Visions

Visions1C’était à l’automne 1996. J’habitais alors Québec (la ville) pour y débuter mes études de doctorat. J’avais, depuis le début de mes études universitaires en 1991, survécu avec en tout et pour tout équipement de cuisine deux poêles à frire antiadhésives et deux casseroles «Visions» de Corning… en version brune. Je ne sais plus trop pour quelle raison, mais lors d’une visite chez Canadian Tire de la Route de l’Église pour m’y procurer divers bidules nécessaires à mon minuscule appartement en sous-sol du Chemin Sainte-Foy, j’avais trouvé un ensemble de casseroles «Visions» couleur canneberge pour pas très cher. Et j’avais succombé à l’envie d’augmenter ma batterie de cuisine. J’avais des mollets d’acier à l’époque, le trajet (à pattes) est de plus de 5 kilomètres; peut-être ai-je pris l’autobus pour transbahuter tout ça. C’était un ensemble de trois casseroles pour un prix très modique (entre vingt et trente dollars). Leur prix modéré faisait partie de l’attrait de ces outils de cuisine, mais aussi leur capacité de superbement répartir la chaleur, ce qui est particulièrement utile pour les sauces.

Ma petite batterie de cuisine a ensuite connu quelques aventures, déménageant avec moi à Montréal au printemps 1997 (mon aventure à Québec n’ayant duré que neuf mois). La casserole moyenne était la plus utilisée au quotidien. Il ne se passait pas une journée sans que je l’utilise. J’y faisais cuire le riz (dont je faisais une consommation très régulière) et d’autres denrées régulières. Le format était parfait pour y faire cuire des portions appropriées à ma vie de célibataire. La plus grande a toutefois servi, Boris s’en souviendra, à la confection de plus d’un sucre à la crème… Bref, je ne me serais séparé de mes casseroles de pyrex sous aucun prétexte…

Sauf qu’en 1999, je suis entré en communauté religieuse. Il fallait que je me départisse d’une grande partie de mon équipement d’appartement, particulièrement les articles de cuisine, qui m’auraient simplement encombré. Je n’ai gardé en tout et pour tout que mes couteaux (faciles à transporter et indispensables). Le reste a été éparpillé, une partie de la vaisselle aboutissant chez mes parents et diverses autres pièces chez des amis. Ce fut le cas des casseroles, qui sont parties vers Ottawa, chez un couple d’amis qui en avait besoin.

Pendant leur séjour chez eux, la casserole moyenne a malheureusement commis un suicide aussi irréparable que soudain. C’est l’inconvénient majeur de ces ustensiles: bien que très résistants à la chaleur, ils ne résistent pas très bien à un choc avec un carrelage, par exemple… Et entretemps, Corning avait arrêté la production de toute la ligne de produits «Visions». D’ailleurs, bien que leur site montre une ligne actuellement en production, ils ne correspondent pas aux originaux et ne sont apparemment pas disponibles au Canada. Toujours est-il que mes amis étant en partance pour l’étranger au moment où je sortais de communauté, ils cherchaient à se départir de certains articles et donc m’ont proposé de me retourner les casseroles (restantes) ainsi que l’ensemble de table et chaises de cuisine que je leur avais donné. Ce fut fait. Depuis 2004, j’avais donc deux casseroles… plus une batterie de cuisine en inox que m’a donné une autre amie lorsqu’elle a emménagé avec celui qui est depuis devenu son mari. Je me sers toutefois toujours des casseroles «Visions» pour diverses tâches où elles sont toujours plus utiles que les ustensiles d’inox, surtout pour leur capacité à répartir la chaleur plus également ou encore pour passer du micro-ondes à la surface de cuisson.

Visions2Depuis, chaque fois que je visitais un magasin de récupération, je jetais un coup d’œil aux articles de cuisine dans l’espoir de retrouver la casserole en question. J’en ai vu des ambrées par le passé, ainsi que d’autres qui n’étaient pas vraiment en bon état… mais voici que lors d’une visite chez notre Value Village local cet après-midi, je suis tombé sur la casserole moyenne, en parfait état (les deux autres y étaient aussi, la plus grande n’ayant cependant plus de couvercle), pour 4,99$. Une fois lavée, elle a pris sa place avec ses deux nouvelles sœurs… et se fera indubitablement utiliser pour concocter des soupes et autres petits plats sous peu! Ça ne m’aura pris que neuf ans pour la retrouver…

Publicités

6 commentaires sur « Visions »

  1. J’en ai utilisé une comme ça pour faire une bombe, un jour! J’ai eu énormément de chance que personne ne soit dans la cuisine au moment où elle a explosé en mille morceaux dans toute la cuisine avec de la soupe brûlante dedans!!

  2. De quoi parle cet article encore, mon cerveau s’est arrêter de lire quand mon nom et les mots « sucre à la crème » on été prononcer à courte distance l’un de l’autre!!!

  3. I bought one of these when I was in grad school…sadly, I could NEVER mind any matching ones of differing sizes, so I binned it after moving to Red Deer. Too bad I didn’t know you then, I might have saved you five bucks! 🙂

  4. Boris, je pense que ça parle de sucreries… ou du moins d’ustensiles bien utiles à leur préparation…

    Bryan, throwing away perfectly good kitchenwares? Ahem!

  5. Je devrais ajouter que, depuis, par suite de je ne sais quel malheureux accident, la casserole moyenne s’est à nouveau suicidée. Nous possédons toujours le couvercle… et un jour nous retrouverons peut-être à nouveau une casserole…

Les commentaires sont fermés.