question d’accueillir les visiteurs occasionnels, qui se faisaient assez rare lorsque j’étais célibataire. Comme la deuxième chambre du rez-de-chaussée était alors occupée par un oratoire, j’avais utilisé la chambre du sous-sol. Une pièce assez petite, qui faisait également office de rangement supplémentaire pour des documents peu utilisés. À l’époque, il m’a fallu entièrement préparer les murs et le garde-robe, qui n’avaient été que vaguement finis. J’y avais installé un lit dépliant (voir les photos sur l’article en lien) qui a depuis été donné à des amies à Edmonton. Le petit bureau que l’on peut aussi apercevoir sur les photos de 2008 a été donné à quelqu’un de la famille d’Oyaté. C’est que… quand Oyaté est entré dans ma vie, cette pièce est rapidement devenue assez encombrée de «surplus», devenant en quelque sorte un débarras. Et comme l’oratoire était peu utilisé, la chambre d’amis y est montée quelque part en 2010, bientôt agrémentée d’un lit plein format après que nous avons hérité d’un matelas grand format pour notre propre lit.

Chambre d'amis2Comme Oyaté avait récemment décidé d’aménager son bureau au rez-de-chaussée, parce qu’il passe beaucoup de temps à l’ordinateur et qu’il trouvait déprimant d’être constamment au sous-sol, il fallait réinstaller la chambre d’amis au sous-sol. Pour ce faire, il fallait libérer le mur du fond (celui avec le grand cadre de loups sur la photo du haut) qui était entièrement occupé par des tablettes accrochées au mur. Évidemment, cela voulait dire repeindre le mur… et le mur adjacent (des restes de peinture de l’aménagement de la salle de bains en 2009 ont servi).

Chambre d'amis1Et voilà le résultat! Il ne reste plus qu’à remplacer la porte accordéon du rangement, que les chats ont à peu près détruit et à y faire du ménage… Les tapis ont été nettoyés professionnellement. Vous venez visiter quand?

Advertisements

6 commentaires sur « Travaux: la chambre d’amis »

  1. Vous faites beaucoup de travaux pour une maison en location. N’y a t-il pas un risque que le propriétaire vous vire un beau jour et que vous regrettiez d’avoir autant investi dans une maison qui ne vous appartient pas ?

  2. Ah! Si je pouvais donc avoir les poches bien pleines… je sauterais dans le premier avion et j’irais réinaugurer la chambre d’amis…

  3. Olivier, comme je l’ai déjà dit ailleurs, je ne considère pas l’endroit où je vis comme un «investissement» (au sens où il faudrait que ce soit ma propriété pour que j’y fasse des améliorations). Je tiens à ce que l’endroit où j’habite réponde à mes besoins, et si ça exige de petits travaux de rénovation, ça ne me dérange pas. Il s’agit pour la plupart de travaux mineurs qui en fait feraient partie de l’entretien si la maison m’appartenait. Je n’aurai pas de regret d’avoir investi un peu d’argent pour que le lieu réponde à mes besions. De plus, les propriétaires ne peuvent pas légalement nous virer en plein bail. Comme nous venons de signer pour un autre deux ans…
    Aussi, le fait de bien entretenir leur propriété réduit d’autant les risques de se faire virer. Ils apprécient le fait que nous prenons soin de l’édifice comme s’il nous appartenait, ce qui explique peut-être qu’ils continuent à demander un loyer très raisonnable (et très concurrentiel).
    Boris, ah! Nous t’accueillerions à bras ouverts… Quoique, présentement, il fait un peu chaud pour ton goût…

  4. C’est clair que les propriétaires n’ont certainement pas intérêt à changer de clients :-). J’ai l’impression que vous allez au delà de ce que consentent beaucoup de locataires en matière d’entretien. Je suis resté 5 ans en location dans un appartement sans réaliser aucun travaux. Mais je ne me suis jamais senti chez moi dans un logement loué et dès que j’en ai eu la possibilité, j’ai acheté à crédit un appartement que j’ai revendu plus tard pour acquérir une maison. En France, l’accession à la propriété coute peut être entre 20% et 50% plus cher que la location, mais ce surcoût est largement amorti lorsque le bien est complètement payé. Peut être en est il autrement en Alberta ?

  5. Oui, la chaleur qui se faisait attendre au centre-est du Kanada est finalement arrivée… alors, je ne serais pas trop dépaysé…

    Et je remarque que Nanouk est en exile dans la chambre d’amis? Serait-il « en chicane » avec Isbjorn?

  6. Olivier, je le sais. Et je m’en fous un peu… Contrairement à la plupart des gens, je ne considère pas l’accès à la propriété comme une priorité personnelle. Il y a plusieurs raisons à cela, la principale étant que je ne serais jamais à l’aise avec l’idée d’être ancré à un lopin de terre et à une éternité de paiements… mais aussi une raison bien concrète: ayant suivi un cours d’étude plus long que la moyenne, suivi de cinq ans en communauté religieuse avec voeu de pauvreté, en plus de venir d’une famille aux revenus relativement modestes, je n’ai simplement pas les moyens de faire la mise de fonds nécessaire à un prêt hypothécaire. Donc je suis très heureux comme locataire… et je fais les aménagements nécessaires pour le demeurer.
    Boris, courage… la chaleur n’a fait que passer ici, mais je sais qu’elle se plaît beaucoup dans la région métropolitaine et pourrait vous réserver une canicule plus longue que la nôtre. Et en ce qui concerne Nanook et Isbjörn, ils font chambre à part depuis plusieurs années… Je ne sais pas s’ils ont eu un malentendu ou si, plus prosaîquement, il aura fallu faire un choix par manque d’espace sur le lit…

Les commentaires sont fermés.